La Supercoupe d'Italie s'est déjà déroulée à l'étranger. À neuf reprises, très exactement. Une fois, elle a même eu lieu à Tripoli, à l'invitation de l'ancien dictateur Muammar al-Khaddafi. Le 16 janvier, théoriquement, la Juventus, qui a réalisé le doublé coupe-championnat, et l'AC Milan, finaliste malheureux de la coupe, doivent en découdre à Jeddah, en Arabie saoudite mais ça suscite de vives réactions, suite à l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi début octobre ...

La Supercoupe d'Italie s'est déjà déroulée à l'étranger. À neuf reprises, très exactement. Une fois, elle a même eu lieu à Tripoli, à l'invitation de l'ancien dictateur Muammar al-Khaddafi. Le 16 janvier, théoriquement, la Juventus, qui a réalisé le doublé coupe-championnat, et l'AC Milan, finaliste malheureux de la coupe, doivent en découdre à Jeddah, en Arabie saoudite mais ça suscite de vives réactions, suite à l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi début octobre en Turquie. L'Arabie saoudite tente de se profiler dans l'organisation de grands événements sportifs, comme des courses automobiles, des matches de tennis et de football. En juin dernier, le royaume a versé 21 millions d'euros pour pouvoir accueillir la Supercoupe d'Italie durant trois saisons, écrit The New York Times. Mais l'association des journalistes de la RAI, qui retransmet le match, a annoncé le mois passé qu'elle trouvait " absurde et inacceptable " de faire jouer cette épreuve en terre saoudienne, après l'assassinat de Khashoggi. Les services secrets américains sont en effet convaincus que c'est le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman qui a commandité le meurtre. Depuis lors, le milieu du sport a changé de bord. En octobre, Avram Glazer, le copropriétaire américain de Manchester United, a boudé une conférence destinée aux investisseurs qui se tenait à Riyad. Quelques semaines plus tard, il est quand même apparu à un autre événement, au profit de la fondation du prince Mohammed. Manchester United a gagné des millions en sponsoring et accords divers grâce à ses relations avec l'Arabie saoudite et ne peut évidemment se permettre de tout perdre. Autre exemple : le match-exhibition entre Novak Djokovic et Rafael Nadal, qui devait avoir lieu ce mois-ci à Jeddah, est reporté. Officiellement à cause de la blessure à la cheville de l'Espagnol mais les deux joueurs ont certainement été mis sous pression pour se retirer de l'événement. The New York Times a en outre pris connaissance d'une lettre écrite par Yousef Al-Obaidly à Marco Brunelli, le directeur général de la Serie A. Le CEO de BeIn, une société médiatique du Qatar, se plaint que beoutQ, une chaîne-pirate opérant depuis l'Arabie saoudite, continue tranquillement à retransmettre des matches, notamment de Serie A. Il écrit ne pas comprendre pourquoi l'Italie a choisi de récompenser ce pays en lui permettant d'organiser la Supercoupe. À suivre !