Depuis cette saison, le Celtic dispose de 3.000 rail seats pour ses matches de championnat et de coupe d'Écosse. Les rail seats sont des places assises qu'on peut transformer d'un geste simple en places debout, comme le montre une séquence de 47 secondes sur le site de la BBC. L'employeur de Dedryck Boyata et Charly Musonda junior a donc bien une tribune debout, qu'il convertit en tribune assise pour les joutes européennes.

Quand West Bromwich Albion a voulu adopter ce principe, il s'est heurté au veto de la Premier League. La secrétaire d'état pour le Sport, Tracey Crouch, a déclaré ne pas être partisane d'un retour aux tribunes debout. D'après elle, ce principe suscite peu d'enthousiasme, " sauf au sein d'une minorité bruyante ". Ça fait l'objet d'un débat en Angleterre. Même Arsène Wenger s'en est mêlé : " Si la sécurité est garantie, je soutiens les tribunes debout à 100 %. "

Le Taylor Report a donné lieu à la suppression des tribunes debout. Il a été publié suite au drame de Hillsborough le 15 avril 1989. 96 supporters de Liverpool avaient alors perdu la vie dans le stade de Sheffield Wednesday. Les autorités ont considéré que les places debout étaient à l'origine du drame, bien que la négligence de la police et la présence de barricades aient joué un rôle. Trente ans plus tard, les clôtures sont d'ailleurs toujours interdites en Angleterre, alors qu'elles sont populaires en Écosse et en Allemagne, par exemple. Le Celtic et Hoffenheim appliquent avec succès le système Safe Standing.

Si tant de supporters aspirent à pouvoir suivre à nouveau des matches à l'ancienne, debout, c'est pour deux raisons. Avant tout parce que ça ferait baisser le prix des places mais aussi parce que ça mettrait plus d'ambiance dans les stades : il est plus facile de scander quelque chose quand on est debout. Une enquête réalisée à Arsenal révèle que 96 % des supporters sont partisans des places debout, contre 88 % à Liverpool. La Premier League a également commandé une étude à ce propos. Il en ressort que la majorité des supporters sont partisans de l'idée mais que seulement 5 % d'entre eux sont prêts à rester debout pendant tout un match.

Depuis cette saison, le Celtic dispose de 3.000 rail seats pour ses matches de championnat et de coupe d'Écosse. Les rail seats sont des places assises qu'on peut transformer d'un geste simple en places debout, comme le montre une séquence de 47 secondes sur le site de la BBC. L'employeur de Dedryck Boyata et Charly Musonda junior a donc bien une tribune debout, qu'il convertit en tribune assise pour les joutes européennes. Quand West Bromwich Albion a voulu adopter ce principe, il s'est heurté au veto de la Premier League. La secrétaire d'état pour le Sport, Tracey Crouch, a déclaré ne pas être partisane d'un retour aux tribunes debout. D'après elle, ce principe suscite peu d'enthousiasme, " sauf au sein d'une minorité bruyante ". Ça fait l'objet d'un débat en Angleterre. Même Arsène Wenger s'en est mêlé : " Si la sécurité est garantie, je soutiens les tribunes debout à 100 %. " Le Taylor Report a donné lieu à la suppression des tribunes debout. Il a été publié suite au drame de Hillsborough le 15 avril 1989. 96 supporters de Liverpool avaient alors perdu la vie dans le stade de Sheffield Wednesday. Les autorités ont considéré que les places debout étaient à l'origine du drame, bien que la négligence de la police et la présence de barricades aient joué un rôle. Trente ans plus tard, les clôtures sont d'ailleurs toujours interdites en Angleterre, alors qu'elles sont populaires en Écosse et en Allemagne, par exemple. Le Celtic et Hoffenheim appliquent avec succès le système Safe Standing. Si tant de supporters aspirent à pouvoir suivre à nouveau des matches à l'ancienne, debout, c'est pour deux raisons. Avant tout parce que ça ferait baisser le prix des places mais aussi parce que ça mettrait plus d'ambiance dans les stades : il est plus facile de scander quelque chose quand on est debout. Une enquête réalisée à Arsenal révèle que 96 % des supporters sont partisans des places debout, contre 88 % à Liverpool. La Premier League a également commandé une étude à ce propos. Il en ressort que la majorité des supporters sont partisans de l'idée mais que seulement 5 % d'entre eux sont prêts à rester debout pendant tout un match.