On vit décidément dans un pays bizarre. En Belgique, on se prive d'une compétition sportive d'envergure mondiale, qui crée des emplois et déverse des tonnes d'euros dans les caisses de l'Etat: le GP de Spa-Francorchamps. Pour une raison officielle qui reste à démontrer scientifiquement: la publicité pour le tabac incite à la consommation.
...

On vit décidément dans un pays bizarre. En Belgique, on se prive d'une compétition sportive d'envergure mondiale, qui crée des emplois et déverse des tonnes d'euros dans les caisses de l'Etat: le GP de Spa-Francorchamps. Pour une raison officielle qui reste à démontrer scientifiquement: la publicité pour le tabac incite à la consommation.A côté de cela, on légalise le cannabis et on permet que le championnat de football soit sponsorisé par une marque de bière! Impossible de ne pas voir, chaque week-end, que Jupiler a mis énormément d'argent sur la table pour soutenir notre D1: il y a le petit spot des cannettes en folie avant le générique de Match 1 et toutes les interviews systématiquement réalisées devant les panneaux sur lesquels les logos Jupiler fleurissent. C'est pareil à Bruges, à Sclessin ou à Mouscron: dès que l'arbitre met fin au match, des employés ou bénévoles du club visité extirpent ce fameux panneau du couloir des vestiaires pour le placer sur le terrain. Le mot d'ordre est clair: aucune interview télévisée ne peut être réalisée devant un autre décor. Jupiler a déboursé 1,25 million d'euros pour ce sponsoring, en plus de 500.000 autres euros pour figurer sur la fancard. Il est prévu dans le contrat que son logo doit apparaître très visiblement à l'écran lors des interviews, sans quoi la Ligue Professionnelle devra payer d'importantes astreintes. Ce sponsoring en est à sa deuxième saison. A-t-on constaté, depuis un an et demi, plus de comas éthyliques autour des stades? Non. Y a-t-il davantage d'alcooliques parmi les supporters? Probablement pas. Il ne faut pas prendre tous les fans de foot pour des idiots: ils savent se responsabiliser. Comme les passionnés de F1, d'ailleurs. Jean-Marie Philips, le patron de la Ligue Pro, est bien d'accord sur ce point: "J'ai fumé pendant 15 ans mais j'ai arrêté il y a neuf ans. Ce n'est pas parce que je vois une marque de cigarettes sur l'aileron de Michael Schumacher que j'ai envie de recommencer. En voulant être plus catholique que le Pape, la Belgique se prive d'une compétition superbe et de retombées économiques importantes". Philips n'imagine pas que la Ligue soit tôt ou tard privée, par les politiciens, du soutien d'une marque comme Jupiler. "La bière n'est pas un alcool fort et il existe d'ailleurs des bières sans alcool. Si on interdit la pub pour les boissons alcoolisées, il faut carrément tout interdire. La pub pour le chocolat, par exemple, vu que ça peut causer des crises de foie"...Les Français ont été plus cohérents, il y a plusieurs années déjà: la Loi Evin a mis fin à toute publicité pour le tabac et l'alcool. En même temps. Faut-il en arriver à cette situation chez nous? Sûrement pas. Une fois encore, il vaut mieux compter sur la faculté des Belges à se responsabiliser, à faire la part des choses lorsqu'on les bombarde de tel ou tel spot, de telle ou telle affiche.La situation actuelle est en tout cas la plus illogique qui soit. On perd volontairement Francorchamps parce qu'on ne veut plus de pub pour le tabac mais on ne réagit pas face au sponsoring des fabricants des boissons alcoolisées. Or, lequel de ces deux fléaux est-il le plus redoutable? Le fumeur se suicide... à petit feu mais, au contraire de l'alcoolique, il ne fait pas vivre un enfer à tout son entourage et ne prend pas le risque de tuer des innocents dès qu'il s'installe au volant. Si on part du principe que la pub incite les gens au vice, autant supprimer, pour commencer, celle qui cause le plus de dégâts. Mais, alors, on n'en sortira plus. Bruges, Anderlecht, La Gantoise et La Louvière pourront être accusés de pousser au surendettement puisqu'ils ont une banque comme sponsor principal. On devra reprocher des pertes de vies aux clubs dont les joueurs vantent des constructeurs automobiles sur leur maillot. Ce sera la faute du Standard si des gosses restent scotchés des heures devant la TV, s'abîment la vue et deviennent des larves en puissance puisque le sponsor principal des Rouches (ALE) est notamment fournisseur de télédistribution. Et, si votre femme tourne en mégère à force de passer des heures au téléphone avec sa meilleure amie, il faudra en vouloir à Charleroi, soutenu par NetNet! Pierre Danvoye