LUNDI 23 février

Chacun son truc. Pendant que Schollen, Wasyl, Deschacht et Gillet refont le Clasico au Carré à Willebroek, Boussoufa parraine les enfants malades du Sahara. Et glisse à Studio 1 qu'il sera encore Mauve l'année prochaine. Promesse d'ivrogne ? Mbark ne boit pas.
...

Chacun son truc. Pendant que Schollen, Wasyl, Deschacht et Gillet refont le Clasico au Carré à Willebroek, Boussoufa parraine les enfants malades du Sahara. Et glisse à Studio 1 qu'il sera encore Mauve l'année prochaine. Promesse d'ivrogne ? Mbark ne boit pas. Engueulades au vestiaire. Les Standardmen s'expliquent avant l'entraînement. Sarr fait claquer les portes : " Si vous pensez à votre transfert, c'est mal barré. " Pendant ce temps, en salle de presse... Bölöni donne la recette. Sélectionner 50 % de la vérité, bien agiter. Glisser deux pincées de mauvaise foi : " L'arbitrage de Paul Allaerts a affecté notre jeu ". Evider dans une bonnette de micro siglée 11. Ajouter une louche de percussion : " De Camargo débloque plein pot ". Déglacer avec un zeste d'agressivité : " Les journalistes et moi, nous sommes des hypocrites, on raconte n'importe quoi ". Vous obtenez un magnifique Bölöni d'après-défaite. Un talent fou ce garçon. Mais compliqué. Le retour des bonnes habitudes à Bruges. Après deux lundis bye, le Club Bruges s'offre sa réunion de crise du lundi. Le DG Filips Dhondt doit renoncer à un minitrip à Chelsea, et le DT Luc Devroe revient du ski. Merci Jacky. Les s£urs Williams caquètent. Westerlo perd son capitaine, Jef Delen est opéré du bras. Il va s'occuper de sa ménagerie. Il a des cochons. Et deux poules. Prénoms : Venus et Serena. Michel & Michel, une affaire qui roule. Louwagie convoque deux fois Preud'homme : " Cela ne peut plus durer, La Gantoise doit remonter au classement. " Entre la cinquième et la neuvième place, il y a 400.000 euros de différence en droits télé. Ponction sur (gras) salaire en vue ? Un back, ça peut être con. " Jouer sur le flanc de la défense, c'est facile. " C'est signé Karel Geeraerts qui a dépanné à Westerlo. Sur le banc, Laurent Ciman a apprécié. Le Serpent crache sa bile. Cette fois, Jovanovic ne vise pas Mbokani. C'est à l'Hôpital de la Citadelle qu'il sort ses tripes. Une méchante grippe intestinale qui lui colle une semaine d'hosto. Prends de l'eau de riz, c'est radical. Arsène Jacobs. Van Holsbeek en a vu d'autres, mais se fait lyrique : " Ariel est notre Wenger, il est fort en tout, le relationnel, la tactique, le mental. " Et Herman de rêver au bon vieux temps : " Il nous faut deux, trois artistes genre Boussoufa, et le reste de l'équipe à leur service. " Jusqu'à la prochaine crise... A Tubize, le patron n'avale pas. Raymond Langendries engueule ses employés : 0-6, c'est du tennis. Quinton Fortune tuyaute le nom d'un pote. Un certain Roy Keane. On ne se moque pas du Président. Champion, ça coûte. Trudo Dejonghe, un économiste anversois, publie les comptes des clubs. Le Standard a perdu 3,4 millions la saison du titre. Merci les primes. Heureusement, Fellaini était là pour renflouer. Malines, Zulte Waregem et Westerlo sont au premier banc, Mouscron et La Gantoise au fond de la classe. Bruges attend toujours l'assurance décès de Sterchele pour combler le gap. La masse salariale d'Anderlecht vaut 19 fois celle de Courtrai, la valeur de son noyau 25 fois celle du Cercle ! Roulez jeunesse. Les footeux et la bécane, ça le fait. Si Anderlecht est champion, De Sutter ira de Bruges à Bruxelles à vélo. Et cet été, il va gravir Hautacam. Thomas Matton, le miraculé de Zulte Waregem, soigne ses palpitations en sortant régulièrement 100 bornes. Et le 5 avril, il brossera l'entraînement : comme chaque année, il sera au Molenberg pour voir le Tour des Flandres. Laszlo et la sidérurgie. Bölöni est un type de valeur(s). " Nos supporters travaillent dur à l'usine, et se saignent pour venir au stade. Ne l'oublions jamais. " Voilà du mental training. Mbokani serait arrivé en retard au briefing... Etincelles au Pays Noir. John Collins perdrait déjà patience avec Mogi. En dehors du terrain aussi, ce sont les résultats qui font l'ambiance. Entraîneur, un métier balèze. A Roulers, Dennis van Wijk fait donner l'entraînement par un supporter très critique. Le quidam n'a pas survécu à l'échauffement. Kanu entend mal. Le Brésilien du Cercle lit mal le jeu : " Je vais lui mettre une oreillette ", précise De Boeck. Glen a connu Arie Haan au Parc Astrid : selon le Hollandais, certains joueurs devaient être guidés au joystick. Aujourd'hui, Arie est en Albanie. En camp de rééducation ? Cherchez la femme. Momo Sarr relativise avant Braga : " Quand votre femme vous largue, la vie continue, ce sera la même chose si on est éliminés. " Dimitri Bulykin est plus possessif : " Je téléphone à Moscou dix fois par jour, et je demande à ma femme de me passer les gens avec qui elle se trouve, juste pour être sûr. " Ariel, fais quelque chose pour ce garçon. Banc solaire à Sclessin. Au Standard, la pelouse est traitée aux UV, c'est mieux pour le gazon. Debout Milan ! Pour le bronzage ça ne marche pas. Le stade, haut-lieu de culture. Inspiré par les chants ludiques, le Front National prépare les élections régionales. Avant les matches à Anderlecht et Charleroi, le FN chasse les signatures. Le foot, langage de fraternité et d'intégration. Boire un petit coup, c'est agréable. Et utile. Leo Vander Elst rappelle comment Bruges a surclassé Dortmund en 87 (5-0). " Avant les prolongations, le soigneur m'a refilé sa petite fiole de whisky. " Peu de chances que l'Agence Mondiale Antidopage rouvre le dossier. L'Antwerp et les Wallons. Virton dépose plainte à l'Union Belge et au pénal. Qui sera le premier à punir ? A Genk, Daniel Töszer (n°88) est surnommé le Nazi par ses équipiers. C'est de l'humour limbourgeois. Attention à la mayo. Anderlecht dévoile la maquette de son futur stade. Les deux tribunes côté Parc seront surélevées. La tribune d'honneur sera dotée de sièges grand luxe. Le Vicomte Davignon ne pourra plus renverser ses frites. Bruges va tout casser. Pour Stijn Stijnen, Bruges est l'équipe de demain : " Avec nos jeunes, on surclassera bientôt tout le monde, Vadis est notre Kompany. " A défaut de présent, parlons d'avenir. Welcome au home. Anderlecht peut récupérer Tchité, depuis six mois Santander ne paye plus les tranches du transfert. Le Sporting attend encore trois des huit millions d'euros ! Au fait : Mémé est blessé. La grenouille et le b£uf. Quand on n'a rien sur le terrain, il faut savoir faire diversion. Dans la série des partenariats morts nés, Tubize et Mouscron annoncent une collaboration avec Tottenham et Lille. On fait le point dans trois mois ? Le Standard sauve la Belgique. 6,8 % de chances de passer, c'était trop peu. Sans Jova mais avec Defour, les Rouches échouent face à Braga (1-1), le point pris assure à la Belgique deux clubs en C1 la saison prochaine. Bolat joue une mi-temps, puis se blesse : cet Espinoza a vraiment des pouvoirs secrets. Bölöni et Defour réinventent la médecine : quelle comédie. Un comité ludique. Le Comité exécutif de l'Union Belge condamne fermement les chants anti-wallons. Oui, fermement. Des sanctions vont suivre : de l'amende à l'interdiction de stade, en passant par des matches à huis clos et le retrait de points. Des délégués seront envoyés dans les stades pour noter les paroles. Un projet de compil pour Noël ? Point suivant. Le Standard et la médecine. Defour reconnaît qu'il a boité exprès pour tromper les journalistes. Le Docteur Bölöni évoque la sinusite de Jovanovic. C'était pas une gastro ? A force de jouer du pipeau, eux-mêmes s'y perdent. Attention à l'ulcère. Jacky Mathijssen brosse l'entraînement, il souffre de l'estomac et de coliques. A force. Roulers, c'est pro. McDonald et Perisic, les deux starlettes locales, ne peuvent plus parler à la presse. Au Schiervelde, on commence à se la jouer comme chez les grands. Le régime Dessy. Depuis qu'il est revenu de France, Christophe Dessy a perdu 11 kg. Faut dire qu'il a enchaîné Standard et Mons. Argument béton. " Si le Cercle ne peut plus développer son jeu, c'est la faute du Club ", dit De Boeck. Les Blauw en Zwart auraient pété le terrain du Breydel en y jouant début janvier sous les frimas. " Comment casse-t-on du béton avec les pieds ?", rétorque Luc Devroe qui s'y connaît en immobilier. Cyber-referees. Werner Helsen, le préparateur belge des arbitres FIFA et UEFA, teste son logiciel avec nos referees. Un programme en 3D qui cerne toutes les nuances du hors-jeu. C'était donc ça. Genk chauffe. Genk replonge à Malines (2-1). Vrancken ajuste son ex-coach Van Geneugden : " Ce type est un faux cul, il me disait que j'étais le meilleur mais ne me faisait jamais jouer. " Wouter sait y faire : avec Dany Boffin, il forme tandem de coaches à Nieuwkerken, en 1re Provinciale. La famille explose. Après Tom De Sutter en janvier, son frère de sang Stijn De Smet officialise son prochain départ du Cercle. Il annoncera son choix la semaine prochaine. Juste après le derby brugeois. Suspense. Lokeren vaut bien Moscou. Moussa Maâzou restera finalement au Daknam jusqu'en fin d'exercice. Le garçon se dit soulagé. Les défenseurs belges un peu moins. Les vieux ont bougé. L' International Board lance l'arbitrage à cinq, avec deux assistants derrière les buts. La Belgique n'a plus qu'à se porter candidate. Il n'y a plus de petits pays. Pour Demol exilé à Achnas, le foot chypriote vaut bien le belge. Stef' est devenu marchand de camelote. Comptage variable. Les supporters de Mouscron veulent sauver l'Excel. Rencontre avec le bourgmestre et marche vers le stade en avant-soirée. Une centaine de manifestants, selon les organisateurs. Trois ou quatre, selon Jean-Pierre Detremmerie. Après les fleurs, le pot. Mouscron, c'est moins sexy que le Standard : Anderlecht retombe de haut et vendange à l'Excel (1-1). Au moins ça fait du suspense... Bruges verse sang et larmes, mais domine Roulers (2-1) : déjà des crampes en moins pour Mathijssen. Yupie ! Le Hainaut célèbre sa première victoire en 2009 : John Collins sirote son scotch face à Mons (3-0), où l'on prépare déjà les fiches de la D2. Rien de neuf à Tubize, le boulier compteur est toujours de sortie (défaite à Dender 4-0). 20 points sur 24 : à ce train-là, le Beerschot va bientôt jouer l'Europe (victoire contre Courtrai 3-0). Le tackle de Kouyaté sur Proto, son futur équipier au Parc, n'était pas très classe. Les bons élèves s'entendent comme frères : Zulte Waregem-Westerlo 1-1. Licences, on clôture. A minuit, Roland Tis relève les copies, le manager des licences va connaître son mois full. Pas de panique : des documents peuvent être joints jusque fin mars. Il n'y a pas grand suspense. Sauf à Mouscron bien sûr. C'était mieux avant. Sven Vermant est en stage d'entraîneur des -14 du Club Brugeois. Gert Verheyen vend toujours des cols roulés à Maurice Lippens sur la plage du Zoute. Scout, toujours prêt. Rik Vande Velde est le nouveau chef scout d'Anderlecht, c'est lui qui a amené Rnic. Preuve qu'il place la barre très haut. " En Belgique, plus aucun talent ne peut nous échapper. " La preuve, le Sporting teste deux gardiens de 17 ans, venus d'Eupen (D2) et Harelbeke (P1). Pendant ce temps, Proto compte les caisses au port d'Anvers. Le foot, version sympa. Le ministre de l'Intérieur finance trois projets sociaux. Le GBA forme les jeunes du quartier au stewarding, le Lierse engage des chômeurs pour embellir son stade, Genk véhicule les personnes handicapées vers les matches. Anderlecht braille. Le Sporting lance une opération-pilote : les aveugles et mal voyants seront bientôt équipés d'un casque audio avec commentaires live. On les rassure, y a rien à voir. Latéralité. A Mons, les jeunes portent une chaussette noire et une chaussette rouge. Car certains confondent encore pied droit et pied gauche. On sait maintenant pourquoi le Carolo Chakouri joue avec une godasse verte, et l'autre bleue. Toujours plus drôle. Après la pédophilie, l'Antwerp explore le monde des médias. La RTBF est ciblée, les poètes anversois s'auto-flagellent sur une banderole aux côtés de deux tortionnaires historiques. Et si on causait d'autre chose ? Standard pas mort. Face au Cercle (4-0), les Rouches concrétisent le cadeau mauve. Soirée bingo : le Standard revient à deux points, et avec ses deux buts, Mbokani détrône Maâzou de son piédestal. Exclu face à Gand, Moussa n'a frappé qu'une fois depuis sa signature moscovite.l par érik libois (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport)