Forces et faiblesses

Quand on laisse tomber autant de joueurs, dont les derniers noms connus ( Thomas Wils, Yoni Buyens), et qu'on en acquiert onze nouveaux avant la promotion, ce n'est pas le signe d'une saison sans nuage. Trop peu de joueurs ont apporté la valeur ajoutée qu'on espérait d'eux au moment de leur recrutement. On ne recense aucun nom ronflant cette saison. Le Lierse K mise sur un esprit d'équipe et espère que de nouveaux leaders émergeront de son groupe jeune (avec un seul joueur de plus de trente ans et seulement quelques-uns qui approchent la trentaine). Avec une promotion pas encore assurée et le souvenir de la faillite il y a deux ans, personne n'osait invesir. L'...

Quand on laisse tomber autant de joueurs, dont les derniers noms connus ( Thomas Wils, Yoni Buyens), et qu'on en acquiert onze nouveaux avant la promotion, ce n'est pas le signe d'une saison sans nuage. Trop peu de joueurs ont apporté la valeur ajoutée qu'on espérait d'eux au moment de leur recrutement. On ne recense aucun nom ronflant cette saison. Le Lierse K mise sur un esprit d'équipe et espère que de nouveaux leaders émergeront de son groupe jeune (avec un seul joueur de plus de trente ans et seulement quelques-uns qui approchent la trentaine). Avec une promotion pas encore assurée et le souvenir de la faillite il y a deux ans, personne n'osait invesir. L'équipe est parée sur les flancs et en défense, mais il lui faut encore un milieu de terrain résistant et un vrai attaquant central. Il faut très vite amener trois ou quatre joueurs plus expérimentés. Jusqu'à présent, seuls des joueurs Belges avaient la priorité et cette stratégie devrait perdurer. Après une saison marquée par les changements d'entraîneurs, le nouveau coach Tom Van Imschoot devrait poursuivre son bon travail, lui qui avait fait bonne impression à Lommel il y a deux ans. Après une demi-saison dans l'ombre de Felice Mazzù, à Genk, il s'est montré habile dans la communication, bien préparé et a son équipe bien en mains. Van Imschoot peut compter sur son adjoint, Nico Van Kerchoven, qui est un monument au club. Ils avaient évolué ensemble à Westerlo lorsqu'ils étaient encore joueurs. Un club qui a terminé la saison à la treizième place et a dû attendre la dernière minute pour être promu ne peut viser que le maintien. L'humilité sera le maître-mot. Le retour dans le cercle professionnel d'un club déclaré en faillite il y a deux ans est déjà un miracle en soi. Se maintenir à hauteur de Seraing et du RWDM, ses anciens adversaires de D1 Amateur, serait bien, même si le Lierse K part avec du retard. Son retour à la compétition était initialement fixé au 12 septembre, avec un groupe formé pour le troisième échelon qui doit maintenant être renforcé. Bernd Brughmans & Ibrahim El Ansri (THES Sport), Timo Cauwenberg & Ben Santermans (Lommel SK), Jarno De Smet (K Beerschot VA), Jo Gilis (OH Louvain), Emile Samyn (KSV Roulers), Bob Straetman (libre), Simon Van Geet (ASV Geel), Yentl Van Genechten (KVC Westerlo). Alessia Allegria (THES Sport), Bo Geens ( ? ), Youssef Boulaouali & Jasper Sols (KFC Dessel Sport), Yoni Buyens (KVV Zepperen-Brustem), Augusto Da Silva ( ? ), Kino Delorge, Jonas Vinck & Kassim Doumbia (KSV Roulers), Francesco D'Onofrio (RFC Seraing), Jonathan Kindermans ( ? ), Nick Kuijlaars (Hoogstraten VV), Jordi Maus & Matthiece Nelissen (Sporting Hasselt), Seppe Maesen (KSK Heist), Thibaut Rausin ( ? ), Thomas Rosala (Patro Eisden Maasmechelen), Thomas Wils (KFC Turnhout). Le Lierse K ne se ruine pas en remboursement au kilomètre pour Bernd Brughmans, son gardien de 33 ans. Et pour cause, il habite à Lierre. Il arrive de Thes Sport (Tessenderlo), où il avait disputé 53 matches lors des trois dernières saisons. L'année passée, il était le dernier rempart le moins passé de D1 Amateurs, avec 22 clean-sheets. Brughmans peut apporter ce dont sa nouvelle équipe a précédemment manqué : c'est un gardien bon au pied, qui est un leader et donne confiance à sa défense. En tout, le Lierse K a recruté trois nouveaux portiers.