El País énonce plusieurs raisons au succès du Real Madrid cette saison. Avant tout, il y a le pacte conclu par Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo. L'entraîneur français est le premier à avoir convaincu CR7 de ne pas monter à tout prix sur le terrain, match après match. Sur les 59 joutes disputées par le Real cette saison, le Portugais est resté à onze reprises sur la touche, pour se ménager. Résultat, il est resté frais en fin de saison. On en veut pour preuve qu'il a inscrit 14 de ses 40 buts ...

El País énonce plusieurs raisons au succès du Real Madrid cette saison. Avant tout, il y a le pacte conclu par Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo. L'entraîneur français est le premier à avoir convaincu CR7 de ne pas monter à tout prix sur le terrain, match après match. Sur les 59 joutes disputées par le Real cette saison, le Portugais est resté à onze reprises sur la touche, pour se ménager. Résultat, il est resté frais en fin de saison. On en veut pour preuve qu'il a inscrit 14 de ses 40 buts en avril et en mai. Deuxièmement, le cas de James Rodriguez a été bien réglé. A la fin de l'année passée, après la victoire du Real au Mondial des clubs, au Japon, victoire à laquelle il n'a pas participé, le Colombien a déclaré qu'il ne resterait peut-être pas au Real, alors que Zidane avait insisté, avant la saison, sur le fait que l'équipe primait toujours les individualités. D'emblée, le capitaine Sergio Ramos a repris Rodriguez de volée : " Ce n'est pas le moment de parler en public de problèmes personnels. " El País estime que Ramos est une des clefs du succès. Le défenseur de 31 ans porte le maillot du Real depuis douze ans. Il est important sur les phases arrêtées mais il est aussi le ciment du noyau. On l'appelle le psychologue : il a eu des entretiens individuels avec les joueurs qui éprouvaient des problèmes, en cours de saison : Keylor Navas, Pepe, Lucas Vazquez, Karim Benzema... En outre, il a souvent des entretiens personnels avec le président Florentino Perez. Tout cela fait que jamais le noyau n'a été aussi soudé, aussi uni. Même dans les moments difficiles, comme cette série de matches nuls, en septembre et en octobre, qui ont coûté six points au Real, le club est resté serein. Luka Modric et Mateo Kovacic sont inséparables en dehors du terrain, Alvaro Morata, Nacho, Dani Carvajal et Lucas Vazquez se retrouvent constamment. Et quand Keylor Navas va promener son chien, il emmène celui de Toni Kroos... Chaque joueur affirme, dans ses entretiens, qu'il n'a jamais travaillé avec un aussi bon groupe. Ce qui frappe aussi, c'est l'excellente condition physique des joueurs. Normalement, à ce stade de la saison, ils sont vannés. Ce n'est pas le cas cette fois, grâce au système de rotation de Zidane mais aussi grâce au travail du préparateur physique Antonio Pintus. Après le Mondial des clubs, fin décembre, celui-ci a introduit une mini-présaison. L'objectif ? Préparer tous les joueurs, afin qu'ils soient en forme en fin de saison. Il y est parvenu. STEVE VAN HERPE