Année de fondation : 1944
...

Année de fondation : 1944 Président : Michel Seydoux Stade : Grand Stade Lille Métropole (50 157 places) Site : www.losc.fr Transfert le plus cher : Dimitri Payet (10 millions d'euros, St-Etienne, 2011) et Marvin Martin (10 millions d'euros, Sochaux, 2012) Palmarès : 3 titres, 6 Coupes Saison passée en CL : Phase de poules Qualification : FC Copenhague (0-1, 2-0 a.p.) A suivre : Salomon Kalou Il fallait bien marquer le coup pour remplacer Eden Hazard. Lille l'a fait en attirant Salomon Kalou, qui, à 27 ans, quitte Chelsea, après six ans de bons et loyaux services. A Lille, il espère définitivement se faire un nom, lui qui n'a jamais su se départir de l'étiquette de grand espoir, se cantonnant dans un rôle de doublure de Didier Drogba, Nicolas Anelka ou Fernando Torres. Pourquoi ? Car malgré de grandes qualités techniques et de vitesse, il n'a jamais eu un instinct de tueur devant le but malgré ses 61 goals en 264 rencontres (dont la moitié comme réserviste !) sous le maillot des Blues. Depuis l'arrivée de Rudi Garcia il y a quatre ans, Lille a toujours joué dans un 4-3-3. Longtemps, la force de cette équipe résidait dans ses ailiers ( Eden Hazard et Gervinho) mais désormais la colonne vertébrale de cette équipe passe par son triangle de l'entrejeu, animé depuis plusieurs saisons par Rio Mavuba et Florent Balmont auquel il faut rajouter depuis la saison passée, Benoît Pedretti. En attaque, Salomon Kalou doit remplacer Hazard, et Marvin Martin (ou Dimitri Payet) prend la place de Joe Cole. Comme attaquant, Garcia fait confiance à Tulio De Melo, qu'il a déjà coaché au Mans, mais Nolan Roux peut également faire l'affaire. Une autre option réside dans le Capverdien, Ryan Mendes, acheté dans les dernières heures du mercato pour 3 millions d'euros. En défense, peu de changements. Les ailiers apportent beaucoup au jeu lillois, surtout Mathieu Debuchy, fortement courtisé à l'intersaison mais qui est finalement resté. Rudy Garcia (FRA, 20/02/1964) L'ancien entraîneur de Dijon et du Mans entame sa cinquième saison dans le Nord. C'est lui qui a fait évoluer le style lillois (très organisé sous Claude Puel) vers l'offensive. Il aime le jeu et il veut que le public en ait pour son argent. Pour cela, il est exactement sur la même longueur d'onde que son président Michel Seydoux, qui l'a défendu et l'a repêché après un licenciement trop rapide au bout de sa première saison. Seydoux a reconnu son erreur et a donné les clés du sportif à celui qui allait lui offrir le doublé en 2011.