MBOKANI FLOP DE LA SAISON. L'ancien attaquant du Standard a été élu par plusieurs joueurs flop de cette première partie de saison. Sur RMC, il s'est défendu en annonçant : " J'ai des problèmes d'adaptation mais l'effort doit venir de moi. Ça va aller. Il faut juste que je travaille et que je marque des buts, surtout. Pour le moment, ma priorité, c'est Monaco. Je ne pense qu'à Monaco. " En coulisses, un échange entre Louis Saha (Everton) et le Congolais a été évoqué.
...

MBOKANI FLOP DE LA SAISON. L'ancien attaquant du Standard a été élu par plusieurs joueurs flop de cette première partie de saison. Sur RMC, il s'est défendu en annonçant : " J'ai des problèmes d'adaptation mais l'effort doit venir de moi. Ça va aller. Il faut juste que je travaille et que je marque des buts, surtout. Pour le moment, ma priorité, c'est Monaco. Je ne pense qu'à Monaco. " En coulisses, un échange entre Louis Saha (Everton) et le Congolais a été évoqué. CLASH KOMBOUA RÉSESSEGNON. Le PSG n'a pas encore connu sa crise hivernale mais finit quand même le premier tour sur une note négative. Défaite face à Nancy et clash entre l'entraîneur, Antoine Kombouaréet Stéphane Sessegnon. Vedette des précédentes saisons, le Béninois est moins titulaire que d'habitude. D'où ces envies de départ pour celui qui était courtisé par Chelsea il y a un an et demi. Sessegnon aurait exprimé son désir de partir lors du prochain mercato mais le coach, qui a affirmé qu'il avait besoin de tout le monde et que personne ne pouvait partir, se serait emporté et aurait insulté le joueur dans son bureau. Clash que s'est empressé de relater Sessegnon dans toute la presse en disant qu'il n'avait plus aucun respect pour l'entraîneur, qu'il ne jouerait plus sous ses ordres et qu'une réconciliation était inimaginable. C'est ce qui s'appelle décrocher son transfert par tous les moyens possibles. VALBUENA INDEMNE. Le médian de Marseille, qui était retourné dans sa famille, dans la région de Bordeaux, pour passer les fêtes, a eu un accident de voiture. Sinistre total pour sa Lamborghini mais le joueur s'en sort sans une éraflure. GUY LACOMBE DANS LES TEMPS. L'entraîneur de Monaco avait deux matches pour faire ses preuves et prendre des points. Sans quoi, il serait limogé. Lacombe a réussi son pari : un match nul contre le PSG et une victoire face à Sochaux, dans les arrêts de jeu (2-1). Ce but a d'ailleurs provoqué les larmes du coach, qui voit son C4 rangé dans le placard. En attendant... ANELKA ET HENRY RENDRONT LEURS PRIMES. En annonçant que tous les Bleus présents en Afrique du Sud avaient renoncé à leurs primes sauf Anelka et Henry, la Fédération française a manqué de classe. Anelka a réagi que personne de la FFF ne lui avait transmis de papiers. Dans la foulée, il a annoncé qu'il renonçait à ses primes mais qu'il choisirait lui-même à quel club amateur il fournirait ses primes. Quant à Henry, il a répliqué qu'il comptait renoncer à ses primes. BRAVO TACKLE DASSIER. L'ancien international du PSG, Daniel Bravo a tacklé le président de Marseille en affirmant : " D'un côté, je suis pour que les grandes gueules l'ouvrent car ils font toujours avancer le schmilblick. D'un autre, il faut aussi militer pour qu'une valeur comme le respect domine sur les autres. Après, ce que je ne comprends pas, ce sont ceux qui parlent pour ne rien dire. Par exemple, quand j'entends Dassier... J'ai l'impression que quand il est arrivé à Marseille, il ne savait même pas que le ballon était rond ! " Le coach de Caen, Frank Dumas, avait affirmé que ses joueurs avaient la trouille pour expliquer la série de 11 matches sans victoire (pire qu'Arles-Avignon) ! Le match face à Lens devait être celui de la dernière chance : remis. Le succès inespéré contre Rennes (1-0) a servi de bouffée d'oxygène. Le championnat français est à ce point serré qu'un prétendant comme le Marseille de Mandanda peut se permettre cinq matches sans défaite sans être largué. Les champions sont 5e à 3 points du leader. Cela faisait autant d'années que Lille n'avait plus raflé le titre honorifique de champion d'automne. C'était en 1949. STÉPHANE VANDE VELDE" Si personne n'a besoin de moi, je ne me l'explique pas mais je ne me vexe pas non plus. "Rolland Courbis, sans club