L'été dernier, Dante Bonfim (33 ans), qui s'est produit en Belgique de 2006 à 2009 pour Charleroi et le Standard, a quitté le VfL Wolfsburg pour Nice. Le défenseur estimait avoir besoin d'un autre défi. " Après huit ans, je connaissais trop bien l'Allemagne. Il me fallait un nouvel environnement, un nouveau stimulant. On a cru que je venais ici pour prendre des vacances mais j'ai découvert un club fantastique dans un championnat qui me convient. Je n'avais plus l'habitude d'avoir autan...

L'été dernier, Dante Bonfim (33 ans), qui s'est produit en Belgique de 2006 à 2009 pour Charleroi et le Standard, a quitté le VfL Wolfsburg pour Nice. Le défenseur estimait avoir besoin d'un autre défi. " Après huit ans, je connaissais trop bien l'Allemagne. Il me fallait un nouvel environnement, un nouveau stimulant. On a cru que je venais ici pour prendre des vacances mais j'ai découvert un club fantastique dans un championnat qui me convient. Je n'avais plus l'habitude d'avoir autant de soleil. Le matin, au lever, je suis déjà heureux. J'habite une belle ville. La cuisine française est fantastique. Je joue avec de bons jeunes qui écoutent mes conseils. J'ai trouvé ici tout ce que je cherchais. " Le championnat lui plaît vraiment. " J'y détecte de bons footballeurs, vifs, bons dribbleurs, qui ont reçu leur chance très jeunes. Le niveau global me surprend agréablement. Toutes les équipes, même les plus modestes, sont bien organisées. Du coup, le jeu est fermé parce que tout le monde exécute bien ses tâches tactiques. En France, on ne court pas d'avant en arrière, on court à la bonne place au bon moment. Le niveau tactique est vraiment très élevé et il n'y a pas de différence entre une grande équipe ou une autre, de ce point de vue. " Les entraînements l'ont surpris, en revanche. " J'avais l'habitude d'y aller à fond. Ici, je me suis parfois demandé si les joueurs parviendraient à se livrer à fond en match mais de fait, dès qu'il avait débuté, chacun se donnait à 100 %. Les matches sont éprouvants mais la semaine est plus calme. " Ce qui le surprend aussi, c'est que les équipes arrivent le jour du match et non la veille. " Nous jouions à 21 heures au PSG. Nous sommes arrivés à Paris à 13 heures. " A 33 ans, il est déjà âgé, selon les normes françaises. " Mais je ne me sens pas vieux. Le tout est d'aimer le football et d'avoir beaucoup d'adrénaline. J'ai toujours envie de me livrer tous les jours. Le football se passe essentiellement dans la tête. " Dante regrette que beaucoup de jeunes talents quittent prématurément l'Hexagone pour des compétitions plus relevées. Recommanderait-il la Ligue 1 à d'autres étrangers ? " Je l'ai déjà fait. Julian Draxler, avec lequel j'ai joué à Wolfsburg, m'a téléphoné avant de signer au PSG. Il avait d'autres possibilités mais je lui ai conseillé de venir en France. Le fait que des talents comme lui optent pour ce championnat est positif pour le football français. " GEERT FOUTRÉ