Meilleurs voeux, Milo (Pierre Bilic, dimanche 16/12)

L'heure sera bientôt aux bons v£ux. J'adresse les miens à Zvonko Milojevic. L'ancien gardien de but de l'Etoile Rouge Belgrade, d'Anderlecht et de Lokeren, a été victime d'un terrible accident de la circulation il y a quelques semaines, en Allemagne. Il est désormais soigné à Louvain. Milo, c'est un homme et un sportif comme on en rencontre peu. Il ne compte que des amis, épatés par son sourire, son éternel optimisme et sa joie de vivre. Gravement touché au dos, il se bat. C'est inscrit dans son tempérament. Tout va vite, on admire puis on oublie. Il faut parfois s'arrêter pour se dire tout simplement : Milo m'a apporté quelque chose. Meilleurs v£ux et bonne chance, Zvonko.
...

L'heure sera bientôt aux bons v£ux. J'adresse les miens à Zvonko Milojevic. L'ancien gardien de but de l'Etoile Rouge Belgrade, d'Anderlecht et de Lokeren, a été victime d'un terrible accident de la circulation il y a quelques semaines, en Allemagne. Il est désormais soigné à Louvain. Milo, c'est un homme et un sportif comme on en rencontre peu. Il ne compte que des amis, épatés par son sourire, son éternel optimisme et sa joie de vivre. Gravement touché au dos, il se bat. C'est inscrit dans son tempérament. Tout va vite, on admire puis on oublie. Il faut parfois s'arrêter pour se dire tout simplement : Milo m'a apporté quelque chose. Meilleurs v£ux et bonne chance, Zvonko. Michaël a répondu : " Merci pour ce petit mot pour un grand Monsieur... " On va encore nous taxer d'anciens combattants, mais le football n'est plus qu'un vaste marché. Où est passé le sport, là-dedans ? Faire progresser un joueur, perfectionner les automatismes dans une équipe : tout cela ne compte plus. Si l'on veut être champion (ou éviter la descente), tout l'art réside désormais à bien acheter et bien vendre. Les entraîneurs ont pu conserver les mêmes noyaux pendant trois mois et demi, ce qui équivaut à... 13 matches de championnat (puisqu'on en a joué 4 au mois d'août, lorsque le mercato d'été battait encore son plein). Ceux qui planchent sur une nouvelle formule de championnat en ont oublié une : celle en vigueur en Argentine. Demandez à Frutos et à Biglia : là-bas, on joue un championnat de 19 matches. Seulement des allers-simples. Cela dure trois mois et c'est très vivant. Un club anonyme comme... Lanus peut même devenir champion. Il y a donc deux lauréats par année. Pourquoi ne pas adopter cette formule en Belgique ? On aura tout de même des équipes totalement différentes au premier et au deuxième tour. Et puisqu'on dispose (mais pour combien de temps encore ?) de deux places en Ligue des Champions, les deux qualifiés seraient... le champion d'automne et le champion du printemps ! Les Mauves ne veulent plus commettre les mêmes erreurs. Désormais, place aux jeunes ! C'est en substance ce qu'Herman Van Holsbeek a déclaré au quotidien Het Laatste Nieuws. On applaudit des deux mains pareille décision, ou plutôt, position (car entre la parole et la pratique, le pas est souvent délicat). Pour ne pas être à la traîne, copions ce qui marche ailleurs, se dit-on du côté de Saint-Guidon. Cette saison, les louanges vont au Standard. Tiens, tiens, l'élément cité plus haut (les jeunes), pourtant longtemps sacrifié sur l'autel des résultats et de Frankie Vercauteren. Nuançons toutefois, des erreurs de casting, ça existe. C'est même inhérent à la politique d'un club. Alors analysons ce qui n'a pas marché, ce qui ne marche pas et tirons un trait sur le passé. Avançons avec la jeune garde, avançons avec des Espoirs. Positive attitude, que diable ! Mais, que lis-je : Thomas Buffel annoncé à Anderlecht ! Le gars qui a snobé les Mauves des années durant, mais dont Anderlecht semble toujours amoureux. Le même gars qui n'a plus sa place chez les Rangers depuis bien longtemps ; un club du sub-sub-top européen. A une époque pas si lointaine, on se moquait souvent de la politique du Standard qui rameutait les vieilles gloires déchues (Folha II, Prosinecki, Sa Pinto, etc). Aujourd'hui, la tangente s'est inversée : Witsel, Defour, Fellaini, voilà ce qui donne du punch à la machine rouche. Buffel au RSCA, c'est trahir les (toutes) nouvelles positions. Quand je vous disais qu'entre la parole et la pratique, le pas était souvent délicat. Maestro a répondu : " Pourquoi ne pas avoir fait le forcing pour un joueur comme Felhaini qui est promis à un grand avenir et qui est un box-to-box. Pourquoi avoir jeté quelqu'un comme Grégoire, qui aujourd'hui est remplacé par papy Goor qui n'a plus que son expérience pour lui ! Apparemment la Tchéquie à l'air d'être une mine d'or d'espoir, mais en attendant ce sont nos Espoirs qui étaient pratiquement en finale cet été ". Manu a répondu : " Comment un club en totale méforme comme Anderlecht peut-il penser à attirer un joueur en totale méforme comme Buffel ?" GG a répondu : " En début d'année, Ferrera, l'adjoint de MPH a quand même précisé sur la RTBF, que c'était contraint et forcé (manque d'argent ?) que le Standard avait fait appel aux jeunes. Avec l'heureux résultat que l'on connait, il faut l'admettre. Mais à quoi ça tient... " Le ridicule a (encore une fois) triomphé à l'Union Belge. On ne vire pas un coach qui perd. Ce n'est pas tous les jours que je suis d'accord avec Mogi Bayat. Oh non... Mais après ce qui s'est passé à la Fédération, j'ai quand même eu une petite pensée pour lui. Je me suis souvenu d'une phrase qu'il avait autrefois lâchée et qui avait fait scandale : " Il faut jeter une bombe sur l'Union Belge ". Comme c'est parfois/souvent le cas, il était mauvais dans la forme mais avait raison sur le fond. Lionel Bebronne a répondu : " Foot Mag, Sud Presse et tous les autres, ne pouvez-vous pas vous unir pour organiser une campagne originale Anti-UB et Anti-VDE qui serait, j'en suis persuadé à 200 %, suivie par de nombreux Belges qui ne demandent que du changement ".