PARCOURS

Le directeur sportif Reynders a été limogé dans la dernière ligne droite. Un timing étrange mais la décision n'est pas surprenante. Si, dans le passé, il a déniché des joueurs comme Harbaoui et Vanaken, achetés bon marché et revendus avec un fameux bénéfice, ses derniers achats n'ont guère été rentables : De Sutter (dont le contrat a été rompu), Starzynski, Ghadir et Jambor, par exemple. Plus un bataillon de joueurs arrivés et repartis dans l'anonymat le plus total : Enoh, Söder, Ofkir, Slagveer, Ninaj, Mendy. Le départ inattendu de Maric, un ancien, est une perte.
...

Le directeur sportif Reynders a été limogé dans la dernière ligne droite. Un timing étrange mais la décision n'est pas surprenante. Si, dans le passé, il a déniché des joueurs comme Harbaoui et Vanaken, achetés bon marché et revendus avec un fameux bénéfice, ses derniers achats n'ont guère été rentables : De Sutter (dont le contrat a été rompu), Starzynski, Ghadir et Jambor, par exemple. Plus un bataillon de joueurs arrivés et repartis dans l'anonymat le plus total : Enoh, Söder, Ofkir, Slagveer, Ninaj, Mendy. Le départ inattendu de Maric, un ancien, est une perte. Les quatre changements d'entraîneurs en trois ans constituent une partie de l'explication. Leekens voulait des joueurs athlétiques, Kristinsson et Peeters cherchaient du bagage footballistique. Mais si Maes et Reynders avaient composé une équipe équilibrée durant leur premier mandat commun (2010-2015), Lokeren semble maintenant avoir réalisé un festival d'opportunités... dans lequel les managers ont eu trop à dire. Cf le dossier du jeune avant Jovanovic, dans lequel Lokeren s'est laissé entraîner à une surenchère avec le Club Bruges. Saroka, un autre transfert offensif, est un point d'interrogation. Son intégration est difficile, notamment à cause de la barrière de la langue. Seuls les défenseurs BenHarush et Deschacht, expérimentés, peuvent être considérés comme des renforts. C'est significatif : Maes reprend toujours Miric et Huppertz, pourtant considérés comme insuffisants. Dommage aussi que cette étrange politique de transferts ait fait reculer dans la hiérarchie des jeunes comme Monsecour, Torres, Benchaib, Lawal et Van Moerzeke. Saroka (Dinamo Minsk, Blr) , Jovanovic (Partizan Belgrade, Srb) , Ben Harush (Maccabi Haifa, Isr) , Deschacht (libre) , Frankowski (Jagiellonia Bialystok, Pol) . Geens (Lierse Kempenzonen) , Ninaj (Fortuna Sittard, Ned) , De Prycker (R Knokke FC) , Söder (IFK Göteborg, Swe) , Maric (FC Lugano, Sui) , Enoh (FC Politehnica Iasi, Rou) , De Sutter (contrat résilié) . - Tom De Sutter, le transfert le plus cher de l'histoire, n'a pas encore été repris une seule fois sur la feuille de match. Son contrat vient d'être résilié. - Lokeren a perdu un monument, son spécialiste des penalties. Le défenseur Mijat Maric (34 ans) a inscrit 45 buts en huit ans, dont 29 sur penalty. Qui va lui succéder ? - Roger Lambrecht (87 ans) entame sa 25e saison à la présidence du Sporting Lokeren mais il n'en retire pas beaucoup de plaisir : son 1/15 après cinq journées est le plus mauvais début de saison de son club depuis 2009. - Olivier Deschacht (37 ans) avait joué deux ans en équipes d'âge du Sporting Lokeren, avant de rejoindre Anderlecht, à seize ans. Son père Ronny était le principal sponsor de Daknam au début du siècle. Le logo de sa firme, Deschacht Plastics, ornait les maillots. Xavier, le frère cadet d'Olivier, était alors dans le noyau A de Lokeren. - Killian Overmeire doit encore disputer 33 matches pour détrôner Bob Hoogenboom (449 matches) au classement du plus grand nombre de rencontres sous le maillot de Lokeren. Il peut y parvenir cette saison.