Jordi Mestre a démissionné du FC Barcelone la semaine dernière. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose mais Mestre était vice-président du grand club espagnol. Ça fait des années qu'il y a beaucoup de mouvements à la tête du Barça. La saison dernière déjà, le directeur technique Robert Fernández avait disparu de l'organigramme et en 2015, Andoni Zubizarreta l'avait précédé. D'autres membres de la direction comme Susana Monge, Carles Vilarrubí et Manuel Arroyo ont également lâché prise. Ils n'ont pas été remplacés, le président Josep Bartomeu ayant donné de plus en plus de pouvoir à ses hommes, comme Óscar Grau et Jaume Masferrer.

Étonnamment, Mestre ne sera pas remplacé non plus, Bartomeu reprenant tout simplement sa tâche. El País constate que le président tire de plus en plus les ficelles et commence à se comporter comme un président omnipotent, un peu dans le style de Florentino Pérez au Real Madrid. C'est ainsi qu'il a par exemple tout simplement opposé son veto à une décision prise en assemblée par les socios, qui veulent changer l'écusson du club.

Mais le plus grave, c'est que Bartomeu ne parvient pas à mettre tout le monde sur la même longueur d'onde au sein de la direction. En interne, il y a des discussions quant à la philosophie du club. Après les pénibles éliminations face à l'AS Rome (2018) et à Liverpool (2019) en Ligue des Champions, la tension n'a fait que monter. Pour Bartomeu, rien n'est plus important qu'une victoire en Ligue des Champions. C'est son obsession depuis qu'il a pris le pouvoir en 2014, écrit El País. Jusqu'ici, il n'y est parvenu qu'une fois, en 2015, avec le trio Neymar- Luis Suárez- Lionel Messi en pointe. Les quatre titres et trois coupes d'Espagne décrochés dans le même temps ne sont, à ses yeux, que des emplâtres sur une jambe de bois.

Les tensions au sein de la direction sont fortes. Certains se demandent comment il est possible que le club veuille acheter à la fois Antoine Griezmann et Neymar. Des dirigeants critiquent la politique de transferts entrants et sortants menée par Mestre. Selon eux, on s'éloigne de l'ADN du Barça. La cantera est mise sous pression également. Elle est désormais dirigée par les anciens joueurs José María Bakero et Guillermo Amor mais leurs compétences sont remises en cause. La plupart des entraîneurs du centre de formation ne savent pas encore s'ils seront toujours là la saison prochaine. Bref, beaucoup de choses manquent de clarté au Barça. La seule certitude, c'est Lionel Messi.

Jordi Mestre a démissionné du FC Barcelone la semaine dernière. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose mais Mestre était vice-président du grand club espagnol. Ça fait des années qu'il y a beaucoup de mouvements à la tête du Barça. La saison dernière déjà, le directeur technique Robert Fernández avait disparu de l'organigramme et en 2015, Andoni Zubizarreta l'avait précédé. D'autres membres de la direction comme Susana Monge, Carles Vilarrubí et Manuel Arroyo ont également lâché prise. Ils n'ont pas été remplacés, le président Josep Bartomeu ayant donné de plus en plus de pouvoir à ses hommes, comme Óscar Grau et Jaume Masferrer. Étonnamment, Mestre ne sera pas remplacé non plus, Bartomeu reprenant tout simplement sa tâche. El País constate que le président tire de plus en plus les ficelles et commence à se comporter comme un président omnipotent, un peu dans le style de Florentino Pérez au Real Madrid. C'est ainsi qu'il a par exemple tout simplement opposé son veto à une décision prise en assemblée par les socios, qui veulent changer l'écusson du club. Mais le plus grave, c'est que Bartomeu ne parvient pas à mettre tout le monde sur la même longueur d'onde au sein de la direction. En interne, il y a des discussions quant à la philosophie du club. Après les pénibles éliminations face à l'AS Rome (2018) et à Liverpool (2019) en Ligue des Champions, la tension n'a fait que monter. Pour Bartomeu, rien n'est plus important qu'une victoire en Ligue des Champions. C'est son obsession depuis qu'il a pris le pouvoir en 2014, écrit El País. Jusqu'ici, il n'y est parvenu qu'une fois, en 2015, avec le trio Neymar- Luis Suárez- Lionel Messi en pointe. Les quatre titres et trois coupes d'Espagne décrochés dans le même temps ne sont, à ses yeux, que des emplâtres sur une jambe de bois. Les tensions au sein de la direction sont fortes. Certains se demandent comment il est possible que le club veuille acheter à la fois Antoine Griezmann et Neymar. Des dirigeants critiquent la politique de transferts entrants et sortants menée par Mestre. Selon eux, on s'éloigne de l'ADN du Barça. La cantera est mise sous pression également. Elle est désormais dirigée par les anciens joueurs José María Bakero et Guillermo Amor mais leurs compétences sont remises en cause. La plupart des entraîneurs du centre de formation ne savent pas encore s'ils seront toujours là la saison prochaine. Bref, beaucoup de choses manquent de clarté au Barça. La seule certitude, c'est Lionel Messi.