" Ce sera une défaite difficile à surmonter ", a affirmé Claude Puel, l'entraîneur de Lille, après l'élimination en Ligue des Champions des £uvres de Villarreal. Le LOSC avait pourtant une belle carte à jouer. Deuxième avant l'ultime journée, il devait ramener un bon résultat d'Espagne. Puel avait tablé sur un schéma de jeu très prudent avec le seul Peter Odemwingie en pointe. Les Lillois prenaient la possession de balle à leur com...

" Ce sera une défaite difficile à surmonter ", a affirmé Claude Puel, l'entraîneur de Lille, après l'élimination en Ligue des Champions des £uvres de Villarreal. Le LOSC avait pourtant une belle carte à jouer. Deuxième avant l'ultime journée, il devait ramener un bon résultat d'Espagne. Puel avait tablé sur un schéma de jeu très prudent avec le seul Peter Odemwingie en pointe. Les Lillois prenaient la possession de balle à leur compte mais c'était sans compter sur les contres de Villarreal. Qu'a-t-il manqué aux Nordistes ? Peu et beaucoup à la fois. Lille a fait preuve de combativité durant toute cette phase, réussissant même l'exploit de battre Manchester United au Stade de France. Mais la jeunesse et le manque d'expérience ont coûté aux Dogues leur place en huitièmes de finale. Si la défense (articulée autour de Gregory Tafforeau et Efstathios Tavlaridis) a très bien tenu le coup, n'encaissant que deux buts, l'attaque a semblé un peu courte. Une seule réalisation en six rencontres et un goal qui rapporte six points, c'est déjà bien payé. Pour passer un tour supplémentaire, il aurait fallu apporter plus de danger dans le rectangle adverse. Contre Villarreal, le premier tir cadré est tombé à la 77e minute. Dans sa construction, le LOSC a misé, à juste titre, sur le collectif. L'organisation défensive et la couverture du terrain ont toujours été parfaites. Il suffisait d'ajouter à cet ensemble une ou deux individualités capables de faire la différence. Cette carence offensive (pourtant peu visible en championnat puisque le LOSC a déjà inscrit 23 buts) s'est confirmée samedi dans le derby. Face à Lens, Lille n'a pas réussi à trouver l'ouverture (0-0). L'essentiel, pourtant, était de relever la tête après la désillusion européenne. En prenant un point, Lille a montré qu'il faudra encore compter avec les jeunes pousses du Nord à l'avenir. Strasbourg a signé sa première victoire de la saison face à Nancy (2-1). Metz, malgré une série de cinq matches nuls consécutifs, récupère la lanterne rouge. Adailton, le défenseur brésilien de Nancy, s'est occasionné une fracture ouverte tibia/péroné de la jambe droite contre Strasbourg. BUTEURS : 1. Pauleta (PSG) 12 buts ; 2. Pieroni (Auxerre) et Cousin (Lens) 7 ; Luyindula (Auxerre) 6. 17/12 Troyes - Sochaux, Strasbourg - Marseille, Rennes - Saint-Etienne, Monaco - Toulouse, Metz - Nice, Lyon - Lille, Lens - Le Mans, AC Ajaccio - PSG, Auxerre - Nancy, Bordeaux - Nantes S. VANDE VELDE