Affilié au club des Lilas, dans la région parisienne, à l'âge de 8 ans, Alexandre Song n'y est resté qu'un an avant de rejoindre le Red Star. Là, François Ciccolini le repère et l'emmène sur l'Ile de Beauté. C'est donc en Corse qu'il reçoit son 1er contrat pro, à 17 ans. Ciccolini devient son mentor lors de sa période au SC Bastia, club enclin à accueillir de jeunes Africains de talent comme Roger Milla ou Michaël Essien avant lui. Le climat y est doux et l'ambiance familiale.
...

Affilié au club des Lilas, dans la région parisienne, à l'âge de 8 ans, Alexandre Song n'y est resté qu'un an avant de rejoindre le Red Star. Là, François Ciccolini le repère et l'emmène sur l'Ile de Beauté. C'est donc en Corse qu'il reçoit son 1er contrat pro, à 17 ans. Ciccolini devient son mentor lors de sa période au SC Bastia, club enclin à accueillir de jeunes Africains de talent comme Roger Milla ou Michaël Essien avant lui. Le climat y est doux et l'ambiance familiale. Après une unique saison de Ligue 1, Arsenal repère le diamant brut et l'attire à Londres. Mais Arsène Wenger ne l'estime pas prêt et l'envoie se faire les dents à Charlton pendant une saison. Yaya Touré parti au Barça, Songito (c'est le surnom dont l'avait affublé Cesc Fabregas) reprend la barre des Gunners. A l'Emirates Stadium, Song évolue avec le numéro 17. Un porte-bonheur ? Pas vraiment, il s'agit du nombre... de ses s£urs. Il compte aussi 10 frères. La famille est donc sacrée pour celui qui a perdu son père à l'âge de 3 ans. Ainsi, des tatouages de ses enfants Nolan et Kaylian, son père et de sa femme Olivia ornent son corps. C'est Rigobert Song (Lens, Liverpool, Galatasaray), son cousin, qui endossera le rôle de pater. Qui mieux que l'ancien capitaine des Lions Indomptables pour enseigner au petit Alex l'abc d'une défense rugueuse ? A 21 ans, il porte pour la première fois le maillot du Cameroun. Comme c'est souvent le cas pour des jeunes talents issus de l'immigration dans l'Hexagone, le médian a connu la sélection française en équipes de jeunes. Mais le Lionceau ne rêve que d'une chose : imiter Rigobert, à la tête du Cameroun. Lors de la CAN au Ghana en 2008, Song est la révélation du tournoi et est même retenu dans l'équipe-type de la compétition. Un an plus tard, Samuel Eto'o récupère le brassard de capitaine du cousin. Une guerre va alors débuter entre Alex le lionceau et Samuel, le lion dominant. Le clash éclate en Afrique du Sud lors de la Coupe du monde 2010. L'élimination est précoce (1er tour), l'échec retentissant. Alexandre Song sera mis à l'écart sous le sélectionneur Javier Clemente " pour que le groupe soit assaini " d'après les sources de la fédé camerounaise. Song sera finalement rappelé puis à nouveau écarté après avoir refusé de serrer la main que lui tendait le Roi Eto'o lors d'une mise au vert. Le Cameroun ne se qualifie pas pour la CAN organisée conjointement par le Gabon et la Guinée équatoriale pas plus que pour la prochaine édition de 2013 en Afrique du Sud. Transféré à Barcelone en août dernier pour 19 millions d'euros, son contrat de 5 ans est blindé par une clause libératoire de 80 briques. Cela n'empêche pas le bonhomme de se fondre dans la maison catalane : " J'adore mettre l'ambiance dans le vestiaire ", confie-t-il dans les colonnes de Mundo Deportivo. " Je veux transmettre la joie et la bonne humeur, ça fait partie de ma personnalité. Ici, je me rends déjà compte qu'on est une famille dans le vestiaire. " S'il préfère éviter toute comparaison avec Yaya Touré, Song reconnaît que son joueur référence est Claude Makélélé. Son gabarit, 182 cm pour 74 kg, est d'ailleurs plus proche de celui du Français que de l'Ivoirien. Ses stats aussi : 9 buts en 244 matches. Rarement sur la touche, son secret pour éviter les blessures est simple : boire beaucoup d'eau plate. Il appelle cela " l'entraînement invisible ". Prétendant au titre de meilleur joueur africain de l'année (même si la distinction devrait vraisemblablement revenir à Yaya Touré ou Didier Drogba), Songito a élu domicile sur les hauteurs de Barcelone dans la demeure où Titi Henry a habité lors de son passage chez les Blaugranas. Côté pelouse, le Camerounais n'est pas encore titulaire indiscutable et quand il est pressenti pour être positionné en défense axiale contre le Real Madrid suite aux défections de CarlesPuyol et Gerard Piqué, Tito Vilanova préfère faire confiance au duo Busquets- Javier Mascherano. Jusqu'à présent, il n'a débuté qu'à un quarteron de reprises en Liga. Le jeu de Song est encore à façonner version tiki taka, c'est ainsi en tout cas que l'entend le staff technique du Barça. Des entraînements spécifiques lui sont dispensés afin que son temps d'adaptation soit réduit à sa plus simple expression. PAR DANIEL MORENOL'international camerounais n'a toujours pas fait la paix avec le roi Lion, Samuel Eto'o.