" Mais qu'est-ce qu'il est lent sur les premiers mètres ! Qu'est-ce qu'il semble hors du coup ! " : signé Arsène Wenger lors de Brésil-Corée du Nord, un match où LuisFabiano multiplie les mauvais choix, gaspille les occasions de but, à l'image de son dealer de ballons, Kaká, lui non plus, jamais dans le bon tempo. Cinq jours plus tard face à la Côte d'Ivoire, Kaká distille deux assists et...

" Mais qu'est-ce qu'il est lent sur les premiers mètres ! Qu'est-ce qu'il semble hors du coup ! " : signé Arsène Wenger lors de Brésil-Corée du Nord, un match où LuisFabiano multiplie les mauvais choix, gaspille les occasions de but, à l'image de son dealer de ballons, Kaká, lui non plus, jamais dans le bon tempo. Cinq jours plus tard face à la Côte d'Ivoire, Kaká distille deux assists et Fabiano en plante deux à Copa Boubacar Barry. L'attaquant brésilien peut enfin respirer et récupérer son blase de O Fabuloso pourtant de plus en plus inapproprié ces derniers mois. Car son but en première période face aux Eléphants, d'une frappe limpide et puissante dans un angle fermé, a mis fin à près de dix mois de disette sous le maillot auriverde. Il semble que l'air sud-africain lui fasse du bien puisque l'attaquant du FC Séville avait déjà brillé un an plus tôt à la Coupe des Confédérations en terminant meilleur buteur (5 buts). Pourtant, après son couac face aux Nord-Coréens, la presse brésilienne lui était tombée dessus, employant des termes très durs, et pointant son manque d'aptitudes pour évoluer au poste de numéro neuf de cette sélection. Et c'est évident que l'héritage est lourd. D'autant que Fabiano n'a pas le toucher de balle et le démarrage de Romario ni la puissance et le dribble de Ronaldo. Fabiano est plus frustre, moins joga bonito que les deux précités, mais affiche toutefois des stats redoutables : 27 buts en 41 sélections. Pas mal pour quelqu'un dont il fallait à tout prix se débarrasser après le premier match. Et puis, Fabiano est quand même un peu brésilien. En atteste son second but inscrit, après deux coups du sombrero (et... deux fautes de main) que n'auraient certainement pas renié ses prédécesseurs. Sa Coupe du Monde devrait être décisive quant à son avenir. Celui qui fut considéré comme un flop retentissant à Rennes en 2001 (oui, oui, le club breton) devrait quitter cet été l'Andalousie. AlexFerguson le tient en très haute estime et le Milan AC se verrait bien l'associer à Ronaldinho en attaque. A bientôt 30 ans, il est temps pour ce sérial-buteur de passer à la vitesse supérieure. photo: reporterspar thomas bricmont et stéphane vande velde - Photo: Reporters