Giovanni van Bronckhorst, qui a conduit Feyenoord à un titre, deux succès en coupe et deux autres en supercoupe, et le directeur technique Martin van Geel vont bientôt laisser un grand vide. Ce dernier, en poste à Rotterdam depuis 2011, refermera la porte du Kuip le 1er juillet, sans avoir la moindre idée du prochain défi qui l'attend. Van Geel a déjà occupé le même emploi à Willem II, à l'AZ, à l'Ajax et à Roda JC.
...

Giovanni van Bronckhorst, qui a conduit Feyenoord à un titre, deux succès en coupe et deux autres en supercoupe, et le directeur technique Martin van Geel vont bientôt laisser un grand vide. Ce dernier, en poste à Rotterdam depuis 2011, refermera la porte du Kuip le 1er juillet, sans avoir la moindre idée du prochain défi qui l'attend. Van Geel a déjà occupé le même emploi à Willem II, à l'AZ, à l'Ajax et à Roda JC. Ses efforts ont permis à Feyenoord de vivre une période agréable, ponctuée de succès sportifs et d'un redressement financier. C'est Van Geel qui a attiré Ronald Koeman à Rotterdam puis qui a offert à Van Bronckhorst, l'ancien international du club, d'effectuer ses débuts d'entraîneur au plus haut niveau, en 2015. Les deux hommes ont conduit le club au titre, en 2017, après 18 ans d'attente. Ces derniers temps, Van Geel est toutefois sous le feu des critiques, pour avoir engagé Jaap Stam (PEC) comme nouvel entraîneur alors que le profil esquissé laissait à penser que le club cherchait un coach plus expérimenté. Le Volkskrant n'est donc pas surpris par son départ imminent. L'offensive de charme déployée par le directeur technique a eu l'effet contraire. Van Geel, qui affirme que son travail est sa vie, ne pratiquerait pas suffisamment l'autocritique et se prendrait pour une star. Il donne l'impression d'être vexé. Van Geel n'a pas été seulement critiqué par ses supporters et certains journalistes mais aussi en interne, apparemment. Sa position à Feyenoord était en plus affaiblie par le déclin sportif actuel du club. Les motifs ? L'éternel dossier du stade, très cher, dont la plupart des supporters ne veulent pas entendre parler, attachés comme ils le sont à leur Kuip. Il y a aussi le retard qu'accuse Feyenoord sur le PSV et l'Ajax, en points et en qualité de jeu, alors que le budget a atteint les cent millions d'euros après son retour en Ligue des Champions. Van Geel a surtout acheté les meilleurs joueurs des clubs néerlandais moyens, qui n'ont pas été convaincants à Feyenoord. En revanche, il a parfaitement exploité le rendement de l'école des jeunes, qui a particulièrement porté ses fruits après le Mondial 2014. Stefan de Vrij, Bruno Martins Indi, Daryl Janmaat, Terence Kongolo, Jordy Clasie (ex-Club Bruges) et Rick Karsdorp ont rapporté des millions. Van Geel présente un bilan de transferts positif de 65 millions.