Il y a un an et demi, Hans van Breukelen (62 ans) a quitté son poste de directeur technique de la KNVB. Le champion d'Europe 1988 était en poste depuis douze mois seulement mais était déjà vanné. Le Breuk s'était empêtré dans le labyrinthe de dossiers non traités d'une fédération en pleine mutation. En août 2017, l'ancien gardien, réputé pour son ambition, a bien dû admettre qu'il ne supportait plus le stress d'une fonction impossible. " Je n'en sors plus. "
...

Il y a un an et demi, Hans van Breukelen (62 ans) a quitté son poste de directeur technique de la KNVB. Le champion d'Europe 1988 était en poste depuis douze mois seulement mais était déjà vanné. Le Breuk s'était empêtré dans le labyrinthe de dossiers non traités d'une fédération en pleine mutation. En août 2017, l'ancien gardien, réputé pour son ambition, a bien dû admettre qu'il ne supportait plus le stress d'une fonction impossible. " Je n'en sors plus. " C'est étrange car Van Breukelen, en tant qu'ancien international, connaissait les exigences de l'élite et est un causeur recherché. Pourtant, il n'a pas eu prise sur le va-et-vient des directeurs, les disputes, les intrigues et le climat de méfiance général. " Un moment donné, ça me poursuivait jour et nuit. Je ne pouvais ni ne voulais continuer à vivre comme ça. " Le diagnostic ? Burn-out. " Pendant six ou sept mois, je n'ai eu envie de rien. Ce qui m'a fait le plus mal, c'est de n'avoir aucun rapport avec le football et de ne pouvoir rehausser le niveau néerlandais. À la longue, j'ai eu le sentiment que tout me filait entre les doigts. " Van Breukelen a même eu des pensées suicidaires. " J'ai fui, pour la première fois de ma vie ", reconnaît l'ancien gardien. " Par peur de l'échec. J'ai toujours été un causeur recherché mais je me suis demandé si on avait encore envie de m'inviter à des conférences. Je suis devenu très critique envers moi-même. J'ai eu le sentiment de tomber dans un trou noir. Je n'avais plus d'objectif. Or, mener une existence sans but ne me convient pas. J'ai toujours voulu placer la barre de plus en plus haut, obtenir le maximum de moi-même. " Un physiothérapeute de Zeist l'a progressivement remis sur pied. Il a retrouvé son énergie. Il s'est associé au coach Benno Diederiks pour écrire un livre sur ce come-back. C'est une sorte de compte rendu de sa reconquête personnelle. Il y transmet son expérience de sportif de haut niveau ainsi qu'un plan soigneusement jalonné et pose des questions pour inciter ses lecteurs à la réflexion. " C'est un ouvrage curatif, pour moi et pour les autres ", confie Van Breukelen au Volkskrant. " J'explique comment obtenir un succès durable et s'améliorer. Mon livre est porteur d'espoir et ouvre des perspectives aux gens. " Il dispense à nouveau conférences et entraînements avec Diederiks. L'ancien commissaire du PSV se tourne aussi vers d'autres formes d'interaction. " Nous nous adressons surtout à ceux qui réfléchissent. Il faut oser être fragile, c'est une qualité. "