" 11 journalistes réunis par Louis Maraîte ont formé une équipe pour jouer un match pas comme les autres : consacrer un livre au RFC Liégeois, né il y a 120 ans. Une exposition itinérante consacrée à l'histoire du Great Old a aussi été mise sur pied. Après des années de galères, j'y vois un espoir qui me fait penser à l'aventure du FC Malinois. Alors que ce club était sur le point de disparaître, le journaliste flamand Mark Uytterhoeven, a remué ciel et terre pour trouver des investisseurs. Car à Liège, tout bouge depuis que Me Jean-Paul Lacomble les a sortis du rouge et assure la présidence : Christophe Kinet coache l'équipe A, Gaëtan Englebert s'occupe des jeunes, Robert Waseige a un rôle de DT. Liège espère retrouver la D3 au plus vite et la D1 dans cinq ans. Et même si tout va bien à Seraing, il faudra que ce club s'installe un jour dans son propre stade.

Le livre balaye l'histoire des Sang et Marine et me fait penser à des joueurs que j'ai bien connus : Victor Wégria, buteur d'exception, les frères Sulon, Edhem Sljivo, le meilleur joueur étranger de ce club, Robert Waseige, son plus grand entraîneur. Mes pensées vont aussi vers feu Yves Baré. Ce back droit incarnait le style de football prôné à Rocourt : engagement, jeu bien léché et il fallait être costaud pour s'imposer au Stade Vélodrome où, par ailleurs, fut longtemps fixée l'arrivée de Liège-Bastogne-Liège. Plus que le Standard, qui comptait des supporters dans tous le pays, le Matricule 4 a toujours puisé ses partisans à Liège et à travers la Hesbaye.

Baré, donc, a été mon adversaire, mon concurrent et équipier en équipe nationale et mon grand ami : c'est lui qui est venu me chercher à Alost, en 1982, pour que je coache Seraing qui débutait difficilement en D1. Plus tard, il a accueilli le Seraing de Gérald Blaton à Wihogne, son complexe sportif. Alors qu'Yves coachait le club du Pairay en Promotion, c'est lui qui a dit un jour à Marc Grosjean, Marinko Rupcic, Arrigo Bernardi : - A vous de choisir : voulez-vous jouer en Provinciale la saison prochaine ou à Anderlecht dans cinq ans ? Un Liégeois a lancé Seraing. Aujourd'hui, c'est chez les Métallos que les Sang et Marine jouent et retrouvent l'espoir d'un avenir meilleur. J'espère que ce livre fera un bien fou à Liège. Baré aurait apprécié cette initiative. "

PIERRE BILIC

" 11 journalistes réunis par Louis Maraîte ont formé une équipe pour jouer un match pas comme les autres : consacrer un livre au RFC Liégeois, né il y a 120 ans. Une exposition itinérante consacrée à l'histoire du Great Old a aussi été mise sur pied. Après des années de galères, j'y vois un espoir qui me fait penser à l'aventure du FC Malinois. Alors que ce club était sur le point de disparaître, le journaliste flamand Mark Uytterhoeven, a remué ciel et terre pour trouver des investisseurs. Car à Liège, tout bouge depuis que Me Jean-Paul Lacomble les a sortis du rouge et assure la présidence : Christophe Kinet coache l'équipe A, Gaëtan Englebert s'occupe des jeunes, Robert Waseige a un rôle de DT. Liège espère retrouver la D3 au plus vite et la D1 dans cinq ans. Et même si tout va bien à Seraing, il faudra que ce club s'installe un jour dans son propre stade. Le livre balaye l'histoire des Sang et Marine et me fait penser à des joueurs que j'ai bien connus : Victor Wégria, buteur d'exception, les frères Sulon, Edhem Sljivo, le meilleur joueur étranger de ce club, Robert Waseige, son plus grand entraîneur. Mes pensées vont aussi vers feu Yves Baré. Ce back droit incarnait le style de football prôné à Rocourt : engagement, jeu bien léché et il fallait être costaud pour s'imposer au Stade Vélodrome où, par ailleurs, fut longtemps fixée l'arrivée de Liège-Bastogne-Liège. Plus que le Standard, qui comptait des supporters dans tous le pays, le Matricule 4 a toujours puisé ses partisans à Liège et à travers la Hesbaye. Baré, donc, a été mon adversaire, mon concurrent et équipier en équipe nationale et mon grand ami : c'est lui qui est venu me chercher à Alost, en 1982, pour que je coache Seraing qui débutait difficilement en D1. Plus tard, il a accueilli le Seraing de Gérald Blaton à Wihogne, son complexe sportif. Alors qu'Yves coachait le club du Pairay en Promotion, c'est lui qui a dit un jour à Marc Grosjean, Marinko Rupcic, Arrigo Bernardi : - A vous de choisir : voulez-vous jouer en Provinciale la saison prochaine ou à Anderlecht dans cinq ans ? Un Liégeois a lancé Seraing. Aujourd'hui, c'est chez les Métallos que les Sang et Marine jouent et retrouvent l'espoir d'un avenir meilleur. J'espère que ce livre fera un bien fou à Liège. Baré aurait apprécié cette initiative. " PIERRE BILIC