Le 25 mai, la finale de la Ligue des Champions sera le match au sommet, de toute année dès qu'elle est impaire. Mais je n'en attends rien, la règle d'or du footeux neutre étant de toujours savoir qu'il n'y a AUCUNE corrélation entre match au sommet et spectacle au sommet ! Le match au sommet est le fruit des amours entre business et gloriole, le spectacle au sommet éclot du hasard, c'est un enfant trouvé,... je dirais une fois sur dix à vue de nez : ce jour béni là, entre deux équipes a priori équivalentes, un machin détraque le bazar (aucun scientifique n'a jamais réussi à codifier ni le machin, ni le bazar)... et voilà que tout à la fois s'amènent emmêlés des buts, des exploits, du suspense et des gaffes ! Le bonheur pour le neutre, mais bonheur rare en foot...
...

Le 25 mai, la finale de la Ligue des Champions sera le match au sommet, de toute année dès qu'elle est impaire. Mais je n'en attends rien, la règle d'or du footeux neutre étant de toujours savoir qu'il n'y a AUCUNE corrélation entre match au sommet et spectacle au sommet ! Le match au sommet est le fruit des amours entre business et gloriole, le spectacle au sommet éclot du hasard, c'est un enfant trouvé,... je dirais une fois sur dix à vue de nez : ce jour béni là, entre deux équipes a priori équivalentes, un machin détraque le bazar (aucun scientifique n'a jamais réussi à codifier ni le machin, ni le bazar)... et voilà que tout à la fois s'amènent emmêlés des buts, des exploits, du suspense et des gaffes ! Le bonheur pour le neutre, mais bonheur rare en foot... En fait, j'espère une chose : pas de bordel à Istanbul ! Liverpool contre des Italiens vingt ans après le Heysel, 20.000 Anglais attendus, le souvenir d'un Galatasaray- Juve en 1998 où il avait fallu prévoir 22.000 flics pour 35.000 spectateurs,.... brrrrrrr, couillon comme je suis, je n'échangerais pas ma télé peinarde contre un trip gratuit dans le Bosphore ce soir-là, ça sent plus la guerre que le p'tit Jésus ! Quant à du spectacle sur la pelouse, faut toujours y croire mordicus comme on croit au miracle, mais le miracle dépasserait les bornes avec pareils protagonistes : sur base de ce que Liverpool et Milan ont montré en quarts et en demis, leur attentisme mutuel est garanti et notre emmerdement aussi. Attention, je n'ai pas dit qu'ils avaient tort : si jouer à la grecque donne les meilleures chances de ne pas se faire entuber, faut jouer à la grecque ! De là à me demander de piaffer dans l'attente de l'événement... Pour avoir fait vibrer davantage, PSV méritait-il de passer ? Bof. Le foot et le mérite ont peu de choses en commun. PSV a raté de grosses occases à l'aller, Mark van Bommel est impardonnable au retour d'avoir laissé à Massimo Ambrosini un espace d'engouffrement comme n'en laisse jamais un Junior bien dressé : fallait pas louper, fallait pas jouer comme un gamin, fût-ce un instant ! Le foot est une affaire de loups : qu'un seul Van Bommel joue les agneaux trois secondes et son club est bouffé tout cru, sans autre forme de procès. L'élimination du PSV face à Milan n'est révoltante que pour ceux qui s'imaginent le résultat de foot empreint de justice. Mais au tour précédent, l'élimination de Lyon face au PSV fut tout aussi imméritée aux yeux de certains ! Le sentiment d'injustice est la ritournelle de ce sport qui nous excite... " La meilleure équipe a perdu " ; a également clamé José Mourinho après sa défaite. Ça, c'est vrai ! " Elle ne le méritait pas ", a-t-il ajouté. Ça, c'est faux, pour les raisons décrites plus haut ! Et ce qui est minable ici, c'est que Mourinho n'ignore rien de la part d'aléatoire en foot (y compris l'aléatoire faisant que, comme il a osé le dire, " c'est le juge de touche qui a marqué ! ") mais pleurniche comme une footballeuse adolescente basique dès que l'aléatoire joue en sa défaveur. Ainsi que le disait justement Henri Depireux sur ClubRTL, faut pas trop la ramener comme coach, ça finit toujours par te revenir en pleine gueule. Mais Mourinho, quand son équipe gagne, aime trop laisser croire que ce serait dû à son seul cerveau, irrigué comme pas deux, hypertrophié dans sa partie footballistique... Ceci posé, Chelsea fut de loin l'équipe qui m'a le plus excité cette saison, et je n'ai pas compris qu'on puisse la trouver défensive ou non spectaculaire : la rigueur défensive est certes absolue, et le credo offensif est la fulgurance obligée de chaque contre-attaque : mais ces mecs sont toujours trois au moins dans le rectangle adverse à chaque aboutissement d'action, et ça, c'est inhabituel ! Et plaisant ! L'an prochain, mon petit doigt me dit que Mourinho va mettre à gauche un gaucher moins maladroit que WilliamGallas ; retrouver PauloFerreira (ou Gallas) à droite au lieu de GlenJohnson ; s'arranger pour que DamieanDuff et ArjenRobben ne soient pas blessés en même temps ; et trouver plus fort en pointe que DidierDrogba, peu efficace dans l'esseulement (hormis sur remises aériennes). C'est mon prono quand j'essaie de lire directo dans le gros ego de Jo Mourinho ! par Bernard JeunejeanMOURINHO PLEURNICHE comme une footballeuse adolescente dès que l'aléatoire joue en sa défaveur