" Je suis un soldat, prêt à donner sa vie. " C'est le titre du journal argentin La Nacion. La déclaration est typique de Javier Mascherano. Le médian-défenseur est un battant. À 33 ans, il compte 142 caps et entame sa quatrième Coupe du Monde. " C'est ma dernière chance, comme pour plusieurs joueurs. Ces dernières années, nous avons pu voir qu'il s'en fallait parfois de deux centimètres pour gagner une finale. "
...

" Je suis un soldat, prêt à donner sa vie. " C'est le titre du journal argentin La Nacion. La déclaration est typique de Javier Mascherano. Le médian-défenseur est un battant. À 33 ans, il compte 142 caps et entame sa quatrième Coupe du Monde. " C'est ma dernière chance, comme pour plusieurs joueurs. Ces dernières années, nous avons pu voir qu'il s'en fallait parfois de deux centimètres pour gagner une finale. " Mascherano, qui a quitté le FC Barcelone pour Hebei China Fortune en janvier, retrouve Lionel Messi en équipe nationale. " Tout est plus facile avec lui. Il y a quatre ans, ça n'a pas suffi. L'Allemagne était meilleure, pas dans son jeu mais par son efficacité. Le football est très imprévisible. Nous ne devons pas commettre l'erreur de penser maintenant à la finale. Le premier match contre l'Islande sera crucial pour notre confiance. " Le sélectionneur Jorge Sampaoli l'a-t-il invité comme défenseur ou comme médian ? " Je n'ai jamais eu le sentiment d'être assigné à une place en particulier. Je passe constamment un examen en équipe nationale, tant nous avons de joueurs de qualité. Je fais ce qu'on me demande. " Mascherano a également levé un coin du voile tactique. " L'Argentine va jouer la possession du ballon. J'espère que nous pourrons contrôler toutes les facettes du jeu. Il s'agit d'occuper tous les espaces, d'être bien organisés et de pouvoir nous appuyer sur une structure claire. " Blessé, le gardien Sergio Romero a dû déclarer forfait in extremis. C'est une perte considérable aux yeux de Mascherano. " Pour notre football comme humainement. Il est titulaire depuis près de dix ans. Nous lui avons souhaité bonne chance pour son opération. " Mascherano est revenu sur son départ de Barcelone. " J'ai clôturé un chapitre pour en ouvrir un nouveau en Asie. La Chine reste mystérieuse mais je n'ai pas à me plaindre. Il serait facile de dire que je suis allé en Chine pour obtenir du temps de jeu. Je ne prends pas mes décisions en pensant à l'équipe nationale mais de fait, j'avais de plus en plus de mal à m'imposer à Barcelone. Ernesto Valverde avait une équipe de base, dans laquelle je n'avais pas ma place. Je suis redevenu un footballeur en Chine. Je retrouve le bonheur quand je peux jouer. Peu m'importe où. "