" Les grains de plastique comportent 190 substances chimiques potentiellement cancérigènes. " Cette déclaration est le titre d'une interview du magazine français SoFoot avec Vasilis Vasiliou et Salmaan Inayat-Hussain. Le premier est toxicologue et professeur en épidémiologie à la Yale School of Public Health, le second est un toxicologue spécialisé dans les mécanismes de l'empoisonnement. Les deux hommes ont étudié les substances nuisibles présentes dans les petits grains noirs de plastiques qu'on trouve en grand nombre sur les terrains artificiels.Le ...

" Les grains de plastique comportent 190 substances chimiques potentiellement cancérigènes. " Cette déclaration est le titre d'une interview du magazine français SoFoot avec Vasilis Vasiliou et Salmaan Inayat-Hussain. Le premier est toxicologue et professeur en épidémiologie à la Yale School of Public Health, le second est un toxicologue spécialisé dans les mécanismes de l'empoisonnement. Les deux hommes ont étudié les substances nuisibles présentes dans les petits grains noirs de plastiques qu'on trouve en grand nombre sur les terrains artificiels.Le résultat est hallucinant : sur les 305 substances chimiques présentes dans ces particules, 190 sont potentiellement cancérigènes. Les grains sont fabriqués à partir de vieux pneus moulus. " Ceux-ci contiennent déjà beaucoup de produits chimiques ", explique Inayat-Hussain. " Pour en faire des grains, il faut y ajouter d'autres substances chimiques, ce qui explique la présence d'un aussi grand nombre de particules dans ces grains. " L'exposition à ces substances potentiellement cancérigènes expose à un risque assez élevé. " Beaucoup de ces particules sont volatiles. Nous pouvons les respirer, surtout par temps chaud ", déclare Inayat-Hussain. " Nous pouvons aussi être exposés par un contact direct avec la peau ou le sang, quand on se brûle en tombant. Les entraîneurs disent que beaucoup de joueurs, surtout les gardiens, continuent à jouer avec une blessure et que des grains pénètrent dans les plaies. " Et Vasiliou d'ajouter : " Ceux qui ont déjà vu des enfants jouer sur un terrain artificiel savent qu'ils avalent parfois ces grains. On y reste exposé même après un match. Ces grains collent et ils sont difficiles à éliminer. Ils se retrouvent dans votre machine à lessiver ou dans votre séchoir puis aboutissent dans l'eau. Portés à haute température, ils libèrent des particules. On peut donc être en contact avec ces substances de différentes manières. " Les gens répondent souvent à ce genre d'études par une phrase-standard : " De nos jours, tout peut donner le cancer. " Vasiliou réagit : " C'est en effet l'avis de beaucoup de personnes mais il n'y a pas que le cancer. Ça peut aussi déclencher de l'asthme, des réactions allergiques, etc. Il faut aussi comprendre que ce problème s'ajoute à la pollution à laquelle on est confronté jour après jour, comme la contamination de l'air. En ce qui concerne le risque de cancer, nous savons qu'une seule molécule peut entraîner la mutation de l'ADN et provoquer la maladie. On ne peut donc pas dire : - Je suis déjà exposé à tellement de produits polluants que ces grains n'y changeront rien. En fait, ils peuvent tout changer ! Mais je suis compréhensif. Même mes voisins laissent leurs enfants jouer sur ce genre de terrain alors qu'ils en connaissent les risques. "