Avant le Samyn, vous avez déclaré que les femmes offraient plus de spectacle que les hommes...
...

Avant le Samyn, vous avez déclaré que les femmes offraient plus de spectacle que les hommes... Oui, même si le Samyn n'a guère été passionnant ! (elle rit) En cyclo-cross, par exemple, il n'y a pas une seule fille qui domine la discipline. Idem sur la route. Les équipes sont plus petites et n'ont pas les mêmes possibilités pour contrôler une épreuve. C'est moins scénarisé. Il n'y a pas d'office une échappée matinale. Chez les hommes, à la limite, il suffit de regarder les 20 derniers kilomètres. Chez les dames, tout peut se jouer à 120 ou 60 km de l'arrivée, voire lors d'un sprint massif. Qu'est-ce la consultance télé vous apporte ? J'avais déjà collaboré lors de quelques courses et être assurée de travailler sur sept classiques avec Kevin Paepen est comme un rêve qui se réalise. J'avais discuté avec Laurent Bruwier et c'était le bon moment pour me lancer car je connais encore 70% du peloton. Ce sera moins le cas dans dix ans ! Beaucoup de gens m'ont félicité pour ma première au Samyn mais j'aimerais quand même un bilan car ce n'est pas à moi de dire ce qui était positif ou négatif. La course a été particulière. Avec l'échappée de Chantal Blaak, on a vite su qui allait l'emporter. Ce n'était pas évident de maintenir un suspense et c'est pour cette raison qu'on a focalisé notre attention sur la lutte pour la seconde place. En plus, suite à un problème technique, nous ne captions pas " radio tour " et nous n'avions aucun écart. On résume le cyclisme féminin à Alana Castrique et à Cameron Vandenbroucke : c'est vrai ou réductteur ? Vrai, pour ce qui est de la Wallonie. Actuellement, il n'y a pas grand-chose. Alana a été championne de Belgique en U23. Cameron a débuté tardivement, manque d'expérience et ne fait pas du cyclisme sa priorité. Mais elle a le talent pour combler ces lacunes. Médiatiquement parlant, le cyclisme féminin part de loin, non ? Le cyclo-cross a une bonne visibilité sur Proximus et Sporza depuis plusieurs années. Et, comme je l'ai déjà signalé, il est plus passionnant. Chez les hommes, avec Mathieu Van der Poel, on s'endort après 15 minutes ! (elle rit) La médiatisation apportée par la télé va être un élément décisif pour que les sponsors acceptent de donner de l'argent. Sur RTL, Aline Zeler commente le foot féminin (Red Flames) mais aussi masculin (Champions League,...). Vous pourriez officier sur le cyclisme masculin ? Pourquoi pas, si on trouve que je suis pertinente. Je le fais bien depuis mon canapé ! (elle rit)