lundi 6 avril

Sonck au ralenti. Sale temps pour Wesley : son nom est utilisé dans une arnaque humanitaire au Rwanda, et Mogi Bayat réclame une sanction pour sa semelle sur Laquait. Marcos Camozzato opine. Le Parquet fédéral enterre : " L'arbitre n'avait qu'à voir ". Simple et efficace.
...

Sonck au ralenti. Sale temps pour Wesley : son nom est utilisé dans une arnaque humanitaire au Rwanda, et Mogi Bayat réclame une sanction pour sa semelle sur Laquait. Marcos Camozzato opine. Le Parquet fédéral enterre : " L'arbitre n'avait qu'à voir ". Simple et efficace. Viré, Virant. Il en a inversé ses fioles : laborantin en semaine, Christophe Virant paie son off-day du Standard, et ira réfléchir en D2. Marcel Javaux en profite pour parler des pistons à la CCA. Robert Jeurissen, qui ne fait jamais des trucs pareils, précise que les derniers gros matches seront confiés à des arbitres du top. Le reste du temps, on s'en fout ? Just (don't) do it. Tubize va basculer en D2 et Raymond Langendries se prépare à passer la main : son rêve de D1 a été exaucé et n'est pas prêt de se reproduire. Mais Nike y croit : l'équipementier va lâcher les Diables et signe pour trois ans chez les Teletubbies. On savait les Diables tombés très bas, mais à ce point... Bien bossé, Pierre-Yves. La Commission du calendrier déniche trois dates pour d'éventuels tests-matches : les 21, 24 et 26 mai. Des dates qui peuvent concerner aussi bien l'attribution du titre que la descente ou les barrages. Sans blague ? Vermeersch aimait bien Arafat. Faute d'offrir du foot décent, le Brussels fait dans le caritatif : le club va accueillir l'équipe nationale de Palestine en match amical, la recette ira aux réfugiés. Après les bananes de Zola, Johan Vermeersch va se racheter une conduite. Sécu sécure. Laurette Onkelinx répond à une question parlementaire : les clubs de D1 n'ont plus de dettes à l'ONSS. Merci la licence. Seule la D3 reste dans le rouge : 1,5 million d'euros répartis sur huit clubs. Si un jour on scinde la sécu, ce ne sera pas à cause du ballon rond. Encore merci, René. Vandereycken reçoit le huitième C4 de sa carrière. Il devait refonder le football belge sur les valeurs d'antan : roublardise, solidarité, organisation défensive. Il dégage après trois ans, laissant des résultats calamiteux, un cadre tactique post-dadaïste, un groupe déchiré et une communication nihil. RVE retrouve sa solitude limbourgeoise, sa télé satellite et sa conviction d'avoir eu raison contre tout le monde. Mais dans quel sport ? La fédé nous réserve un dernier gag exclusivité Union belge : deux heures avant la décision, l'attaché de presse clame qu'aucune réunion n'est prévue. Question casting, le nouveau profil recherché est celui " d'un leader charismatique ". Ca fera plaisir à Jef de Sart. D'ici là, ce bon vieux Frankie comblera avec Théo Moustache. Vier-drie-drie. Adrie Koster signe à Bruges, le Néerlandais dirigeait les jeunes d'Ajax Amsterdam. Un choix curieux après les épisodes foireux Ferrera, Janevski et Mathijssen. Courageux mais pas téméraire : Koster ne reçoit qu'un an de contrat. On imagine déjà les ailiers de poche déborder à foison, façon Arena... Ça tombe bien, le nouveau président aime la jeunesse, l'offensive et la technique. Les apôtres élisent leur nouveau christ : comme prévu, Pol Jonckheere succède à Michel D'Hooghe. Bison futé. Bertrand Laquait tente de se retaper après le passage de Karate Sonck. " On dirait une carte routière ", commente Philippe Vande Walle voyant le dos de Bébert. Et VDW, 47 ans, d'aller se renseigner : oui, il est en ordre d'affiliation et pourrait dépanner au cas où. Svilar en était resté à 44 ans, 4 mois et 4 jours. Record à battre. Contrat zéro. Réginal Goreux, qui commence à bien connaître les nervures de petit banc, a trouvé la solution : " pour être titulaire, je veux bien jouer pour rien. " Pierre François est pour. Bölöni, pas sûr. Eric est grand. Toute la Belgique pilonne le gsm de Gerets. Même De Keersmaeker veut mettre le paquet : " C'est en période de crise qu'il faut investir. " Depuis le Vieux Port, le Lion veut bien discuter, mais pas cumuler. Pour info au trésorier fédéral : à l'OM, Gerets touche 2,4 millions bruts par an, soient 100.000 euros nets mensuels. C'est trois fois plus que Vandereycken, six fois le contrat d'Anthuenis. Un valium pour Monsieur Germain. Sans moi, vous n'êtes rien. Anderlecht bredouille, et Boussoufa se sent de nouvelles envies de départ. " Mon objectif, c'est jouer la Ligue des Champions. " Mais Mbark s'inquiète pour sa mère-nourricière. " Quand je vois mes stats, je m'interroge : que va devenir le Sporting sans moi ?" Un vrai gars d'Amsterdam. A fond. 21 ans et toutes ses dents : Defour souffle ses bougies au volant d'une BMW 335 et d'une Jaguar Silhouette. L'ex-pilote Marc Duez a invité Steven sur le circuit de Zolder. On y pousse comme on veut. Et pas besoin de permis. A deux pour une cage. VDE viré, Bailly ne perd pas une minute : " Avec Vandereycken je n'aurais jamais joué, de Sart lui connaît mes qualités. " Stijnen est sec à la détente : " Avec de Sart, ça ne marchera pas : il laisse trop faire, il n'y a aucune discipline, certains s'occupent plus de leur sac Vuitton que de leur match... " Ambiance. Cumul interne. La Roumanie vire Piturca mais Bölöni veut rester en Belgique : " Je veux bien doubler le Standard et les Diables. " La balle repasse dans le camp de Luciano. Crème catalane. A la mi-temps de Barcelone-Bayern, Milan Jovanovic coupe sa télé : " Ils sont trop forts, ça me donne la migraine, j'ai presque envie de changer de métier. " Annoncé sur la liste des Blaugranas pour la saison prochaine, Bisou ne perd pas le nord : " Comme avec le Real, je veux un contrat de trois ans minimum. " La phase à chaud de Germain. Germain Landsheere garde les finances de la Fédé : " Engager Gerets est moralement indéfendable, que vont penser les ouvriers d'Arcelor Mittal qui sont à la rue ?" Anthuenis en rajoute une couche : " Moi je serais prêt à le faire gratuitement, car l'équipe nationale est un honneur. " On a connu Aimé plus collégial. Et si Gerets se fait prier, c'est justement, dixit son pote Eddy Snelders, à cause d'Aimé : " En 2002, l'Union belge n'a sollicité Eric que pour faire baisser le prix d'Anthuenis... " Les bons comptes de Jacky. Mathijssen refile l'entraînement à son T2, et règle la note dans les journaux. " Mon sort était scellé depuis trois mois, j'espérais plus d'honnêteté de mes dirigeants, mais quand on n'est jamais là... J'ai même voulu démissionner. " Avant ce lob bien placé : " Le groupe que je laisse est un cadeau pour mon successeur. " Premier ou deuxième degré ? A Sclessin, ça cause tactique. Après la défaite à Charleroi, les joueurs ont demandé à Bölöni un retour au 4-4-2. Jovanovic : " C'est plus adapté à notre jeu offensif. " Mbokani : " J'entreprends plus, je me sens libéré. " Evidemment, quand Igor est blessé ça facilite... A Tubize, rien ne va plus. Même l'US Centre (D3) s'impose 5-1, la bande à Cartier devrait arrêter les matches amicaux. Alan Haydock reçoit son bon de sortie, mais reste classe : " par rapport au Brussels, l'équipe avait plus de qualité et d'intelligence tactique. " Ah bon ? Bruges n'est pas Bruges. Le Cercle Bruges fête ses 110 ans et jure fidélité au stade Breydel. " Nous ne recherchons pas le profit, nous sommes un club sportif à visage humain. " A peine visé, Michel D'Hooghe reste prudent pour son futur stade : " Je m'attends à un recours au conseil d'Etat car le lieu menace la vie sexuelle des chauve-souris. " Amer, Monsieur le Baron. Humour picard. A Mouscron, on commençait à s'ennuyer. Le miraculeux investisseur s'avère être un escroc basé à Chypre et fiché par les banques suisses. " Pas de souci ", dit Philippe Dufermont. " J'ai mon plan B. " Cela s'appelle du comique de répétition. Scifo rigole moins : " Je comprendrais que les joueurs renoncent. " Chicago-sur-Sambre. Que font Oulmers et Sbai quand ils n'ont pas entraînement ? Ils tirent au pistolet électrique sur les passants. Que fait Mogi Bayat quand il apprend la chose ? Il s'en prend au policier verbalisant. Ca se termine avec les menottes au poste. Version light : le pistolet était une lampe de poche, et Mogi s'est fait molester. Comme chaque fois, Bayat Jr saisit le comité P. Au Pays Noir, c'est tous les jours la fête. Koster est aware. Brugeois depuis trois jours, et déjà son avis sur tout. Adrie Koster démolit la réforme : " Désigner le champion via les playoffs c'est stupide, on risque d'envoyer un sous-fifre en C1, et le coefficient général va baisser. " Le T1 brugeois n'aime pas les marathons : " Un championnat de 40 matches produira de la fatigue et un nivellement des joueurs, car il faudra investir sur de plus larges noyaux. " Pas faux, ça. Le septième jour, Dieu se reposa. Le Standard a atteint son quota de matches décalés : Pierre François refuse d'encore jouer le dimanche... ou alors moyennant supplément de droits TV. Doublement bien joué du clan liégeois : la pression sera sur Anderlecht, qui jouerait après le Standard. Ariel Jacobs n'est pas dupe : " En Allemagne on fait jouer les leaders en même temps, mais en Belgique tout est possible.. " Tout fout le camp. Anderlecht-Bruges, c'est aussi le choc des hooligans. Même en réserve, on prépare une bonne baston. Le maïeur d'Aalter (où Bruges B joue à domicile) fait interdire le duel. Mais où va-t-on ? Roulers roule à la super. McDonald hache Genk menu et Roulers gagne encore (1-0). Sous les yeux de Van Haezebrouck, le Racing se liquéfie (6 sur 15) et perd sa quatrième place. John peut aussi tacler. Collins en a marre de Charleroi, de son terrain miteux et de sa direction. " J'apprends les transferts par les journaux, mes dirigeants savent tout alors qu'ils n'ont jamais touché un cuir. Je ne fonctionnerai plus longtemps dans ce schéma-là. " On avait cru comprendre. Mauve Army. Même quand il jouait au Club Bruges, Tom De Sutter supportait - discrètement - Anderlecht. " J'ai vu des matches en business-seats mais c'était mortel, personne ne bougeait. " Il a même fêté un titre parmi la plèbe : " J'étais sur le parking et les joueurs défilaient sur le podium. " On inverse bientôt les rôles ? A la pompe, c'est Théo. Théo Custers critique le limogeage de Maître René, et plaide pour Vercauteren : " Frankie a le profil idéal. " Pour continuer à perdre ? Le meilleur pote à Boniek a ouvert un bistrot à Harelbeke. Avec un écran géant pour voir les matches. Tout n'est pas perdu. Les points, pas les buts. Benteke marque tôt et fait oublier Jova, le Standard domine Lokeren invaincu face aux grands (1-0), mais loupe un train d'occases : Bölöni a raison de râler. Charleroi avance vers le maintien contre un Mouscron laxiste, via un but-cadeau (1-0). Les points ou l'argent : chacun ses soucis... Après le match, Mogi Bayat insulte la presse et le clan Scifo. Classique. Liquidation totale. Force 7 et 10 dans la défaite pour Mons et Tubize qui préparent déjà leur Exqise saison. Au Cercle, Cartier joue -et perd - au poker en changeant sept joueurs (défaite 4-1), l'AFC égale le triste record d'Hasselt et Diafutua pète une durite. Face à Malines l'Albert dispute son non-match hebdomadaire pour un 13e revers d'un but (0-1). Courtrai a les pieds dans le marais : dixième match sans victoire contre Dender (1-2), et toujours de la faute de l'arbitre, dixit leur ami Van Haezebrouck. Au Germinal Beerschot, Zulte Waregem gagne le duel des teams du deuxième tour (1-2), Nfor inscrit un but de grand. L'Enfer du Tom. Tom Boonen gagne Paris-Roubaix, mais De Sutter râle. D'habitude Tom applaudit les coureurs au Carrefour de l'Arbre. Son modèle c'est Peter Van Petegem, et à la télé l'Anderlechtois préfère même le vélo au foot. Van Pet lui renvoie le compliment : " Avec tes cuisses, tu ferais un bon coureur. " Diables oranges. Outre-Moerdijk, on s'intéresse aux Diables. Louis van Gaal : " Le coach idéal, c'est moi. " Trond Sollied est candidat : " Il faut un coach étranger pour dominer les enjeux communautaires. " Marc Degryse suggère... Cruijff : " Rien que pour ennuyer les Hollandais, Johan le ferait. " Délirons un peu en attendant que ça passe. Une pilule, et ça repart. Jonathan Blondel refait surface après un an de galère. " Je sors d'une grave dépression, j'ai perdu des proches, ma femme a fait une fausse couche. Je n'avais plus goût à rien, mais un matin je me suis levé, c'était passé. " Continue Jo, le foot belge t'attend. MPH en Europe, pas chez les Diables. La Gantoise domine Westerlo pour la quatrième place (2-0). L'Europe est en vue, la direction gantoise repousse le blocus de l'Union belge : Preud'homme ne sera pas coach fédéral. Pas toute de suite en tout cas. Agressive attitude. Au coup d'envoi Juju Henin a passé le mot : le Sporting a étouffé Bruges dans le jeu offensif et l'intimidation, signée Wasyl et Deschacht. La lapin Boussoufa a fait basculer le choc et planté son £uf de Pâques, Stijnen reprenant le rôle de la cloche (1-0). Anderlecht gagne le " match de la vie ou de la mort " ( copyright Van Holsbeeck) et prend la main sur le Standard à l'approche d'un calendrier favorable. Bruges demeure inexistant dans les sommets.l par érik libois (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport)