Pierre Danvoye
...

Pierre Danvoye Hassan et Jovanovic nous cassent les pieds Ahmed Hassan et Milan Jovanovic se voyaient avec une godasse dorée mais ne l'ont pas eue. La pilule passe très mal chez eux. L'Egyptien était sûr de gagner. Sans cette certitude, il n'aurait pas fait un aller-retour en Belgique pour la soirée de mercredi dernier. Il avait juste oublié de tenir compte d'une chose : la loi des votes. Il est furieux et explique la victoire de Steven Defour à sa façon : il y a du communautaire et du nationalisme là-dedans, on ne pouvait pas lui offrir le trophée un an après avoir couronné un autre footballeur arabe, Mbark Boussoufa, etc. N'importe quoi. Il faudrait rappeler à Hassan qu'il a été à l'image d'Anderlecht pendant tout le premier tour : médiocre. Milan Jovanovic a lui aussi contesté le verdict. Le Serbe se voit dans un grand club européen depuis plusieurs mois mais il est toujours au Standard et n'écrase pas le classement des buteurs. Il félicite publiquement Defour pour sa victoire mais personne n'est dupe : il ne digère pas le résultat. Alain Meinguet a répondu : Steven Defour a été récompensé pour une régularité et un talent exemplaires. Une graine de champion et qui plus est, un flamand capitaine d'un club wallon, auront probablement joué en sa faveur. Ce vote étant fait par des hommes et non par des statistiques, le facteur émotionnel a un impact non négligeable. Michaël a répondu : Pour ma part, j'estime juste qu'il y a eu une différence de traitement dans les médias concernant les favoris et que l'écart final entre ces mêmes candidats est complètement exagéré. On ne peut nier qu'il y a une campagne pro-Defour dans les médias tout même. Philippe Karamanis a répondu : Si seules les statistiques exactes comptaient, Hassan devancerait Defour. De plus, s'il est encore acceptable que vous fassiez la leçon à un Jovanovic qui, malgré ses qualités réelles et son potentiel, n'a tout de même encore rien démontré (ou presque) au niveau international (ce que je lui souhaite pour le futur), la situation n'est pas identique avec Hassan qui n'a plus rien à démontrer dans le monde du ballon rond. Pierre Bilic Le fou Stijnen revitSouvent critiqué par le passé, Stijn Stijnen signe une saison de toute beauté. L'homme a un grain et son état de surexcitation sur un terrain peut inquiéter. On en enferme pour moins que cela mais comme me le disait Jean Nicolay un jour : " Il faut être un peu inconscient pour mettre la tête où d'autres n'osent pas engager le pied ". Stijnen menace (affaire Ronaldo), Stijnen insulte le public, Stijnen descend les attaquants adverses : c'est un tueur. A la longue, cette image déplorable lui a offert un " plus " par rapport aux puncheurs. Ils ont peur d'un fou. Antoine a répondu : Il me fait penser à Nico de Bree, un vieux fromage de Hollande (RWDM, Anderlecht, etc.) qui cassait tout. Pour sa suspension, il ne prendra que deux ou trois semaines : le Club Bruges a le bras long, long, long. Pascal a répondu : Je me demande combien de temps va-t-on encore voir un tel fou sur nos pelouses et je suis surtout curieux de voir quel sera le nombre de match(es) de suspension dont il va écoper suite à son geste inadmissible lors du match de Coupe de Belgique. Daniel Devos Messieurs de la fédération, il y a urgence !En basket, le mardi 8 janvier, Ostende avait battu Bologne mais le mardi 15 janvier, la fédération européenne avait décrété le match à rejouer pour un panier litigieux à la dernière seconde. Le match s'est rejoué le samedi 19 janvier ! Pourquoi vous parle-t-on de cela ? Simplement parce que, le samedi 12 janvier, Guillaume Gillet n'était pas encore qualifié pour le match Anderlecht-Hamme en Coupe de Belgique alors qu'il avait été transféré le mardi précédent. Et parce que, en ce samedi 26 janvier, on ne sait toujours pas si le match Brussels-Genk (non joué le samedi 8 décembre pour défaut d'éclairage) sera finalement joué ou pas, ni quand. L'appel a été plaidé cette semaine et on aura le verdict à la mi-février. Si on décide de jouer, quand jouera-t-on ? A la mi-mars, lorsque les deux équipes auront déjà joué pendant trois mois avec leurs nouveaux noyaux (et qu'elles ne pourront aligner que les joueurs présents au premier tour) ? Hugo Ralet a répondu : On a à faire à des pros sur le terrain... Mais pas à l'Union Belge on dirait. On est à la traîne comparé à d'autre pays, c'est l'immobilisme. Les erreurs se succèdent, mais on n'ose pas prendre ses responsabilités.par thomas bricmont et erik lenoir