En Belgique, il y a la malédiction Dury : une visite ponctuée d'une défaite au Gaverbeek est souvent synonyme de renvoi pour l'entraîneur. Arsenal est confronté à plusieurs malédictions. Celle du numéro neuf, par exemple, née sous Arsène Wenger. Il a porté la poisse à Paul Merson, Nicolas Anelka, Davor Suker, Francis Jeffers, José Antonio Reyes, Julio Baptista, Eduardo, Lucas Podolski, Lucas Perez. L'actuel numéro neuf, Alexandre Lacazette, peut s'attendre à pas mal de déceptions. Pierre-EmerickAubameyang a...

En Belgique, il y a la malédiction Dury : une visite ponctuée d'une défaite au Gaverbeek est souvent synonyme de renvoi pour l'entraîneur. Arsenal est confronté à plusieurs malédictions. Celle du numéro neuf, par exemple, née sous Arsène Wenger. Il a porté la poisse à Paul Merson, Nicolas Anelka, Davor Suker, Francis Jeffers, José Antonio Reyes, Julio Baptista, Eduardo, Lucas Podolski, Lucas Perez. L'actuel numéro neuf, Alexandre Lacazette, peut s'attendre à pas mal de déceptions. Pierre-EmerickAubameyang a été plus malin : il a choisi le 14. Il y a aussi eu la malédiction Aaron Ramsey : quand il marquait, on pouvait s'attendre au décès rapide d'une personnalité. Oussama Ben Laden, Steve Jobs, Robin Williams, Whitney Houston, David Bowie ou Richard Attenborough en ont fait les frais. Heureusement pour les registres de l'état civil, Ramsey se produit désormais pour la Juventus et faute de temps de jeu, il marque peu. Une autre tache concerne le brassard : le capitaine est confronté tôt ou tard à des problèmes. Thomas Vermaelen, Mikel Arteta, Per Mertesacker... Ils ont tous été longuement blessés. En trois saisons, les trois capitaines d'Arsenal ont disputé, tous ensemble, seize matches. Il n'y a pas eu que les blessures. William Gallas a été suspendu après une interview trop franche dans laquelle il parlait des problèmes internes et Cesc Fabregas a fait grève avant de retourner à Barcelone. Granit Xhaka est le dernier cas en date. Il vient d'être sorti contre Crystal Palace. Hué par les supporters, il a gesticulé et jeté son maillot au sol. Unai Emery, le manager, s'est fâché : " C'est mal. Nous sommes des ouvriers. Nous devons faire preuve de respect envers nos supporters quand ils nous acclament comme quand ils nous critiquent. " The Independent estime que les problèmes d'Arsenal sont bien plus profonds qu'un simple rejet de leur capitaine suisse, qui n'est pas toujours un leader et qui est très irrégulier. Lacazette a liké un post Instagram qui disait que Xhaka " can go f*** himself " et qu'il fallait renvoyer Emery. Pas idéal pour l'ambiance du noyau. Héctor Bellerin a dû consoler son coéquipier Lucas Torreira qui a craqué le long de la ligne de touche tandis que Mesut Özil mène une campagne de relations publiques... contre son club, d'après le journal. Özil ne joue presque plus, sauf en League Cup. Bref, l'Emirates est un nid de vipères et Xhaka en paie les pots cassés. Du moins maintenant. À terme, ce sera Emery, à moins qu'il ne soit champion ou ne gagne la FA Cup. La première option paraît déjà très invraisemblable.