Sa carrière footballistique et une paternité à temps plein empêchent Reza Ghoochannejhad (32 ans) de s'adonner à sa passion pour le violon et de jouer les airs de Bijan Mortazavi, la version iranienne du Néerlandais André Rieu. L'attaquant n'en est pas moins ambitieux. Durant son passage dans notre championnat, au STVV de juillet 2011 à janvier 2013 et au Standard de ce moment jusqu'à la fin janvier 2014, il a étalé son opportunisme devant le but tout en se distinguant du f...

Sa carrière footballistique et une paternité à temps plein empêchent Reza Ghoochannejhad (32 ans) de s'adonner à sa passion pour le violon et de jouer les airs de Bijan Mortazavi, la version iranienne du Néerlandais André Rieu. L'attaquant n'en est pas moins ambitieux. Durant son passage dans notre championnat, au STVV de juillet 2011 à janvier 2013 et au Standard de ce moment jusqu'à la fin janvier 2014, il a étalé son opportunisme devant le but tout en se distinguant du footballeur professionnel moyen par ses occupations. Il a étudié le droit, le français et l'italien et se mêle avec plaisir aux débats sociétaux, aussi sensibles soient-ils. Il n'était donc pas surprenant que le journaliste Dennis van Bergen rencontre l'international (43 caps) à Zwolle pour un entretien à coeur ouvert. Depuis le 2 septembre, Reza a retrouvé les Pays-Bas. Il a quitté librement l'APOEL Nicosie et a signé un contrat jusqu'en 2021 au PEC. " Nous devons avant tout sortir de la zone rouge ", précise-t-il pour dépeindre la mission de l'entraîneur John Stegeman et de ses coéquipiers. Reza s'est produit pour des clubs du Koweït et du Qatar. Il juge hypocrite la discussion qui fait rage à propos du stage de l'Ajax et du PSV dans ce dernier pays, qui foule aux pieds les droits de l'homme, selon Amnesty International. " Le football est un business. Le Mondial va bientôt se dérouler au Qatar. Joueurs, public et journalistes doivent-ils rester chez eux ? En outre, où place-t-on les limites ? Il se passe aussi toutes sortes de choses en Turquie et en Russie. " Très engagé, Reza réagit également au geste fort posé par les Pays-Bas après l'incident raciste dont a été victime Ahmad Mendes Moreira. Le joueur de l'Excelsior a été assiégé par une partie des supporters du FC Den Bosch et l'international Georginio Wijnaldum (Liverpool) a exprimé son émoi avec beaucoup d'émotion. " Peut-on se fâcher sur des gens dont le QI avoisine le zéro ? ", s'est demandé l'avant. " Sur des hommes qui insultent un footballeur simplement parce qu'il n'a pas la même couleur de peau ? On ne peut se fâcher que sur des personnes dotées de raison. Mais il faut continuer à s'opposer à de tels actes, répéter qu'ils sont vraiment bêtes. Ce que Wijnaldum a fait est vraiment fantastique. Malheureusement, les racistes sont des ignorants. On ne peut pas les changer. Ce n'est pas du défaitisme mais du réalisme. "