TACTIQUE

Le Lokomotiv a perdu plusieurs joueurs importants : Farfán, mais surtout Aleksei Miranchuk, qui a profité de sa brillante campagne en CL pour signer à l'Atalanta, contre 14,5 millions d'euros. Son frère jumeau, Anton, est resté au Lokomotiv, mais il est moins brillant. Le remplaçant de Miranchuk, le Camerouna...

Le Lokomotiv a perdu plusieurs joueurs importants : Farfán, mais surtout Aleksei Miranchuk, qui a profité de sa brillante campagne en CL pour signer à l'Atalanta, contre 14,5 millions d'euros. Son frère jumeau, Anton, est resté au Lokomotiv, mais il est moins brillant. Le remplaçant de Miranchuk, le Camerounais François Kamano, venu de Bordeaux, ne s'est pas encore imposé. Le club moscovite possède quelques bons joueurs du cru, comme le médian Dmitri Rybchinskiy, mais ses principaux joueurs sont des trentenaires, comme l'international Ignatiev. La défense est solide, bien organisée par le Croate Corluka, tandis que le Polonais Krychowiak, omniprésent, orchestre le jeu dans la ligne médiane. C'est en pointe que le bât blesse malgré l'international Smolov. Le Lokomotiv a tenté en vain de transférer Mandzukic. L'équipe est entraînée par un inconnu, le Serbe Nikulic, engagé pendant le confinement à la consternation générale : Shomin, son prédécesseur, a valu au club ses récents succès. Cependant, jusqu'à présent, Nikolic ne se débrouille pas mal du tout. Le Polonais de trente ans est un médian chevronné. À seize ans, il a émigré en France, où il s'est produit pour Bordeaux, Reims et Nantes. Il a ensuite remporté la C3 avec Séville. Il n'a jamais trouvé ses marques au PSG, qui l'a loué à West Bromwich, puis au Lokomotiv durant l'hiver 2018-2019. Ce club a offert un contrat l'été suivant à l'international (71 caps). Il est en théorie médian défensif, mais il est devenu un excellent box-to-box, omniprésent et doté du sens du but.