L'entretien entre le directeur général Hans-Joachim Watzke et l'entraîneur Thomas Tuchel (43 ans) pour la rupture du contrat de celui-ci, valable un an encore, n'a duré que 21 minutes. Le club a décidé de verser 2,9 millions au successeur du très populaire Jürgen Klopp et à son staff. Tuchel travaillait au Borussia Dortmund depuis l'été 2015, après avoir exercé au FSV Mainz 05 de 2009 à 2014. Aucun entraîneur n'a gagné autant de points en moyenne. La direction s'est montrée intraitable alors que Tuchel...

L'entretien entre le directeur général Hans-Joachim Watzke et l'entraîneur Thomas Tuchel (43 ans) pour la rupture du contrat de celui-ci, valable un an encore, n'a duré que 21 minutes. Le club a décidé de verser 2,9 millions au successeur du très populaire Jürgen Klopp et à son staff. Tuchel travaillait au Borussia Dortmund depuis l'été 2015, après avoir exercé au FSV Mainz 05 de 2009 à 2014. Aucun entraîneur n'a gagné autant de points en moyenne. La direction s'est montrée intraitable alors que Tuchel n'avait pas manqué de mérite cette saison : vainqueur de la coupe d'Allemagne (2-1 contre l'Eintracht Francfort), l'homme avait également atteint avec ses ouailles les quarts de finale de la Champions League (élimination par Monaco), tout en qualifiant le Borussia (troisième de la Bundesliga) pour la phase des poules de la Ligue des Champions. En fait, Watzke ne supporte plus Tuchel. Celui-ci aurait également des problèmes avec le groupe, partiellement à cause de ses nombreux changements tactiques. Son limogeage est un très sale coup pour cet homme encensé par la presse allemande. Il est considéré comme le produit d'un courant d'entraîneurs modernes qui, sans passé particulièrement brillant de joueurs, ont conquis la Bundesliga. Passionné, Tuchel se consacre pleinement à son job et à son club. Il ne laisse rien au hasard : occupation de terrain, physiologie, nutrition, presse, statistiques... La scène des adieux a été bouclée par un tweet (imprévu) de Tuchel, suivi par une lettre ouverte de Watzke aux supporters. " Il est important pour moi de vous affirmer que cette décision n'a rien à voir avec le fait de prendre un verre ensemble ou pas ", a argumenté le directeur général. " Il s'agit simplement d'une série de valeurs, comme la confiance, le respect, la communication, l'authenticité, l'identification. J'insiste sur l'importance de la loyauté. " Si la première saison a été paisible, depuis quelques mois, Tuchel et le chef du scouting, Sven Mislintat, sont en brouille. Or, le scout a détecté de nombreux futurs grands joueurs. Il y a également eu des incidents troublants comme la remarque " Même maintenant, je peux faire mieux ", qui a suivi une faute du capitaine Mats Hummels dans la finale de coupe perdue contre le Bayern il y a un an ; son opposition à la vente (économiquement indispensable) de Henrikh Mkhitaryan, parti à Manchester United pour 40 millions, ou encore son veto au retour de l'ancien chouchou du public, Mario Götze. En résumé, Tuchel a heurté trop de tibias. frédéric vanheule