Le nouveau marquoir de Daknam affichait à peine quinze minutes quand le capitaine Killian Overmeire s'est effondré, les bras croisés sur les genoux, la tête enfoncée entre les épaules. Encore une blessure, alors qu'une déchirure aux adducteurs lui avait déjà fait rater le début du championnat. Le remplacement rapide d'Overmeire a été le début d'un samedi soir très décevant, lors de la treizième journée. Un samedi achevé sur une défaite 3-0 face à Ostende. Et ce, juste au moment où Lokeren pensait qu...

Le nouveau marquoir de Daknam affichait à peine quinze minutes quand le capitaine Killian Overmeire s'est effondré, les bras croisés sur les genoux, la tête enfoncée entre les épaules. Encore une blessure, alors qu'une déchirure aux adducteurs lui avait déjà fait rater le début du championnat. Le remplacement rapide d'Overmeire a été le début d'un samedi soir très décevant, lors de la treizième journée. Un samedi achevé sur une défaite 3-0 face à Ostende. Et ce, juste au moment où Lokeren pensait que le train était enfin lancé. À beaucoup de points de vues, la soirée a donc été symbolique. Lokeren a été surclassé à plusieurs niveaux : vitesse d'exécution, ambition et surtout efficacité à la transition. Lokeren fait piètre figure sur ces points et le remplacement de Runar Kristinsson par Peter Maes n'y a rien changé. Sur base de son excellente préparation, on attendait pourtant beaucoup des Waeslandiens mais leur revers 0-4 face au Club Bruges dès la première journée a brisé leur élan. Tout n'était donc pas aussi rose qu'on le pensait... Une semaine plus tard, sur le terrain de l'Excel Mouscron, Lokeren n'a pas réagi, au contraire : le groupe a sombré dans l'apathie. Le président Roger Lambrecht et le DT Willy Reynders ont paniqué et rappelé Peter Maes. Il était apparu sous la direction de Kristinsson que ce groupe trop brave avait besoin d'un guide autoritaire, notamment pour entamer les matches avec plus de conviction ou redresser une situation délicate. À l'issue du match contre Ostende, Maes a été modéré, à la surprise générale. Il n'a pas vraiment pu expliquer le fléchissement de son équipe : il a réalisé lui-même à quel point elle manquait d'assurance et il a déclaré avoir peu d'alternatives. À l'exception de JakovFilipovic, la campagne des transferts peut être qualifiée de ratée. Le club a embauché de chouettes footballeurs mais la régularité et le caractère sont aussi des qualités essentielles en football. Il suffit de regarder Samy Kehli. Au terme d'une bonne préparation, le transfert a été qualifié de " nouveau Vanaken " mais ensuite, il n'a montré sa classe qu'épisodiquement. Pour le reste, il a été absent. Idem pour les autres transferts estivaux : Robin Söder, Tracy Mpati, Luciano Slagveer (déjà parti), Julian Michel. Maes doit compter les jours qui le séparent du mois de janvier et du mercato. En attendant, il espère récupérer son capitaine le plus vite possible car ce Lokeren-ci s'appuie encore beaucoup trop sur ses footballeurs chevronnés. PAR MATTHIAS STOCKMANS