Producteur et dirigeant, le président de Naples, Aurelio De Laurentiis (69 ans) aime se distinguer. Il y a quelques années, il a surpris toute l'Italie en offrant sa chance à Maurizio Sarri, qui était alors parfaitement inconnu mais avait développé un beau football avec le modeste Empoli. Il a aussi des avis tranchés, comme le montre l'interview qu'il a accordée au quotidien Le Parisien le jour du match de Ligue des Champions PSG-Naples (2-2).
...

Producteur et dirigeant, le président de Naples, Aurelio De Laurentiis (69 ans) aime se distinguer. Il y a quelques années, il a surpris toute l'Italie en offrant sa chance à Maurizio Sarri, qui était alors parfaitement inconnu mais avait développé un beau football avec le modeste Empoli. Il a aussi des avis tranchés, comme le montre l'interview qu'il a accordée au quotidien Le Parisien le jour du match de Ligue des Champions PSG-Naples (2-2). De Laurentiis a acheté Naples en 2004 quand, après sa faillite, il militait en division trois. Il a réintégré l'élite en 2007. L'été dernier, De Laurentiis a acheté de la même façon Bari, qui redémarre également en D3, après sa faillite. " Nous y casons les jeunes footballeurs qui n'ont pas encore le niveau de Naples. " Il n'a pu retenir une pique à l'encontre du PSG : " Au fond, il pourrait tout aussi bien s'appeler Paris Qatar. " Il trouve que le PSG nuit au championnat français : " Il n'y a plus d'équilibre ni de suspense. Il y a le PSG puis c'est le vide. Quand j'invite six personnes à dîner, je n'achète pas 100 kilos de spaghetti et 50 boîtes de sauce tomate ? " Il souhaite qu'on réforme complètement le football européen. " C'est une activité économique importante, qui aurait encore plus de valeur si les règles de l'UEFA et de la FIFA ne maintenaient pas le sport dans l'Antiquité. Les jeunes d'aujourd'hui ne pensent plus qu'aux jeux vidéo. Dans huit ans, ceux qui naissent maintenant ne s'intéresseront absolument plus au football. Il y a trop de matches ennuyeux. " De Laurentiis plaide pour une refonte des compétitions européennes, avec des matches plus courts et des clubs issus uniquement des grandes nations du football. " Qu'on dispute deux mi-temps de trente minutes avec une courte pause de deux ou trois minutes. " Le propriétaire de Naples veut qu'il y ait moins de participants. " Pourquoi l'Europe politique ne fonctionne-t-elle pas ? Parce qu'elle n'est pas l'Europe des grands pays, l'Angleterre, la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne. C'est pareil en football. Remplaçons la Ligue des Champions actuelle par une compétition avec les quatre meilleures équipes des cinq principaux championnats. Organisons ces matches par aller-retour le mardi, le mercredi et le jeudi pour laisser le week-end et le lundi aux compétitions domestiques. Pareille formule internationale peut rapporter dix milliards d'euros. "