L'international allemand Mesut Özil vient d'inviter le président turc Recep TayyipErdogan à son mariage avec Miss Turquie 2014, Amine Gülse. Hakan Sükür (47 ans) n'est pas près de l'imiter. Il a beau avoir disputé 112 matches pour la Turquie et être son meilleur buteur de tous les temps avec 51 goals, il mène une existence retirée en Amérique, une vie bien éloignée de son statut de héros de la nation.

Pourtant, en 2011, le joueur a encore été élu parlementaire sur les listes de l'AKP, le parti conservateur d'Erdogan. Mais deux ans plus tard, il a démissionné, au moment où le président est entré en conflit avec le leader islamiste Fethullah Gülen, réfugié aux États-Unis. L'ancien avant est devenu député indépendant puis, en décembre 2013, dégoûté par la corruption générale, il a carrément débranché la prise. Depuis 2015, la situation a empiré : Sükür risque une peine de prison de quatre ans à cause de tweets décrétés insultants à l'adresse d'Erdogan et de son fils.

La suite ? Comme son compatriote et ami, le basketteur professionnel Enes Kanter (Portland), Sükür a dû fuir à l'autre bout du monde. Il est désormais un paria, un traître. " Je milite pour la démocratie, les droits de l'homme et l'égalité ", a raconté la star déchue au reporter français Yohann Hautbois à Palto Alto, en Californie, à un peu moins d'une heure en voiture de San Francisco. " J'ai toujours été ainsi fait mais tout a changé subitement. Pas moi et on a émis un mandat d'arrêt à mon encontre. "

Tout ne s'est pas déroulé sans un pli aux States non plus pour Sükür, sa femme, leur fils et leurs deux filles. Avec des amis, il a investi dans une pâtisserie proposant des spécialités turques mais malgré le succès de l'affaire, l'ancien footballeur a dû tout vendre, y compris trois voitures de luxe : ses comptes bancaires ont été bloqués et ses biens immobiliers en Turquie confisqués. " Il m'arrive de pleurer. N'est-ce pas normal ? Mais je regarde de l'avant. Jamais je ne baisserai les bras. "

Désormais, l'ancien millionnaire assure bénévolement le suivi de l'équipe réserve de football de la prestigieuse université de Stanford, deux fois par semaine. Sükür, champion de Turquie à huit reprises avec Galatasaray, couve un rêve américain : investir dans une académie de football afin de pouvoir transmettre sa passion du ballon rond à la jeune génération. Son fils de 13 ans, lui, joue très bien au basket au club de Palo Alto Flight.

L'international allemand Mesut Özil vient d'inviter le président turc Recep TayyipErdogan à son mariage avec Miss Turquie 2014, Amine Gülse. Hakan Sükür (47 ans) n'est pas près de l'imiter. Il a beau avoir disputé 112 matches pour la Turquie et être son meilleur buteur de tous les temps avec 51 goals, il mène une existence retirée en Amérique, une vie bien éloignée de son statut de héros de la nation. Pourtant, en 2011, le joueur a encore été élu parlementaire sur les listes de l'AKP, le parti conservateur d'Erdogan. Mais deux ans plus tard, il a démissionné, au moment où le président est entré en conflit avec le leader islamiste Fethullah Gülen, réfugié aux États-Unis. L'ancien avant est devenu député indépendant puis, en décembre 2013, dégoûté par la corruption générale, il a carrément débranché la prise. Depuis 2015, la situation a empiré : Sükür risque une peine de prison de quatre ans à cause de tweets décrétés insultants à l'adresse d'Erdogan et de son fils. La suite ? Comme son compatriote et ami, le basketteur professionnel Enes Kanter (Portland), Sükür a dû fuir à l'autre bout du monde. Il est désormais un paria, un traître. " Je milite pour la démocratie, les droits de l'homme et l'égalité ", a raconté la star déchue au reporter français Yohann Hautbois à Palto Alto, en Californie, à un peu moins d'une heure en voiture de San Francisco. " J'ai toujours été ainsi fait mais tout a changé subitement. Pas moi et on a émis un mandat d'arrêt à mon encontre. " Tout ne s'est pas déroulé sans un pli aux States non plus pour Sükür, sa femme, leur fils et leurs deux filles. Avec des amis, il a investi dans une pâtisserie proposant des spécialités turques mais malgré le succès de l'affaire, l'ancien footballeur a dû tout vendre, y compris trois voitures de luxe : ses comptes bancaires ont été bloqués et ses biens immobiliers en Turquie confisqués. " Il m'arrive de pleurer. N'est-ce pas normal ? Mais je regarde de l'avant. Jamais je ne baisserai les bras. " Désormais, l'ancien millionnaire assure bénévolement le suivi de l'équipe réserve de football de la prestigieuse université de Stanford, deux fois par semaine. Sükür, champion de Turquie à huit reprises avec Galatasaray, couve un rêve américain : investir dans une académie de football afin de pouvoir transmettre sa passion du ballon rond à la jeune génération. Son fils de 13 ans, lui, joue très bien au basket au club de Palo Alto Flight.