Le Pérou, qui est versé dans la poule de la France, de l'Australie et du Danemark au Mondial russe, est scandalisé par le témoignage de José Velasquez. L'ancien international, âgé de 65 ans, surnommé El Patron, a accordé une interview au quotidien Trome. Il affirme que six internationaux péruviens ont été achetés par l'Argentine au Mondial 1978. Il n'a pas de preuve mais il est sûr de son fait.
...

Le Pérou, qui est versé dans la poule de la France, de l'Australie et du Danemark au Mondial russe, est scandalisé par le témoignage de José Velasquez. L'ancien international, âgé de 65 ans, surnommé El Patron, a accordé une interview au quotidien Trome. Il affirme que six internationaux péruviens ont été achetés par l'Argentine au Mondial 1978. Il n'a pas de preuve mais il est sûr de son fait. La Coupe du Monde 1978 se déroulait en Argentine. Les deux meilleures équipes de chacune des quatre poules étaient versées dans deux groupes, dont les vainqueurs disputaient la finale. Les Pays-Bas ont été les meilleurs du premier groupe. Le Brésil et l'Argentine se disputaient la tête de leur poule. Le Brésil a gagné son dernier match contre la Pologne 3-1. Comme par hasard, le dernier match de l'Argentine se déroulait après. Les joueurs savaient donc qu'ils devaient s'imposer 4-0 contre le Pérou pour terminer premiers de leur groupe. Et que s'est-il passé ? Les hommes de César Luis Menotti se sont imposés 6-0 ! C'était d'autant plus surprenant que le Pérou disposait de la meilleure génération de son histoire, une levée qui comprenait notamment le médian Teofilo Cubillas et l'ailier Juan Carlos Oblitas. Ce dernier match était dénué d'enjeu pour le Pérou. Ce 6-0 a toujours fait l'objet de suspicions. Velasquez les confirme donc. Il déclare que la veille du match, accompagné de cinq joueurs, il est allé discuter avec le sélectionneur, Marcos Calderon. Ils lui ont demandé de ne pas poster Ramon Quiroga dans le but, comme il avait des racines argentines. Le sélectionneur a accepté mais le lendemain, Quiroga prenait place dans la cage. Velasquez a trouvé ça étrange, comme son remplacement en début de seconde période. " Je disputais toujours l'intégralité des matches. L'entraîneur m'a remplacé alors que nous étions menés 2-0. Les autres buts ont rapidement suivi dès que mon remplaçant, Raul Gorriti, est monté au jeu. " En plus de Quiroga et de Gorriti, Velasquez cite deux joueurs : Rodulfo Manzo et Juan José Muñante. Il refuse de dénoncer les deux autres suspects " car ils sont connus et je pourrais nuire à leur carrière. " Les propos de Velasquez n'ont pas réjoui tout le monde. La fille de Raul Gorriti, décédé en 2015, lui intente un procès pour diffamation.