DOMENECH RÈGLE SES COMPTES. Il ne s'était pas exprimé depuis le flop de la Coupe du Monde et Raymond Domenech a choisi L'Express pour le faire. Sur la grève : " Les joueurs savaient très bien ce qu'ils faisaient. Ils ont même fermé les rideaux du bus pour se cacher des caméras. Avec le recul, je les vois surtout comme une bande de sales gosses inconscients. " Sur sa responsabilité : " Soyons clairs, je me suis planté, je n'ai pas dû choisir les bons joueurs ni trouver les mots qu'il fallait. Je suis surtout triste de ne pas avoir su trouver les bons mots face aux joueurs. Cela m'a hanté pendant des nuits. " Sur son échec à l'Euro 2008 : " J'ai manqué de lucidité. Je me demande même pourquoi personne...

DOMENECH RÈGLE SES COMPTES. Il ne s'était pas exprimé depuis le flop de la Coupe du Monde et Raymond Domenech a choisi L'Express pour le faire. Sur la grève : " Les joueurs savaient très bien ce qu'ils faisaient. Ils ont même fermé les rideaux du bus pour se cacher des caméras. Avec le recul, je les vois surtout comme une bande de sales gosses inconscients. " Sur sa responsabilité : " Soyons clairs, je me suis planté, je n'ai pas dû choisir les bons joueurs ni trouver les mots qu'il fallait. Je suis surtout triste de ne pas avoir su trouver les bons mots face aux joueurs. Cela m'a hanté pendant des nuits. " Sur son échec à l'Euro 2008 : " J'ai manqué de lucidité. Je me demande même pourquoi personne ne m'a obligé à démissionner. " Sur les critiques de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports : " Les joueurs auraient pleuré ? De rire peut-être. Moi je ne me suis jamais occupé de vaccins. Lorsque je ne suis pas compétent, je me tais. Ce jour-là, elle prétendait vouloir renforcer la solidarité du groupe, mais elle a commencé par tenir le staff à l'écart de sa rencontre avec les joueurs. " Il a également critiqué les consultants de la génération 98. Cette interview a été perçue comme une grande opération de communication, Domenech ne fournissant aucune explication sur le jeu, sur les prestations des joueurs ou sur l'affaire Anelka. Les joueurs, mis en cause, ont également très mal pris les critiques du sélectionneur. MARSEILLE SANS GIGNAC. L'Olympique aborde son rendez-vous le plus important de sa saison, le 1/8e de finale de Ligue des Champions, sans André-Pierre Gignac, qui revenait en forme et qui s'est blessé aux adducteurs. Par contre, Lucho, qui a inscrit son premier but en deux mois et qui a brillé contre Saint-Etienne, sera au rendez-vous. SOCHAUX, L'ÉQUIPE FANTASQUE. Depuis le début de la saison, Sochaux alterne le chaud et le froid. Emmenée par une bande de gamins, l'équipe est capable du plus bel exploit (5-1 contre Rennes, 3-1 contre le PSG) comme de quelques couacs (défaite à Monaco et Nancy). Pourtant, Sochaux séduit, surtout grâce au meilleur passeur du championnat, Marvin Martin, déjà auteur de 10 passes décisives. BORDEAUX CHAHUTÉ. Au bord du gouffre depuis plusieurs mois, les Girondins ont explosé à Lorient (5-1). A leur retour en Gironde, les joueurs ont été chahutés par une cinquantaine de supporters. L'entraîneur Jean Tigana ne semble plus en odeur de sainteté : " J'aime le club et ça me fait beaucoup de mal. J'ai refusé des propositions à l'étranger, cinq fois supérieures financièrement, pour venir aux Girondins. Je savais que ce serait une année difficile, mais je ne pensais pas que ce serait aussi difficile ", a déclaré le coach. Le club s'oriente vers une deuxième année d'affilée sans Coupe d'Europe. C'est le nombre de buts inscrits par Kevin Gameiro samedi contre Bordeaux. L'attaquant de Lorient, qui a réalisé son cinquième triplé, est un des avants français les plus courtisés.Belle histoire que celle de Jonathan Ayité, cet attaquant franco-sénégalais, remplaçant en Ligue 2 à Nîmes et qui fut recruté en janvier par Brest. Samedi, il a inscrit son troisième but en trois matches. Dans une rencontre capitale puisque la victoire contre Monaco permet aux promus de compter 10 points sur le premier relégable. Lyon a pris un coup sur la tête : Il a dû se passer de son attaquant fétiche, Lisandro Lopez, pour la Ligue des Champions. La rumeur dit que l'Argentin s'est blessé aux ischios en tapant de rage sur un ballon après avoir appris qu'il serait ménagé contre Nancy. STÉPHANE VANDE VELDE" Tout le monde a droit à ses faiblesses, même les footballeurs. " Frédéric Antonetti, qui défend Stéphane Dalmat, contrôlé en état d'ébriété.