Lille s'est magnifiquement imposé dans l'antre du Milan AC, privé il est vrai de pas mal de joueurs, mais l'équipe italienne avait quand même fière allure et ce succès ne doit rien à personne.
...

Lille s'est magnifiquement imposé dans l'antre du Milan AC, privé il est vrai de pas mal de joueurs, mais l'équipe italienne avait quand même fière allure et ce succès ne doit rien à personne. L'équipe de Claude Puel a réussi une brillante performance dans l'antre de Milan en utilisant un système que l'on peut qualifier de 4-4-1-1 avec une défense à 4 en ligne positionnée devant Grégory Malicki, le remplaçant du gardien titulaire Tony Sylva, absent pour blessure. Le milieu de terrain était composé de 5 éléments avec une ligne de quatre joueurs faite de droite à gauche, de Kader Keita, Yohan Cabaye, Jean Makoun et Mathieu Debuchy. Le cinquième élément était l'excellent Mathieu Bodmer en soutien du seul attaquant, l'ancien Louviérois Peter Odemwingie. La ligne de 4 dans le milieu se transformait souvent en un resserrement des joueurs de flancs vers l'intérieur pour permettre à Makoun de se positionner plus près de sa défense. L'entrejeu se transformait à ce moment en 1-3-1 par rapport au 4-1 de départ (système 4-1-3-1-1 à la place du 4-4-1-1). Ce dispositif leur a permis d'effectuer un très bon pressing sur le porteur de ballon et ainsi d'empêcher les Milanisti de développer leur jeu. Les deux buts inscrits par les Français ont été marqués à la suite de deux actions collectives fantastiques. Le premier résulte certes d'une erreur du gardien milanais Zeljko Kalac, substitut de Dida blessé, qui repousse dans les pieds d'Odemwingie une frappe de 30 mètres de Bodmer. Mais avant la frappe du numéro 12 lillois, l'équipe avait réussi une séquence d'au moins 12 passes (un ralenti d'une phase précédente empêche de voir le début de la possession de balle) qui plus est sur un terrain en mauvais état ! Avant son tir magistral, Bodmer avait réussi un double 1-2 avec Keita. Le deuxième but (voir schéma) tombe également sur une magnifique action, mais ici il s'agit d'une contre-attaque. Mathieu Chalmé récupère un long ballon milanais à 20 mètres de son but, remonte le ballon une dizaine de mètres avant de trouver le pivot Odemwingie. Le Nigérian s'appuie sur Keita, qui fixe AndreaPirlo avant de chercher le 1/2 avec Bodmer. Celui-ci réussit la passe géniale dans le dos de la défense italienne complètement désorganisée. On remarque que KakhaKaladze se laisse emporter en tant que défenseur central par l'appel vers le flanc de l'ancien joueur de La Louvière. MarekJankulowski, qui doit reprendre son rôle, est surpris par l'appel de balle de Keita entre lui-même et Dario Simic. Keita, que l'on dit très courtisé par... Milan, pénètre dans cette défense comme dans du beurre alors que les adversaires se trouvent en supériorité numérique (6 contre 4 voire contre 3 car Odemwingie n'a pas poursuivi son action). Qualification logique et méritée de Lille qui a pris quatre points contre Milan et qui présentait la meilleure équipe des outsiders. Du côté d'Anderlecht, on a le droit d'avoir pas mal de regrets mais on a pu constater encore une fois que, depuis que la victoire rapporte trois points, on n'avance pas beaucoup avec des matches nuls. Et quand on voit que dans le groupe F, Copenhague termine bon dernier après avoir battu les deux qualifiés (Manchester et le Celtic), on se dit qu'il est logique que les Mauves soient éliminés après 4 matches nuls.par étienne delangre