LE PSG GAGNE MAIS LES CRITIQUES RESTENT. Alors que le PSG vient d'enchaîner une deuxième victoire d'affilée et retrouve le podium, tout le monde attend un jeu meilleur, vu que le club a investi 146 millions d'euros lors du dernier mercato. Pierre Ménès, journaliste à Canal + s'est montré le plus virulent. " Je ne suis pas convaincu par Ancelotti. Quand j'étais en Angleterre, je n'étais déjà pas convaincu par le Chelsea d' Ancelotti qui gagnait souvent ses matchs 1-0. Ce n'est pas un entraîneur qui m'a séduit par ses options tactiques. Il sait parler aux grands joueurs. Après, niveau football, ce n'est pas Guardiola. (...) Bizarrement, depuis qu' Ancelotti est là, il y a des soucis défensifs qu'il n'y a...

LE PSG GAGNE MAIS LES CRITIQUES RESTENT. Alors que le PSG vient d'enchaîner une deuxième victoire d'affilée et retrouve le podium, tout le monde attend un jeu meilleur, vu que le club a investi 146 millions d'euros lors du dernier mercato. Pierre Ménès, journaliste à Canal + s'est montré le plus virulent. " Je ne suis pas convaincu par Ancelotti. Quand j'étais en Angleterre, je n'étais déjà pas convaincu par le Chelsea d' Ancelotti qui gagnait souvent ses matchs 1-0. Ce n'est pas un entraîneur qui m'a séduit par ses options tactiques. Il sait parler aux grands joueurs. Après, niveau football, ce n'est pas Guardiola. (...) Bizarrement, depuis qu' Ancelotti est là, il y a des soucis défensifs qu'il n'y avait pas avant. Et bizarrement, je pense que c'est parce que le PSG n'attaque pas assez. En voulant rééquilibrer le jeu du PSG, il a rapproché l'adversaire du but. C'est ce qui m'a frappé. " EVIAN CHANGE D'ENTRAÎNEUR. La valse des entraîneurs a débuté en France et c'est Evian qui a ouvert le bal. Les dirigeants savoyards ont limogé Pablo Correa, suite aux mauvais résultats. Avant l'ouverture de la saison, il ne faisait déjà plus l'unanimité. C'est Pascal Dupraz, 50 ans, ex-directeur sportif, qui a repris le flambeau. Il avait déjà entraîné l'équipe il y a quatre ans mais elle évoluait alors en CFA (4e division). Il a rétabli de la discipline (en écartant certains joueurs coupables de retard aux entraînements), est revenu au 4-4-2 et a donné la préséance à Stéphan Andersen dans les buts, au détriment de Bertrand Laquait (ex-Charleroi). SIX SUR SIX POUR LES BLEUS. Didier Deschamps a réussi ses débuts à la tête de l'équipe de France en réalisant un six sur six lors des deux premiers matches des éliminatoires. De bon augure avant de recevoir l'Espagne en octobre. Les grands gagnants du dernier match (très bon !) sont le latéral droit Christophe Jallet et les attaquants Olivier Giroud, titularisé, et Karim Benzema, qui a pu décrocher un peu plus. UNE ANNÉE N'EST PAS L'AUTRE. Montpellier, champion de France en titre, a très mal débuté le championnat. Avec 4 points en cinq rencontres, le club est bien loin de son niveau de l'an passé. Certains joueurs ne montrent pas la même hargne et l'entraîneur René Girard n'a pas hésité à monter au créneau. " Je n'ai pas pour habitude d'incriminer mes joueurs, mais ce qui nous arrive en ce moment est assez désolant. (...) Ça provient d'un manque de rigueur, de sérieux de notre part. C'est assez inquiétant. (...) Je ne dis pas qu'ils ont chopé le melon, mais on a perdu nos valeurs. " NICE, PREMIÈRE. Claude Puel, le nouvel entraîneur de Nice, savait que la tâche ne serait pas aisée et cela se confirme puisque les Niçois ont attendu la cinquième journée pour signer leur premier succès (4-2 face à Brest). Après trois nuls et un jeu jugé satisfaisant, le OGCN a rebondi malgré l'absence de Kevin Anin, écarté pour avoir manqué plusieurs entraînements. Il suffit de regarder le classement pour se rendre compte qu'il y a un intrus parmi les cinq premiers. Entre Marseille, Lyon, le PSG et Bordeaux, attendus à cette position (ils sont d'ailleurs tous actifs au niveau européen), il y a Lorient. Les hommes de Christian Gourcuff, malgré la vente récurrente des meilleurs éléments, sont habitués à toujours bien débuter leur championnat. Lille fait du surplace. La défaite face à Paris a été mal ressentie. Ce samedi, les Dogues ont encore perdu des plumes à Troyes (1-1) alors qu'ils menaient. Un scénario déjà aperçu la saison passée. Résultat des courses : 6 points en 5 journées ! Rudi Garcia râle... C'est la somme en euros reçue par le PSG pour avoir mis ses joueurs à disposition des sélections nationales lors des qualifications et du tournoi final de l'Euro 2012. Cette somme est encore éloignée des 3 millions perçus par le Bayern mais elle fait du PSG le club français le plus choyé par l'UEFA devant Lyon, Marseille et... Evian.STÉPHANE VANDE VELDE" On n'arrive pas avec une équipe cachuète. Une fois qu'on enlève Paris, on est là pour jouer le reste. " José Anigo, directeur technique de Marseille