Cinq nouveaux joueurs se présenteront aux tests médicaux lundi : trois candidats-titulaires et deux éléments d'avenir. Le départ éventuel de Lucas Biglia, Silvio Proto, Mbo Mpenza et Mark De Man a été anticipé. Si, après l'EURO, Marcin Wasilewski reçoit une offre intéressante, il peut partir. Anderlecht ne devra sonder le marché que si Nicolas Frutos est forfait pendant la préparation. Si Biglia reste, Ariël Jacobs aura cinq Argentins mais aussi un problème de sélection - de luxe.
...

Cinq nouveaux joueurs se présenteront aux tests médicaux lundi : trois candidats-titulaires et deux éléments d'avenir. Le départ éventuel de Lucas Biglia, Silvio Proto, Mbo Mpenza et Mark De Man a été anticipé. Si, après l'EURO, Marcin Wasilewski reçoit une offre intéressante, il peut partir. Anderlecht ne devra sonder le marché que si Nicolas Frutos est forfait pendant la préparation. Si Biglia reste, Ariël Jacobs aura cinq Argentins mais aussi un problème de sélection - de luxe. Anderlecht entame la préparation avec quatre gardiens, dont Daniel Zitka qui reste le numéro un. Davy Schollen est sa doublure attitrée et Sébastien Bruzzese est promu troisième portier. Silvio Proto, qui n'est entré en action qu'en Coupe, la saison écoulée, doit retrouver son rythme, après avoir fait banquette deux ans et demi en championnat. Le Sporting souhaite donc le louer l'espace d'une saison. Tubize et le Cercle se sont informés auprès du manager Herman Van Holsbeeck mais Proto n'a pas envie de se produire pour des clubs de ce niveau. Il doit donc se tourner vers l'étranger. Anderlecht ne baignant pas dans l'opulence dans l'axe défensif ni à droite, il a enrôlé deux défenseurs. Il dispose de sept joueurs pour quatre places. Marc De Man, sous contrat pour un an encore, n'est pas repris. Comme il a refusé de signer une adaptation de contrat en début d'année, ne jouant pas assez, le Sporting part du principe qu'il ira chercher son bonheur ailleurs. Arnold Kruiswijk, un arrière central, vient gratuitement du FC Groningue. Il est fort de la tête, ni lent... ni rapide et, comme la plupart des Néerlandais, il excelle à la relance. Kruiswijk et Roland Juhasz, le seul Anderlechtois à avoir été performant tout au long de la saison et donc pratiquement assuré d'être titulaire, devraient être complémentaires. Le défenseur néerlandais entre en concurrence avec Nicolas Pareja, qui était une valeur sûre avant sa blessure. Pareja est apprécié pour sa mentalité et sa dureté dans les duels mais a un handicap par rapport à Kruiswijk : la relance n'est pas son point fort. L'arrière gauche est à nouveau dévolu à Olivier Deschacht ou à Jelle Van Damme, auteur d'un puissant second tour. Le départ de Deschacht à l'Espanyol Barcelone ne semble plus à l'ordre du jour. Ces derniers mois, même avec une loupe, on n'a pas vu trace de son nom dans les journaux sportifs catalans. A droite, Anderlecht voulait à tout prix un concurrent à Marcin Wasilewski. On peut mener la guerre avec le Polonais mais son agressivité constitue un facteur de risque : douze avertissements en championnat, deux cartes jaunes et une rouge en Coupe d'Europe, c'est beaucoup. C'est pour cela qu'Anderlecht a transféré Guillaume Gillet de Gand en janvier mais celui-ci s'est tellement distingué dans l'entrejeu, quand Ahmed Hassan disputait la Coupe d'Afrique des nations, qu'il ne sera plus aligné qu'en cas d'urgence à l'arrière droit : son absence affaiblit le milieu. Via Paul Courant, Anderlecht a découvert un Serbe de 23 ans, Nemanja Rnic, du Partizan Belgrade : il évolue à peu près dans le même registre que Wasilewski mais dispose d'un meilleur bagage technique. Werner Deraeve, le responsable du scouting, a visionné un joueur " rapide, sainement agressif, doté d'une bonne détente. Un vrai défenseur, pas un ailier droit reconverti ". International, le Serbe doit pouvoir jouer immédiatement, d'autant qu'il est également apte à évoluer au c£ur de la défense ou au milieu droit. Il avait la possibilité de signer en Allemagne mais Anderlecht a été plus prompt, ce qui est indispensable souligne Courant : " Si le Club avait hésité à engager le Vénézuélien Roland Vargas, il n'aurait plus eu aucune chance après son superbe but contre le Brésil ". Lucas Biglia ne suscite pas le moindre intérêt de l'étranger pour l'instant. " Au début de la période des transferts, relève Van Holsbeeck, les bons footballeurs sont jugés trop chers ". Il ne s'attend pas à un changement avant le courant du mois de juillet. Si Biglia est transféré, Anderlecht n'achètera pas d'autre médian : il a anticipé le départ de Biglia en enrôlant Hernan Losada. L'Argentin serait simplement placé dans le trio médian, sans qu'Anderlecht doive opérer des remaniements tactiques majeurs. Losada peut reprendre le poste d' Ahmed Hassan - pas sur le banc. L'ex-créateur du Beerschot est polyvalent mais ne peut jouer qu'à deux positions centrales : il manque de stature comme attaquant et ne sait pas jouer dos au but, et comme seul médian défensif, son style de jeu audacieux est dangereux. Si Jacobs opte pour deux médians défensifs, Losada peut être l'élément le plus offensif du triangle, à la Hassan. S'il reste fidèle à ses deux médians offensifs, Jan Polak recule d'un cran pour remplacer Biglia, avec Gillet et Losada devant lui. L'Argentin évolue indifféremment à gauche ou à droite. Droitier, il aime converger de la gauche vers le centre pour conclure du droit devant le but. Losada adore foncer depuis le flanc, face au but. Il excelle dans les actions balle au pied, en s'infiltrant de la deuxième ligne. Losada a une excellente mentalité, est raisonné et bien élevé-il provient d'une bonne famille en Argentine. Si son ami François Sterchele se sentait chez lui partout, Losada a besoin de confiance. Un mauvais départ peut écorner celle-ci. Ce fut son problème lors de sa première saison au Germinal Beerschot, comme s'en souvient son entraîneur d'alors, Marc Brys : " Ce manque d'assurance lui avait coûté sa place dans l'axe, car la pression y était plus forte. Je l'ai déplacé sur le flanc droit un moment. Là, il a pu se ressaisir et réaliser ses actions en toute tranquillité ". Brys éclate de rire quand on lui demande si Losada a le profil requis pour Anderlecht : " Il est taillé sur mesure pour le Sporting. Losada a la classe, il convient au football académique qu'Anderlecht apprécie. Il s'y épanouira mieux que dans le football laborieux du Club Bruges, par exemple. Il doit simplement trouver un bon équilibre entre ses actions et des passes en un temps ". Bart Goor, le capitaine, qui a resigné pour un an, constitue une alternative dans l'entrejeu gauche, comme Jelle Van Damme. " Si je jouais encore à Anderlecht, je voudrais que Jelle Van Damme évolue à mes côtés dans l'entrejeu chaque semaine ", a déclaré l'ancien commentateur et futur entraîneur des Espoirs, Johan Walem, la saison passée. " Van Damme rend plus forts les joueurs qui l'entourent ". Ariël Jacobs n'a aucune raison de modifier le compartiment offensif, après son excellent second tour. Il va sans doute aligner trois avants. Mbark Boussoufa est une valeur sûre à gauche. A droite, Thomas Chatelle, Jonathan Legear, Oleksandr Iakovenko et Stanislav Vlcek se disputent une seule et unique place. Voilà pourquoi Anderlecht a laissé le Club enrôler Ronald Vargas, qui aurait constitué un renfort pour le Sporting, comme le confirment Werner Deraeve et Herman Van Holsbeeck : ils sont convaincus que le Club a embauché un avant de qualité mais le Sporting est suffisamment armé. L'avant-centre, Nicolas Frutos, reste le tendon d'Achille de l'équipe. La saison passée, il n'a pris part qu'à 14 matches de championnat, durant lesquels il a marqué huit buts et délivré deux assists. Anderlecht n'a pas levé l'option sur sa doublure, Luigi Pieroni, estimant le prix trop élevé pour un footballeur qui ne s'était pas imposé comme titulaire. En douze matches, la plupart comme joker, Pieroni a inscrit trois buts et délivré cinq assists. Cyril Théréau ne revient pas au parc Astrid : il est définitivement transféré à Charleroi. Anderlecht entame donc sa préparation avec de jeunes avants, tous deux âgés de vingt ans : le Brésilien Rubenilson dos Santos da Rocha Kanu et l'Argentin Matias Suarez. Kanu est un avant pur, qui s'appuie sur sa solidité, sa vitesse et un tir puissant du gauche. Comme Triguinho l'année dernière, il a six mois pour faire ses preuves... Une différence de taille : Triguinho avait 27 ans à son arrivée à Bruxelles alors que Kanu est encore en plein développement et devrait pouvoir s'intégrer plus rapidement. Suarez a été renseigné à Anderlecht par le bureau de management qui piste des talents argentins pour son compte. Werner Deraeve l'a vu à l'£uvre à quatre reprises. " Si Suarez avait habité à Buenos Aires ou aux alentours, il aurait joué pour un grand club argentin mais il réside à l'intérieur du pays, non loin du Chili. Néanmoins, les grands clubs argentins s'intéressaient à lui. Nous avons dû nous hâter. La première fois que je l'ai vu, il a réalisé quelques actions. La quatrième fois, il a été bon durant la totalité du match. S'il doit se renforcer ? Comme tous les joueurs de son âge ". Suarez et Kanu sont complémentaires, d'après Deraeve : " Ils peuvent jouer de concert ". Si Frutos se blesse, Kanu sera sans doute préféré à Suarez, qui est plus technicien. " Ce n'est pas un pivot mais un second avant ou, dans notre système de jeu, un homme capable de jouer à droite ou à gauche, car il est bon des deux pieds ". Suarez doit déjà apporter quelque chose à Anderlecht cette saison : " Sans toutefois le placer sous pression d'emblée ". Van Holsbeeck va étudier Frutos pendant la préparation : " Les premières semaines d'entraînement nous en apprendront beaucoup. S'il y a un problème avec Frutos, nous agirons. Nous avons besoin d'avants qui fassent la différence en Ligue des Champions ". Si Frutos est en forme, Anderlecht observera tranquillement le marché en automne et verra comment le Brugeois Tom De Sutter se rétablit de sa blessure aux ligaments croisés. En décembre, Van Holsbeeck s'était intéressé à lui, jusqu'à ce qu'il apprenne la somme que demandait le Cercle pour son attaquant. Le manager n'a pas oublié De Sutter mais il veut être certain qu'il retrouve la plénitude de ses moyens et il souhaite aussi connaître son prix. Il peut également faire une proposition, le Cercle ne sachant pas si des clubs étrangers nantis convoitent encore un joueur qui est absent depuis des mois. par geert foutré