Demandez à StijnVreven, l'actuel entraîneur du NAC, l'effet que ça fait d'être encensé à La Haye. L'arrière droit était devenu le préféré du public d'ADO grâce à son énergie et à son jusqu'au-boutisme, en 2006-2007. C'est ce qui arrive actuellement à Tom Beugelsdijk (27 ans). Le défenseur a acquis le statut de héros. Par facilité, tout le monde l'appelle Tommie. C'est un travailleur et, comme notre compatriote, quelqu'un qui dit ce qu'il pense. Il n'est pas compliqué et en dehors d...

Demandez à StijnVreven, l'actuel entraîneur du NAC, l'effet que ça fait d'être encensé à La Haye. L'arrière droit était devenu le préféré du public d'ADO grâce à son énergie et à son jusqu'au-boutisme, en 2006-2007. C'est ce qui arrive actuellement à Tom Beugelsdijk (27 ans). Le défenseur a acquis le statut de héros. Par facilité, tout le monde l'appelle Tommie. C'est un travailleur et, comme notre compatriote, quelqu'un qui dit ce qu'il pense. Il n'est pas compliqué et en dehors des pelouses, c'est un gentil géant. Un footballeur du peuple. En août, Beugelsdijk a été élu " Joueur social 2017 d'Eredivisie ". Ce titre permet à l'ancien joueur du FC Dordrecht et du FSV Francfort de donner 50.000 euros à des oeuvres. Il a déjà décidé d'offrir un chèque de 2.000 euros à l'équipe paralympique récemment fondée par ADO. Il ne sait pas vraiment d'où lui vient sa popularité. " Peut-être la dois-je à mon labeur. Les supporters veulent qu'on mouille son maillot. C'est ce que je fais. " Il est aussi resté normal dans un milieu où ça n'est pas toujours évident. " Mais soyons sérieux : qui suis-je, en fin de compte ? " Beugelsdijk reçoit énormément de demandes, qu'il s'agisse d'assister à un entraînement des jeunes ou à une fête d'anniversaire. " Passer vingt minutes suffit à combler un enfant. J'aurais honte de ne pas le faire. " Il est né au coin du vieux Zuiderparkstadion. Il a ADO et La Haye dans le sang. Sa mère était supporter d'ADO et elle lui a offert un abonnement à l'âge de dix ans, quand il s'est affilié dans les équipes d'âge du club. Son frère, de sept ans son aîné, clown puis magicien, assiste à chaque match en compagnie de leur mère. " Elle est la personne la plus importante de ma vie. Elle m'a mis au monde et elle vient me voir jouer par tous les temps. Quand je n'étais pas repris, elle me disait : - Eh bien, Tom, c'est embêtant mais pour le moment, le garçon qui occupe ta place est tout simplement meilleur que toi. " Le football l'a sauvé car Beugelsdijk ne possède qu'un diplôme d'humanités. Avant de signer son premier contrat professionnel, il a travaillé pour une société de nettoyage. Ses parents ont divorcé quand il avait six ans. Il y a quelques mois, le défenseur a retrouvé son père pour la première fois en plus de vingt ans. L'entretien a été positif. " J'étais simplement curieux. J'ai appris ce qu'il ne fallait pas faire quand j'aurai moi-même des enfants. " FRÉDÉRIC VANHEULE