TACTIQUE

Le surprenant champion de France à la corde au cou. Le départ de Gérard López a laissé des traces. Si le magnat luxembourgeois a offert un titre en guise de cadeau d'adieu, il a aussi laissé des comptes dans le rouge. Cet été, le LOSC a donc troqué Christophe Galtier contre Jocelyn Gourvennec, Mike Maignan contr...

Le surprenant champion de France à la corde au cou. Le départ de Gérard López a laissé des traces. Si le magnat luxembourgeois a offert un titre en guise de cadeau d'adieu, il a aussi laissé des comptes dans le rouge. Cet été, le LOSC a donc troqué Christophe Galtier contre Jocelyn Gourvennec, Mike Maignan contre Ivo Grbic et Boubakary Soumaré contre l'espoir belge Amadou Onana. Pas franchement un recrutement susceptible de faire perdurer l'état de grâce vécu l'an dernier. Les Lillois ont peut-être conservé leur incroyable binôme offensif de la saison passée, composé de Burak Yilmaz et de Jonathan David, mais le champion de France s'est surtout considérablement déforcé derrière. L'an passé, le LOSC avait dû attendre la dixième journée de championnat pour concéder un septième but. Un total atteint avant le 15 août cette saison dès leur deuxième sortie en championnat. Clin d'oeil fâcheux du destin, c'était à l'occasion de la réception du Nice de Galtier (0-4). Reste que versés dans un groupe G à leur portée, les Lillois veulent croire en un automne plus doux que cet été capricieux. Déjà âgé de 36 ans, le Turc n'est arrivé à Lille qu'il y a un an. Ses seize buts et ses cinq assists ont aidé le club à détrôner le PSG, qui régnait sur le championnat de France depuis 2017. Burak Yilmaz a été formé à Antalyaspor. À l'exception d'une saison à Lille et d'un an et demi en Chine, il a toujours joué en Süper Lig turque. Il s'y est d'ailleurs produit pour sept clubs différents, dont les trois géants stambouliotes: Besiktas, Fenerbahçe et Galatasaray.