Contre les fusions ! (Daniel Devos)

Il est curieux de constater que c'est toujours lorsque cela va mal qu'on évoque l'idée d'une fusion. Or, le mariage de deux unijambistes a rarement donné naissance à un champion olympique. Ce serait chouette d'avoir trois clubs bruxellois en D2, de se remémorer les derbies d'antan entre le Daring et l'Union, entre le White et l'Union. Chaque club a le droit d'exister. Pour nous, deux clubs qui fusionnent, c'est un club qui disparaît. Le FC Bruss...

Il est curieux de constater que c'est toujours lorsque cela va mal qu'on évoque l'idée d'une fusion. Or, le mariage de deux unijambistes a rarement donné naissance à un champion olympique. Ce serait chouette d'avoir trois clubs bruxellois en D2, de se remémorer les derbies d'antan entre le Daring et l'Union, entre le White et l'Union. Chaque club a le droit d'exister. Pour nous, deux clubs qui fusionnent, c'est un club qui disparaît. Le FC Brussels est déjà lui-même le fruit d'une fusion entre le Racing White, le Daring (ce qui donna le RWDM) et le FC Strombeek. On ne va pas encore en ajouter deux autres, tout de même ? Genk n'est pas la seule réussite : on peut citer Roulers, Zulte Waregem (le stade et le potentiel public du Essevee + les joueurs de Zulte) et le GBA (combien de temps aurait survécu Ekeren en D1 avec ses 3.500 supporters ?). Cependant, je suis d'accord avec la teneur générale du propos. C'est difficile pour les supporters qui sont derrière leur équipe depuis longtemps de changer de club, de devoir s'allier parfois avec un rival. Tout un passé à effacer. Je perçois jusqu'ici les ricanements des hyènes qui prévoient qu'Olivier Deschacht se plantera à l'Espanyol. Bien que Deschacht a toujours dit qu'il rêvait d'effectuer une carrière unique à Anderlecht, à l'image de Paolo Maldini au Milan, il devrait tirer son plan en Liga. Qu'on ne s'y trompe pas : jusqu'à présent, du fait d'avoir été surtout drivé par des entraîneurs comme Hugo Broos et Frankie Vercauteren qui l'ont constamment obligé de jouer avec le frein à main (Broos lui interdisait même de dépasser la ligne médiane...), Deschacht n'a jamais donné sa pleine mesure. Or, un back souffre d'autant plus défensivement qu'il ne peut pas mettre la pression sur l'adversaire en le menaçant constamment de l'une ou l'autre incursion. Cela dit, défensivement, il a très souvent donné satisfaction et même au centre de la défense. Deschacht a toujours eu un très bel avenir devant lui... Dieu que les clubs espagnols sont riches. Ils scoutent les clubs belges pour recruter des stewards. J'attends la photo officielle de Deschacht avec sa vareuse fluo... Deschacht est un joueur people, bon pour les gazettes, rien de plus. Il parle bien et joue mal. Adios...