La fédération espagnole organise aujourd'hui une conférence de presse pour annoncer le retour de Luis Enrique au poste de sélectionneur. Fin juin, l'entraîneur de 49 ans a renoncé à son emploi afin de soigner sa petite fille Xana, malade et décédée deux mois plus tard. Enrique brûle d'envie de reprendre du collier mais la fédération de football lui permet de revenir à son rythme. Il a ainsi pu choisir s'il souhaitait ou non être présent au tirage au sor...

La fédération espagnole organise aujourd'hui une conférence de presse pour annoncer le retour de Luis Enrique au poste de sélectionneur. Fin juin, l'entraîneur de 49 ans a renoncé à son emploi afin de soigner sa petite fille Xana, malade et décédée deux mois plus tard. Enrique brûle d'envie de reprendre du collier mais la fédération de football lui permet de revenir à son rythme. Il a ainsi pu choisir s'il souhaitait ou non être présent au tirage au sort de l'EURO en fin de semaine. Son retour ne fait pas que des heureux. Son adjoint Robert Moreno, qui a dirigé l'équipe pendant son absence, s'estime mal traité. Luis Rubiales et José Francisco Molina, le président et le directeur technique de la fédération espagnol de football, ont en effet donné l'impression que Moreno pourrait rester en poste jusqu'au terme de l'EURO. C'est du moins ce qu'affirme l'ex-sélectionneur. Moreno ajoute que Molina ne lui a appris le retour d'Enrique que quelques heures avant le début du dernier match de qualification, contre la Roumanie. Le directeur technique dément les deux affirmations mais une chose est sûre : la fédération a très mal géré la situation. Des sources proches de la fédération ont confirmé à El Pais qu'elles savaient depuis des semaines qu'Enrique reprendrait son poste pour l'EURO mais sans autres précisions. Ces mêmes personnes affirment que la gestion laxiste de Moreno lui a été fatale. Par exemple, pendant les mises au vert de l'équipe nationale, on a procédé à des changements de programme à l'initiative du capitaine Sergio Ramos. La fédération n'a pas apprécié que Moreno laisse passer ce genre de choses. On lui reproche encore de n'avoir pas été loyal envers Luis Enrique. Ainsi, après le décès de sa petite fille, il n'aurait jamais pris des nouvelles de son ami. Le fait est qu'Enrique reprend l'équipe nationale avec le même staff technique, à l'exception de Robert Moreno. D'après ElPais, celui-ci s'estimerait trompé mais dans un communiqué officiel, il a préféré ne pas jeter d'huile sur le feu : " J'ai toujours dit que j'étais un homme de parole et que je ne serais pas un obstacle si Luis Enrique décidait de revenir au poste de sélectionneur. J'ai fait ce que j'ai dit, bien que ça implique mon propre départ. Je lui souhaite tout le bien du monde. "