Un post levant partiellement le voile sur la mystérieuse recette du poulet frit de KFC a été relayé ou liké plus de 600.000 fois sur Twitter...Ton secret le plus inavouable ?

LUCAS ROUGEAUX : Ma recette de pancake du dimanche matin, c'est secret défense ! Je vais être un peu plus généreux pour la pissaladière, spécialité culinaire de la région niçoise d'où je suis originaire, qui est mon autre spécialité. Le secret d'une bonne pissaladière, c'est tout simplement le pissalat. J'ai appris à cuisiner avec ma grand-mère, mais je suis assez étonné d'être un des rares footballeurs qui aiment prendre le temps de préparer un bon petit...

LUCAS ROUGEAUX : Ma recette de pancake du dimanche matin, c'est secret défense ! Je vais être un peu plus généreux pour la pissaladière, spécialité culinaire de la région niçoise d'où je suis originaire, qui est mon autre spécialité. Le secret d'une bonne pissaladière, c'est tout simplement le pissalat. J'ai appris à cuisiner avec ma grand-mère, mais je suis assez étonné d'être un des rares footballeurs qui aiment prendre le temps de préparer un bon petit plat. Pour moi, c'est très important, cela fait partie de mon éducation. ROUGEAUX : Je comprends d'autant moins que la plupart sont franchement ratés. Autant, je suis fan de certains imitateurs français comme Marc Antoine Le Bret ou Nicolas Canteloup, autant les sosies ça suffit ! À Courtrai, on trouve que je ressemble à Gary Kagelmacher, par exemple, alors que je ne suis pas du tout de cet avis ! Alors, peut-être qu'on a tous un sosie quelque part, mais le mien, je ne l'ai pas encore trouvé. ROUGEAUX : J'ai longtemps cru à la petite souris avant de comprendre que c'était avant tout une source de revenus non négligeable dans ma course aux autocollants Panini. Et aux bonbons ! ROUGEAUX : Je suis beaucoup dans la surprise avec ma compagne. La dernière en date, c'est un voyage à New York. J'avais tout préparé en amont, je me suis occupé des valises, des congés et on est parti sans qu'elle ne sache rien. Elle n'a découvert la destination qu'au moment de monter dans l'avion ! ROUGEAUX : J'ai longtemps entretenu une relation presque amicale avec un SDF du centre-ville de Nice. Tous les jours, je lui amenais des restes que j'avais cuisinés pour qu'il ait quelque chose à manger. C'était une relation particulière parce qu'on ne se parlait pas beaucoup, je ne connaissais même pas son prénom, mais quand il est décédé il y a un an et demi, j'ai été réellement touché. Il était devenu un ami, il faisait partie de mon quotidien, c'était un peu plus qu'une B.A. ROUGEAUX : Oui, parce que les mythomanes sont partout. Ce compris, en politique. Et que les extraterrestres, c'est non. Définitivement non. ROUGEAUX : Tous les midis au club quand il n'y a plus de fraises et qu'on m'accuse de les avoir toutes mangées. Tout ça parce qu'une fois, cet été, j'en avais peut-être pris un peu plus que les autres (rires). MARTIN GRIMBERGHS