Rebecca, l'épouse de l'ancien international anglais Rio Ferdinand (38 ans), est décédée d'un cancer du sein en 2015. Elle avait 34 ans. L'ancien joueur de West Ham et de Manchester United revient sur cette pénible période en pages intérieures de l'hebdomadaire anglais RadioTimes, dans le cadre du documentaire " Rio Ferdinand : Being Mum and Dad" réalisé par la BBC. Le décès de sa femme a eu des conséquences draconiennes sur la vie de Ferdinand. C'est elle qui s'occupait de l'éducation de leurs trois en...

Rebecca, l'épouse de l'ancien international anglais Rio Ferdinand (38 ans), est décédée d'un cancer du sein en 2015. Elle avait 34 ans. L'ancien joueur de West Ham et de Manchester United revient sur cette pénible période en pages intérieures de l'hebdomadaire anglais RadioTimes, dans le cadre du documentaire " Rio Ferdinand : Being Mum and Dad" réalisé par la BBC. Le décès de sa femme a eu des conséquences draconiennes sur la vie de Ferdinand. C'est elle qui s'occupait de l'éducation de leurs trois enfants, Lorenz, Tate et Lia, et il a subitement dû prendre la relève. " Elle faisait leur lit d'une certaine façon. Quand les enfants me l'ont dit, après son décès, ce fut comme une claque. J'ai pensé que quoi que je fasse, ce ne serait jamais assez bien. " Habitué à ce que d'autres règlent tout à sa place, dans le milieu du football, il n'avait pas la moindre idée de la façon de s'y prendre. " En football, on ne doit rien faire, à part monter sur le terrain et jouer entre les lignes blanches. Quand on rentre au vestiaire, on laisse tomber ses vêtements et quelqu'un les ramasse pour les lessiver. A l'aéroport, on ne doit s'occuper de rien non plus. Pour partir en vacances, je n'avais qu'à faire ma valise personnelle. Rebecca s'occupait du reste. Je ne savais même pas comment aller chez le médecin : je n'avais jamais consulté que celui du club. " Ferdinand, qui a mis un terme à sa carrière en 2015 et est désormais analyste pour BT Sport, se rappelle le premier jour d'école de ses enfants, après la mort de leur mère. " En m'éveillant le matin, j'ai eu une crise d'angoisse. Pour la première fois, les enfants allaient arriver en retard à l'école. J'ai dû me retirer un moment dans une pièce. Je me suis demandé que faire. Ensuite, en voiture, un des enfants m'a fait remarquer : - Maman ne ferait pas ça. " Ferdinand le reconnaît : au début, il a consommé de l'alcool. " Je buvais surtout la nuit. Heureusement, nous avons une nanny à domicile mais quand elle se couchait, je redescendais en catimini, en pleine nuit, pour boire. Le matin, je me levais pour préparer les enfants à aller à l'école quand même. " L'ancien défenseur affirme désormais mieux comprendre les personnes suicidaires. " Il est essentiel d'avoir un réseau de personnes sur lesquelles s'appuyer. Heureusement, j'en avais un mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Avant, quand je lisais des trucs de ce genre, je me demandais comment on pouvait être égoïste au point de tenter de se suicider. Maintenant, je le comprends. " STEVE VAN HERPE