Le journaliste sportif français Eric Frosio a eu l'occasion de rendre visite à la Seleção pendant son stage de préparation à la Coupe du monde à Teresopolis. Marta, quintuple footballeuse mondiale de l'année, s'est dévoilée. " Je viens de l'état d'Alagoas, une région sèche et pauvre du nord-est. Dois Riachos, mon village natal, est une petite communauté de 12.000 personnes. Ma mère travaillait toute la journée, de 5 à 17 heures. Je passais l'essentiel de mon tem...

Le journaliste sportif français Eric Frosio a eu l'occasion de rendre visite à la Seleção pendant son stage de préparation à la Coupe du monde à Teresopolis. Marta, quintuple footballeuse mondiale de l'année, s'est dévoilée. " Je viens de l'état d'Alagoas, une région sèche et pauvre du nord-est. Dois Riachos, mon village natal, est une petite communauté de 12.000 personnes. Ma mère travaillait toute la journée, de 5 à 17 heures. Je passais l'essentiel de mon temps avec ma grand-mère et mes nombreux cousins. Ils ne pensaient qu'à une chose : jouer au football, en rue. C'était leur occupation favorite. J'avais six ou sept ans et, comme je ne voulais pas me sentir exclue, je jouais avec eux. Ils étaient plus âgés et plus forts mais mon habileté me permettait de rivaliser avec eux. J'ai commencé à rêver d'un avenir grâce à ce sport, qui me permettrait de découvrir le monde et d'aider financièrement ma famille." Son rêve s'est réalisé mais Marta a dû franchir plusieurs obstacles. Elle n'a pu intégrer l'école qu'à neuf ans car sa mère, abandonnée par son conjoint quand Marta avait un an, n'avait pas assez d'argent pour payer l'uniforme et les fournitures scolaires. Un an plus tard, l'artiste du ballon rond a tenté sa chance dans l'équipe de football en salle du collège. Elle était la seule fille et elle a résisté aux pressions de ceux qui voulaient l'intégrer à l'équipe féminine de handball. " J'ai réussi à m'intégrer malgré beaucoup de commentaires négatifs, surtout pendant les tournois. Le football était réservé aux garçons, me disait-on. C'était triste à entendre. Je me demandais pourquoi Dieu m'avait donné ce don, si c'était ainsi ? Pendant un an, entre mon douzième et mon treizième anniversaire, un entraîneur m'a même empêchée de jouer en championnat scolaire en salle, ce que j'adorais. " De la discrimination pure, donc, mais Marta ne s'est pas découragée. Elle est passée au football sur gazon. Le grand-père de Vito, un coéquipier de football en salle, lui a offert des chaussures. Elles étaient beaucoup trop grandes mais, craignant une réaction négative, elle n'a rien dit et a bourré les pointes de papier journal. Marta a entamé sa grande aventure à 14 ans. Elle a effectué un trajet de trois jours en bus pour réussir un test à Rio. C'est là qu'elle a posé les premiers jalons de son succès.