Les supporters de Liverpool doivent également feuilleter les pages économiques du Liverpool Echo. Depuis deux ans, les Reds sont à la recherche de fonds pour l'équipe mais surtout pour leur nouveau stade. David Moores, le président, propriétaire de 51 % des parts du club, a déplacé son intérêt des States à Dubaï. A part la famille Kraft, un autre Américain, George Gillet, reste en course, mais Moores, dont la famille a fait fortune avec le groupe Littlewoods, spécialisé en paris et en commerce, préfère les pétrodollars. Il négocie actuellement avec le Dubaï International Capital group (DIC), la société d'investissements du princ...

Les supporters de Liverpool doivent également feuilleter les pages économiques du Liverpool Echo. Depuis deux ans, les Reds sont à la recherche de fonds pour l'équipe mais surtout pour leur nouveau stade. David Moores, le président, propriétaire de 51 % des parts du club, a déplacé son intérêt des States à Dubaï. A part la famille Kraft, un autre Américain, George Gillet, reste en course, mais Moores, dont la famille a fait fortune avec le groupe Littlewoods, spécialisé en paris et en commerce, préfère les pétrodollars. Il négocie actuellement avec le Dubaï International Capital group (DIC), la société d'investissements du prince héritier Cheik Mohammed bin Rashid Al Maktoum. Le DIC est connu en Angleterre. Le cheik a effectué sa scolarité en Angleterre, notamment à l'académie militaire de Sandhurst, et il est propriétaire de plusieurs chevaux de course qui s'illustrent régulièrement. Surtout, il est impliqué dans les affaires : le groupe détient une part de Daimler Chrysler et est propriétaire du groupe Tussaud et de Travelodge, une chaîne d'hôtels présente en Espagne et au Royaume-Uni. Il a aussi financé l'Emirates Stadium d'Arsenal. Maktoum est le cinquième homme le plus riche du monde, tandis que Dubaï devient un paradis touristique. Moores, qui a fait l'impasse sur le déplacement à Galatasaray pour poursuivre les négociations, préfère donc Maktoum, plus riche que Gillet. Ce dernier, qui s'est impliqué au Miami Dolphins (football américain) et aux Harlem Globe Trotters (basket de démonstration), a également effectué des investissements en ski et est copropriétaire des Montréal Canadians, une équipe de hockey sur glace. Bref, il est donc du niveau de Glazer (Man. United) et de Lerner (Aston Villa), des hommes chevronnés dans la gestion d'un club professionnel mais disposant de moins d'argent que Maktoum. Celui-ci est-il un nouvel RomanAbramovich ? Ses adversaires pensent que non. Le DIC s'occuperait davantage de la construction de Stanley Park, le nouveau port d'attache des Reds, qui ont déjà le permis de bâtir mais pas l'argent (400 millions d'euros). Le club étant en déficit, un autofinancement est exclu. Le stade est un thème majeur des négociations. A terme, il offrira plus de rentrées au club. En attendant, Liverpool ne peut espérer suivre Chelsea ou Manchester United. PARIS. La Chambre des Représentants débat concernant une loi sur les paris qui entrerait en vigueur l'année prochaine. Elle a aussi évoqué la publicité maillot, se demandant si elle n'incite pas les enfants à parier. Quatre clubs de D1 font de la pub pour des sociétés de jeux : Tottenham (Mansion), Aston Villa (32Red), Middlesbrough (888) et Blackburn (Bet24). JOSÉ MOURINHO a mis la pression sur Andriy Shevchenko en déclarant que son style de jeu n'en faisait pas un joueur indispensable. Selon le Portugais, Terry, Cole, Carvalho, Drogba, Essien, Ballack, Lampard et Makelele sont intouchables. Il plaide la patience. Durant sa première année, Henry n'a marqué qu'un but en douze matches. Abramovich ne le met pas sous pression pour aligner l'Ukrainien. " Il a assez d'argent pour me limoger ". Il aimerait disposer d'une équipe B qui puisse évoluer dans une division inférieure, pour que des espoirs comme Obi, Diarra ou Kalou acquièrent du rythme. GARY SPEED (37 ans) a disputé contre West Ham son 500e match en Premier League. L'actuel joueur de Bolton s'est produit pour Newcastle (six saisons), Everton (deux) et Leeds (huit). Samedi, toutes épreuves comprises, c'était son 761e match en équipe fanion. CUP. Le troisième tour de la FA Cup offre de belles affiches. Le 6 janvier, à 17.45 h, la BBC retransmet en direct Liverpool - Arsenal et le lendemain, c'est au tour de Manchester United - Aston Villa. P. T'KINT