La grosse gueule de bois après le plaisir des corps en mouvement. L'après JO fait déjà mal alors que les comptes ne sont encore que rouges. Pas encore vifs. Le revers des médailles va ressembler à un heptathlon fait avec 20 kilos de trop et un torticolis. Le sport en Angleterre roule à droite. L'obésité gonfle le train-train quotidien. 30 % des ados british se gavent trop.
...

La grosse gueule de bois après le plaisir des corps en mouvement. L'après JO fait déjà mal alors que les comptes ne sont encore que rouges. Pas encore vifs. Le revers des médailles va ressembler à un heptathlon fait avec 20 kilos de trop et un torticolis. Le sport en Angleterre roule à droite. L'obésité gonfle le train-train quotidien. 30 % des ados british se gavent trop. Trop de graisse au pays de sa Gracieuse Majesté. Façon de répondre à l'ennui mais aussi à la réalité sociologique d'une île de toutes les tentations. Le sport est devenu un luxe. Si les jeunes n'en font plus, c'est parce que l'école ne les y éduque plus. Si t'as pas de pognon pour te payer une école privée, le sport se résume à une partie de fléchettes. La majorité des écoles publiques doivent vendre leurs terrains de foot, basket, rugby aux promoteurs immobiliers pour pouvoir boucler leurs budgets. Plus de terrain, plus d'entrain. Surtout pas de l'Etat dont les subsides se font de plus en plus maigrichons. La vraie compétition, c'est l'éducation. C'est elle qui peut sauver le monde. Et là, y a pénurie de résultats. Le jeu de la spéculation de quelques-uns semble bien plus primordial que l'enjeu capital pour notre humanité. L'immobilier profite de l'immobilisme. Des fondations pour les uns, des autres qui en manquent. Londres, ville de tous les paradoxes. Centre du monde pendant les JO et berceau d'une équipe qui n'arrive plus à dominer son pays mais qui domine l'Europe. Chelsea est un quartier chic de la capitale, il sied mieux avec le gotha européen qu'avec la réalité britannique. La preuve avec le Community Shield. Les puits d'or noir des Citizens qataris ne sont pas sans fond, au contraire des fonds levés pour tout acheter. Et gagner. Cette saison, ils veulent se la jouer Chelsea. La Champion's League sinon rien. Cela dit, Manchester City semble retrouver un soupçon d'humanité. Ils n'ont presque rien acheté, cet été. Waouw ! Certainement leur meilleur mercato depuis très longtemps. C'est le voisin, United, qui va au turbin. Pour un nouveau messie ? Robinvan Persie parie sur le concret plutôt que le possible éphémère. Et nous, sur le fait que la ville de Manchester n'a pas fini de dominer l'Angleterre. Londres, elle, a dominé le monde, le temps d'un été après l'Europe du foot, le temps d'une saison. En récoltant le nectar au printemps. A Paris, on en veut aussi. Ah Paris et les Qataris ! Là aussi, les fonds paraissent inépuisables. En tout cas du côté du PSG. Côté télé, Al Jazeera vient de répandre une marée d'or vert. Elle engraisse les clubs et les joueurs mais ne semble pas avoir le souci de nourrir le savoir-faire français et... belge. L'achat des droits TV est une chose, s'en servir et offrir le meilleur service en est une autre. Faut que vous sachiez que dans le monde de la télévision, les Belges ont excellente réputation pour faire vivre un match de foot. Réalisateurs, cameramen, ingés-son, opérateurs ralenti et autres sont très demandés. Et forcement, ils travaillent beaucoup en France. Peut-être plus pour longtemps. Al Jazeera a décidé de recruter du côté de l'Espagne et du Portugal. C'est beaucoup moins cher mais aussi moins compétent. Deux des trois sociétés qui se partageaient la production des matches de Ligue 1 ont été virées. Heureusement les syndicats français sont puissants. Tant mieux car maintenant le foot, c'est 0,1 % dans le stade, le reste devant son écran. Faut pas que les milliards ne soient qu'un écran de fumée, qu'un investissement purement financier. Le foot faut l'aimer sinon ça se sent. Et très vite ça pue. Si on veut les meilleurs sur le terrain, il faut les meilleurs pour valoriser leur talent sur le petit écran. Et puis imaginez, une petite grève sauvage juste avant le ralenti du premier retourné lucarne d' Ibra sous le maillot du PSG ! De quoi désorienter plus d'un investisseur et fâcher un bon milliard d'amateurs. Réfléchissez messieurs ! Al Jazeera a viré deux des trois sociétés qui se partageaient la production des matches de L1 !