L'harmonie semble être le nouveau mantra de Stamford Bridge. Maurizio Sarri développe un style de jeu plus conforme au profil de ses joueurs et il est plus proche d'eux. C'est une double révolution.
...

L'harmonie semble être le nouveau mantra de Stamford Bridge. Maurizio Sarri développe un style de jeu plus conforme au profil de ses joueurs et il est plus proche d'eux. C'est une double révolution. Humainement, c'est une rupture complète par rapport à l'ère Antonio Conte. L'Italien avait adopté une structure verticale : il était le seul et unique patron. Sarri est également le patron mais il parle à ses joueurs et les écoute. La discipline n'a pas disparu mais elle est moins spartiate que sous Conte. Celui-ci avait stupéfié ses joueurs pendant la préparation, en juillet 2016, en leur proposant des noix et autres fruits secs. Sarri ne veut pas voir des joueurs renfrognés : Cobham, le centre d'entraînement des Blues, est un lieu de travail mais aussi de plaisir. Ketchup, sel et beurre ont opéré leur retour à table, les cuistots concoctent de temps en temps des cakes et, en déplacement, Chelsea emmène parfois un congélateur rempli de glaces. Une autre mesure a été accueillie avec enthousiasme : alors que Conte emmenait les joueurs à l'hôtel la veille des matches à domicile, ce qui générait des temps morts, Sarri leur permet de dormir chez eux, avec leur famille. Résultat : les joueurs sont plus épanouis et pour le moment, ça se reflète dans leurs résultats. Son collègue Jürgen Klopp a déjà fait part de son admiration : " Waouh ! Un style complètement différent. Sarri est un fameux manager ! " Il ne parle pas uniquement de ce qui se passe en coulisses. Le 3-4-3 de Conte a fait place au 4-3-3. L'équipe campe plus haut sur le terrain. La saison dernière, Chelsea possédait le ballon en moyenne à 40,9 mètres de son propre but, contre 44,1 mètres actuellement. Seul Manchester City fait mieux. Autre changement : la manière dont Chelsea conserve le ballon. Un exemple ? Jorginho a délivré 180 passes contre West Ham, un record depuis la mesure des statistiques. Au total, jusqu'au week-end dernier, Chelsea a déjà réussi un minimum de dix passes à 147 reprises, soit deux fois plus qu'Arsenal et seulement deux fois moins que Manchester City. Fait important : Eden Hazard, qui plie souvent les matches, est également satisfait : " J'aime avoir le ballon. Pas dans mon camp mais dans les trente derniers mètres. Ce style de jeu diffère radicalement de celui d'Antonio Conte et de José Mourinho avant lui. "