Quand Vicente Del Bosque a annoncé qu'il quitterait le poste de sélectionneur de l'Espagne au terme de l'EURO 2016, les noms de successeurs potentiels ont commencé à circuler. Parmi eux, Joaquin Caparros. Étrange, car l'homme n'a encore rien gagné. Il a pourtant quitté l'Athletic Club avec l'aura d'un grand entraîneur, en 2011, alors qu'il n'avait donc rien obtenu. Il a ensuite dirigé avec des succès variés Neuchâtel Xamax, Majorque, Levante et Grenade. En janvier 2015, ce club l'a mis à...

Quand Vicente Del Bosque a annoncé qu'il quitterait le poste de sélectionneur de l'Espagne au terme de l'EURO 2016, les noms de successeurs potentiels ont commencé à circuler. Parmi eux, Joaquin Caparros. Étrange, car l'homme n'a encore rien gagné. Il a pourtant quitté l'Athletic Club avec l'aura d'un grand entraîneur, en 2011, alors qu'il n'avait donc rien obtenu. Il a ensuite dirigé avec des succès variés Neuchâtel Xamax, Majorque, Levante et Grenade. En janvier 2015, ce club l'a mis à la porte. En novembre, Osasuna l'a embauché mais l'a renvoyé après huit journées de championnat. A ce moment-là, le président de la fédération, Angel Maria Villar, a sérieusement envisagé de nommer Caparros sélectionneur. Pourquoi ? Parce qu'il a toujours une bonne réputation, selon El Pais. L'entraîneur ibérique se fait conseiller par Yescom Consulting, une société espagnole dont le slogan est " Communiquer, c'est gagner. " Mario Garcia Gurrionero, directeur stratégique de Yescom Consulting, s'explique : " Il y a un rapport proportionnel entre la réputation d'un entraîneur et son salaire. Et sa réputation dépend de moins en moins des résultats sportifs. " Gurrionero est politologue. Il conseille également le coach du PSG, Unai Emery. " Notre société a travaillé avec beaucoup de politiciens espagnols. Pour le moment, notre filiale de Washington conseille les Démocrates. Nos méthodes de travail ne diffèrent guère qu'il s'agisse de football ou de politique. Nous préparons des leaders à la scène politique, nous établissons des campagnes électorales et les conseillons dans la gestion d'une crise. " L'entraîneur, qui passe plus souvent devant les caméras que les footballeurs, est devenu un personnage public, qui dépasse le cadre du football. Yescom a eu l'idée d'établir un baromètre trimestriel : le Coach Reputation Ranking. La réputation d'un entraîneur est calculée sur base d'une dizaine de paramètres : les résultats sportifs, l'activité sur les réseaux sociaux, la communication non verbale, l'implication dans des projets sociaux, la tenue d'un site web... Antonio Conte emmène le dernier ranking avec 79,1 points devant Zinédine Zidane, Carlo Ancelotti et Pep Guardiola. Conte a certes déjà gagné trois titres avec la Juventus mais sa force réside dans son aptitude à bien faire passer son message par le biais des moyens de communication disponibles. Il est donc l'entraîneur jouissant de la meilleure réputation pour le moment. STEVE VAN HERPE