Même si le Beerschot a été battu dimanche, il a fait preuve d'une sérénité étonnante, compte tenu du départ d' Hernán Losada (38 ans) pour D.C. United, le club de Washington. L'entraîneur a pourtant pris tout le monde de court, un an après ses débuts comme T1 et six mois après la prolongation de son contrat jusqu'en 2023. "Le timing est ma...

Même si le Beerschot a été battu dimanche, il a fait preuve d'une sérénité étonnante, compte tenu du départ d' Hernán Losada (38 ans) pour D.C. United, le club de Washington. L'entraîneur a pourtant pris tout le monde de court, un an après ses débuts comme T1 et six mois après la prolongation de son contrat jusqu'en 2023. "Le timing est malheureux", a reconnu l'Argentin. "J'aurais préféré partir en fin de saison, mais la MLS reprend fin février." Le président Francis Vrancken a tenu des propos surprenants: "Nous n'avons pas essayé de le faire changer d'avis et il en est reconnaissant. Nous sommes déçus, mais son départ est une opportunité pour lui comme pour nous. Les CV affluent déjà." Au fond, Losada sait que l'équipe ne peut faire mieux. Il y a quelques semaines, il a déjà reconnu l'avoir pressée comme un citron. Il n'y avait pourtant aucune lassitude dans le vestiaire, contrairement à ce qu'on affirme ici et là, même si son ego suscite des remarques. Losada est un coach moderne, à l'écoute de ses joueurs. La MLS est une belle opportunité pour Losada. Le championnat US touche plus de monde que le belge, il enrôle des stars et plus seulement quand elles sont en fin de carrière. Losada a obtenu un contrat de trois ans chez le quadruple champion. Le noyau comporte pas mal d'hispanophones, ce qui doit avoir pesé dans le choix de l'Argentin. Le Beerschot aura du mal à trouver un entraîneur aussi populaire que Losada. Une option consisterait à promouvoir son adjoint, Will Still (28 ans), très apprécié du groupe, pas trop cher et capable de maintenir le cap choisi. À moins qu'il ne parte aussi à Washington, puisqu'il en a également l'occasion.