Mercredi 30 avril 2014 09:00

Le réveil sonne. Je sors du lit et m'habille rapidement pour prendre mon petit-déjeuner avec enthousiasme. Comme chaque matin, celui-ci se compose de flocons d'avoine, de bananes, de noix, de pommes et d'un peu de cannelle. Il n'y a pas mieux pour entamer la journée. Je jette aussi un coup d'oeil au journal en ligne de la veille.
...

Le réveil sonne. Je sors du lit et m'habille rapidement pour prendre mon petit-déjeuner avec enthousiasme. Comme chaque matin, celui-ci se compose de flocons d'avoine, de bananes, de noix, de pommes et d'un peu de cannelle. Il n'y a pas mieux pour entamer la journée. Je jette aussi un coup d'oeil au journal en ligne de la veille. Je pars au club en voiture, musique à fond et nous chantons. Cela me permet d'évacuer le stress. A l'arrivée, je vais voir le kiné afin qu'il me place un tape à la jambe. Dans le vestiaire, on joue un peu pour l'ambiance. Dernière séance vidéo. Nous regardons les services de l'adversaire et notre side out. A la fin, le coach résume ses consignes. Nous sommes prêtes pour le dernier entraînement avant le match. Du stretching, des services, des réceptions. Fin de l'entraînement. Après une douche réparatrice, je vais au Blanco, mon bar préféré. Lorsque nous jouons à domicile, c'est toujours ici que je mange avec mon équipière hollandaise Robin de Kruijf. Bien que je ne sois pas vraiment superstitieuse, je mange toujours exactement la même chose qu'avant le premier match des deux finales que nous avons remportées : des pâtes, du poulet et des légumes. Après deux cafés et un peu de papote, je rentre à la maison et je fais un gâteau aux pommes. C'est aussi une habitude que j'ai prise depuis le début des play-offs. Je me mets au lit pour recharger les accus. C'est chouette de se réveiller en musique. Je me prépare pour le match mais je fais d'abord un crochet par chez Robin de Kruijf. Nous prenons un café et un morceau de gâteau tout en relisant le rapport de scouting. Arrivée au hall omnisports. Dans le vestiaire, il n'est pas permis de mettre de la musique tant que toutes les joueuses ne sont pas là. Les Italiens aiment les rituels. La play list doit toujours être la même : un mélange de musique commerciale et de reggae. Le kiné me fait un tape et nous pouvons monter sur le terrain. Début de l'échauffement officiel. Palablanca est à nouveau plein comme un oeuf. Fin du match. Quelle ambiance ! Nous l'emportons 3-0 et sommes toutes soulagées. Nous saluons nos supporters, répondons aux questions des journalistes et signons des autographes. Nous allons boire un verre entre équipières et discutons encore un peu du match mais la discussion dévie rapidement sur d'autres bonnes choses de la vie. Il faut se remettre les idées en place car le lendemain, on nous attend pour ce qui, je l'espère, sera l'un de nos derniers entraînements. Le championnat nous fait de l'oeil. Et les vacances aussi !