Divorces carolos ? (Pierre Bilic)

Plus rien ne va à Charleroi qui a encaissé huit buts lors de ses deux derniers matches. C'est énorme. Plus grave : les joueurs et le coach ne semblent plus du tout sur la même longueur d'ondes. Camus n'a pas caché son exaspération : " Quand je suis bien, on me remplace et lorsque cela ne va pas, on me laisse sur le terrain. ". Vande Walle a probablement perdu la main par rapport à des joueurs dont la valeur était à la hausse sous la direction de Jacky Mathijssen. L'héritage de ce dernier est bel et bien dilapidé. La cote sportive et financière des joueurs carolos est désormais en forte baisse.
...

Plus rien ne va à Charleroi qui a encaissé huit buts lors de ses deux derniers matches. C'est énorme. Plus grave : les joueurs et le coach ne semblent plus du tout sur la même longueur d'ondes. Camus n'a pas caché son exaspération : " Quand je suis bien, on me remplace et lorsque cela ne va pas, on me laisse sur le terrain. ". Vande Walle a probablement perdu la main par rapport à des joueurs dont la valeur était à la hausse sous la direction de Jacky Mathijssen. L'héritage de ce dernier est bel et bien dilapidé. La cote sportive et financière des joueurs carolos est désormais en forte baisse. La température doit aussi se refroidir entre les Bayat (ils avaient un rêve...) et VDW qui dit : " Quand j'étais petit, je rêvais de marcher sur la lune mais je n'y suis jamais arrivé ". Cela fait deux futurs divorces (entre le coach et les joueurs, le coach et la direction) à moins que tout ne s'arrange miraculeusement sous le grand sapin : " Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel... "Aucune formule n'est parfaite ! Le projet de réforme du championnat avance, semble-t-il. Mais à petits pas. Aucune des formules proposées n'est apparue idéale aux yeux d'Hypercube, qui a tout de même demandé 90.000 euros pour aboutir à cette conclusion. Au fond, pourquoi se creuse-t-on les méninges alors que l'on a peut-être la meilleure formule à portée de bras ? On pourrait, simplement, copier ce qui se fait depuis des années en D2 (et aujourd'hui, également dans les autres divisions) : les tranches ! Cela permet d'avoir un regain d'activité dans le ventre mou du classement. Des équipes comme le Cercle Bruges et le Germinal Beerschot, qui réalisent une belle série mais n'ont pas nécessairement les moyens de tenir la distance sur tout un championnat, auraient cette perspective du gain de la tranche (et donc du tour final) en vue. Autre avantage : les grands se rencontreraient quatre fois (puisqu'en principe ils participeront au tour final), ce qui est leur souhait. On pourrait imaginer ceci : le champion en Ligue des Champions, le vainqueur du tour final également en Ligue des Champions, les 2e et 3e du tour final en Coupe de l'UEFA. Au fond : tour final ou playoffs, ce sont deux expressions qui signifient la même chose, non ? Dans la pléthore de consultants, il est logique qu'y figurent d'anciens joueurs. Malheureusement, ces personnes parviennent rarement à prendre assez de recul quand elles jugent un footballeur actuel. C'est fou ce qu'elles leur trouvent comme défauts. Parfois on a même l'impression que ces ex-(grandes) stars n'ont jamais connu une baisse de forme, qu'elles n'ont jamais raté une passe et qu'elles étaient des co-équipiers modèles. Les grands de Belgique plaident ardemment en faveur d'une nouvelle formule de compétition pour notre élite. C'est qu'ils en ont de plus en plus marre de ces sans-grade à la Dender, tout juste bons finalement à leur piquer des points. N'est-ce pas messieurs les Racingmen, n'est-ce pas messieurs les Sportingmen, premiers à trébucher sur les rives de la Dendre. Non, à la place, les cadors de D1 réclament davantage de rencontres entre eux, de quoi augmenter la valeur qualitative de notre championnat. Et c'est vrai que les matches Anderlecht-Standard et Club Bruges-La Gantoise ont donné lieu à des matches d'anthologie, d'après René Vandereycken du moins. Ah, des 0-0 comme ça, qu'est-ce qu'on en redemande. Rien à voir avec ce lamentable Malines-Roulers où les spectateurs n'ont rien vu. A choisir, je préfère quand même ce genre de partie, avec frissons garantis de part et d'autre 90 minutes durant que ces sommets qui se résument à des navets. Quand deux équipes se neutralisent sur base de leur seul engagement physique, c'est l'étincelle individuelle qui fait la différence. Mais sur ce plan, qu'est-ce qu'on est loin, chez nous, de ce qu'on voit ailleurs, en Espagne ou en Angleterre. Aussi bien au Parc Astrid qu'au stade Jan Breydel, le déchet technique aura été monstrueux. Et on ne voit pas comment y remédier de sitôt tant nos joueurs sont frustes à ce niveau. Les grands d'Europe sont devenus plus grands, alors que nous n'avons plus de grands que le nom. lAbegar a répondu : "Le foot c'est un jeu simple et naturel et ses règles doivent l'être aussi. Un championnat c'est une épreuve de régularité. Une formule de championnat alambiquée ne fonctionnera pas. Je n'ai pas envie de voir quatre Anderlecht-Standard car cela perdra de son intérêt.